Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    C’est du sport !

    Faire l’histoire !

    Jean Dion
    18 mars 2017 |Jean Dion | Football | Chroniques

    On ne va pas très loin dans la vie si on n’ose pas, disait le poète qui savait de quoi il parlait puisqu’il avait lui-même le front de soumettre ses torchons stupides pour publication.

     

    Prenons par exemple Zygi Wilf. En plus d’avoir un nom à faire rêver, Wilf a fait fortune dans le bâtiment et le centre commercial, ce qui lui a permis, en compagnie de cinq partenaires, d’acquérir les Vikings du Minnesota pour la bagatelle de 600 millions $US en 2005. Et à un moment donné, n’est-ce pas, il est devenu très clair que le Metrodome, le stade couvert de Minneapolis où jouaient les Vikings depuis 1982, ne faisait plus l’affaire. C’est qu’un amphithéâtre, messieurs-dames, s’apparente un peu à votre petit animal domestique : il vieillit beaucoup plus vite que vous.

     

    Et que fait-on quand on a un urgent besoin d’un nouveau stade ? On casse son petit cochon, on roule ses sous noirs et on passe chez le quincaillier du coin ? Pas exactement : on va d’abord voir les autorités publiques, qui comme chacun sait disposent de moyens illimités parce que c’est l’argent de personne en particulier, et on leur demande si elles n’auraient pas un peu de monnaie pour un sandwich et un café, sinon ça se pourrait peut-être qu’on aille voir ailleurs si on y est.

     

    Vous voyez, Zygi Wilf et consorts ont osé, et ç’a marché. L’État du Minnesota a allongé quelque 350 millions, la Ville de Minneapolis s’est soulagée de 150 millions et ç’a donné le U.S. Bank Stadium, une petite merveille de 1,06 milliard qui a ouvert ses portes en 2016. Et la Ligue nationale de football, qui affectionne les sommes rondelettes, surtout quand elles entrent dans ses coffres — elle a engrangé 13 milliards l’an dernier et a pour objectif d’atteindre 25 milliards en 2027 —, a tellement aimé le déroulement des choses qu’elle a accordé la présentation du Super Bowl LII, en février 2018, au Minnesota.

     

    Wilf a par ailleurs osé vendre les droits d’appellation du nouveau stade et les envoyer tous dans sa poche et, le croiriez-vous, ç’a encore marché. Résultat : 220 millions sur 25 ans.

     

    Dans ce contexte de belle collaboration de toutes parts, vous gêneriez-vous, vous, pour aller un peu plus loin ? Je ne pense pas. Un succès en attire un autre, et il serait improductif de s’arrêter en si bon chemin.

     

    Les Vikings ont donc créé Crew 52. Crew 52 est l’équipe de 10 000 personnes qui accueilleront « plus d’un million de visiteurs » venus au Minnesota de toute la planète et au-delà pour 10 jours de festivités entourant le Super Bowl.

     

    L’aventure vous tente ? Les gens embauchés devront être « amicaux, chaleureux, ouverts » — je vous reconnais bien là — et ils devront « bien connaître le Minnesota » — pas grave, vous avez plusieurs mois pour vous taper l’Encylopaedia Minnesotalensis. Vous devez entretenir une passion dévorante pour le service à la clientèle et faire preuve de flexibilité afin de pouvoir aider dans tous les secteurs. Vous devez vous engager à réaliser au moins trois quarts de travail de quatre à six heures chacun entre le 27 janvier et le 4 février prochain.

     

    Toujours intéressé ? Vous devrez vous soumettre à une entrevue en personne, participer à une séance d’orientation générale et à une session d’entraînement spécifique cet automne et en janvier.

     

    Et la paie est bonne ? demandez-vous, même s’il y a longtemps que vous ne vous intéressez plus à des broutilles comme l’argent. Voici donc : c’est du bénévolat. Quoi, vous voulez que les Vikings fassent faillite ? Vous ne voulez pas que le quart-arrière Sam Bradford gagne 18 millions la saison prochaine ? Qu’est-ce que vous avez contre le travail non rémunéré par une entreprise dont la valeur a grimpé à 1,15 milliard après la construction de son nouveau stade ?

     

    En fait, ce n’est pas entièrement du bénévolat, puisque les personnes retenues recevront un ensemble du bénévole — qu’elles pourront conserver par la suite ! Une veste, un polo, un sac à dos, et plus ! Avec un point d’exclamation !

     

    De plus, elles obtiendront une « occasion qui ne survient qu’une fois dans une vie ». Et elles pourront, oui, oui, c’est ça qui est écrit, « faire l’histoire ». Rien de moins.

     

    Et attention, il y a une mention en caractères gras. « Nous n’aurons besoin du soutien d’aucun bénévole à l’intérieur du U.S. Bank Stadium le dimanche du Super Bowl. » Façon de dire : oublie ça, Joe, si tu t’inscris et fais des heures juste pour voir le match en personne gratis. Le monde paie cher pour ce privilège.

     

    Et vous savez quoi ? Je mettrais ma main, et aussi un bras, au proverbial feu qu’ils vont les trouver sans problème, ces 10 000 bénévoles. La NFL a cette propriété d’avoir tout ce qu’elle veut quand elle le veut.

     

    La prochaine fois, nous verrons que, contrairement à ce qu’on pourrait penser, beaucoup de gens ont vraiment du temps à perdre. Ainsi une pétition a-t-elle été placée en ligne pour demander que soit rejoué le match remporté 6-1 par le FC Barcelone contre le Paris Saint-Germain le 8 mars dernier en raison de la prétendue incompétence de l’arbitre. Cette semaine, la pétition a dépassé les 100 000 signatures.

     

    Ainsi va le monde.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.