Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Un entraîneur canadien de gymnastique accusé d’infractions sexuelles multiples

    Le directeur de l’équipe nationale féminine de Gymnastique Canada, Dave Brubaker
    Photo: Gymnastique Canada YouTube Le directeur de l’équipe nationale féminine de Gymnastique Canada, Dave Brubaker

    Sarnia — Le directeur de l’équipe nationale féminine de Gymnastique Canada, Dave Brubaker, a été accusé de multiples infractions sexuelles.

     

    La police de Sarnia a indiqué dans une déclaration que Brubaker avait été accusé vendredi d’un chef d’incitation à des contacts sexuels, de trois chefs de contacts sexuels, de trois chefs d’exploitation sexuelle et de trois chefs d’agression sexuelle.

     

    Dans la déclaration, on mentionne que Brubaker a comparu en cour vendredi et qu’il a été libéré sous caution. Il devra revenir en cour en février 2018.

     

    La police n’a pas fourni d’informations supplémentaires sur les allégations et Gymnastique Canada a affirmé dans un communiqué qu’une ordonnance de non-publication avait été imposée.

     

    Brubaker était le responsable de l’équipe canadienne de gymnastique lors des Jeux olympiques de Rio en 2016, et directeur de l’équipe féminine aux Championnats mondiaux de Montréal, en octobre.

     

    Gymnastique Canada a déclaré être troublée par les allégations contre Brubaker, qui a reçu un congé administratif.

     

    « Notre priorité au sein de Gymnastique Canada est d’assurer la sécurité de nos athlètes, a dit Richard Crépin, président du conseil d’administration de Gymnastique Canada, dans un communiqué. Le sport doit offrir un environnement sécuritaire pour tout le monde et nous travaillons pour nous assurer que nous avons des politiques et des mesures, ainsi que l’éducation et les ressources en place, pour assurer la sécurité de tous nos participants. »

     

    Ces accusations surviennent moins de deux semaines après que trois femmes ont allégué, dans un reportage de Radio-Canada Sports, avoir été agressées sexuellement par un entraîneur de gymnastique d’Edmonton, Michel Arsenault. Les trois accusatrices étaient d’âge mineur au moment des faits reprochés.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.