Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Mondiaux d'athlétisme: Usain Bolt se blesse à sa dernière course en carrière

    12 août 2017 | Astolfo Cagnacci - Agence France-Presse à Londres | Actualités sportives
    Le sprinteur jamaïcain Usain Bolt s’est blessé au 4x100m, samedi, à Londres.
    Photo: Daniel Leal-Olivas Agence France-Presse Le sprinteur jamaïcain Usain Bolt s’est blessé au 4x100m, samedi, à Londres.

    Arrivé au terminus de sa carrière, la superstar Usain Bolt a été foudroyée par une crampe dans la dernière ligne droite de la finale du relais du 4x100 m des Mondiaux de Londres, s’écroulant sur la piste, incapable de mener le bâton à l’arrivée samedi soir.

     

    Lancée à la poursuite du Britannique Nethaneel Mitchell-Blake et de l’Américain Christian Coleman, la grande carcasse s’est cabrée à une cinquantaine de mètres de l’arrivée, la jambe gauche en déséquilibre.

     

    « C’est une crampe à l’ischio-jambier gauche mais le plus douloureux, c’est la déception de perdre la course. Les trois dernières semaines ont été dures pour lui, vous savez. Nous lui souhaitons le meilleur », a indiqué le médecin de l’équipe jamaïcaine Kevin Jones.

     

    La légende vivante du sprint a refusé le fauteuil roulant qu’on lui proposait, se relevant péniblement en se tenant derrière la cuisse gauche pour retrouver ses partenaires jamaïcains. Forcément déçus comme lui.

     

    La plus formidable machine à sprinter s’est donc grippée pour sa dernière exhibition. « Il s’est excusé auprès de nous mais il n’y avait pas besoin d’excuses, les blessures faisant partie du sport », a déclaré son partenaire Julian Forte.

     

    Seulement troisième du 100 m il y a une semaine, son premier échec en grand championnat depuis dix ans, Bolt, 30 ans a raté ses adieux sur le plan sportif. Comme des combats de trop.


    Soutenu, malgré tout

     

    Il aura néanmoins eu à Londres la confirmation, s’il en était besoin, de son immense pouvoir sur les foules qui l’ont ovationné et chéri. Scandant son nom, ils ont sifflé l’Américain Justin Gatlin, le vainqueur du 100 m, qui porte comme un fardeau ses quatre ans de suspension pour dopage. Samedi soir, Gatlin a rendu hommage à Bolt, « showman extraordinaire ».

     

    L’homme le plus rapide de tous les temps (9 secondes 58 au 100 m, 19 secondes 19 au 200 m) aura finalement surtout savouré sa dernière matinée, pour les séries.
     

    Au temps de sa splendeur et de celle du sprint jamaïcain, le roi n’apparaissait pas le matin, laissant à un remplaçant le soin d’expédier la formalité des qualifications. Lui n’arrivait que le soir, en habit de lumière dans son maillot jaune.

     

    Samedi soir, la magie n’a plus fonctionné. Et, pendant que la Foudre était au sol, Mitchell-Blake résistait à Coleman (37.47 à 37.52) pour donner l’or que la Grande-Bretagne avait auparavant espéré.

     

    Un premier coup de tonnerre avait retenti dans le stade une heure et demie auparavant, pour annoncer la première défaite depuis 2011 en grand championnat de Mo Farah, le héros britannique, lui aussi battu dans la dernière ligne par l’Éthiopien Muktar Edris.

     

    Le doublé semble interdit à Londres. Après l’échec du Sud-Africain Wayde Van Niekerk (1er du 400 m/2e du 200 m), l’idole du stade a également échoué à renouveler le doublé du demi-fond (10 000/5000 m) qu’il avait réussi quatre fois entre JO et Mondiaux.

     

    L’Éthiopienne Almaz Ayana, lauréate du 10 000 m, tentera de vaincre le signe indien sur 5000 m dimanche, lors de la journée de clôture.

     

    « J’étais super préparé et je savais que j’allais le battre. Après le 10 km, Mo Farah était peut-être fatigué et il n’avait plus assez de jus pour le sprint. J’étais plus fort. Je suis le nouveau champion pour l’Éthiopie. Je suis le prochain champion », a assuré le vainqueur, âgé de 23 ans.

     

    « Mes jambes n’en pouvaient plus en entrant dans la ligne droite. Et les Éthiopiens ont été forts en sacrifiant deux des leurs », a admis Farah, les larmes aux yeux.
     

    La dernière défaite de Farah, sur 10 000 m aux Mondiaux 2011 à Daegu (Corée du Sud), avait été déjà l’œuvre d’un Éthiopien, Ibrahim Jeilan.


    Record de médailles
     

    L’Américaine Allyson Felix, or avec le relais 4X100 m, a quant à elle définitivement dépassé Bolt et Merlene Ottey au titre d’athlète le plus médaillé aux Mondiaux, avec désormais 15 breloques contre 14 pour les deux légendes.

     

    « Chaque instant de ce relais est un privilège. Tori [Bowie, la championne du monde du 100 m] a terminé fort, mais chacune d’entre nous a été super performante », a souligné la diplomatique Felix.

     

    Et dimanche, la Californienne devrait porter son total à 16, avec le relais 4X400 m, dont les Américaines sont favorites.

     

    La Russe sous drapeau neutre Maria Lasitskene a déployé ses longues jambes pour un vol impeccable au-dessus de la barre posée à 2,03 m. Suffisant pour conserver son titre.

     

    Au 100 m haies, l’Australienne Sally Pearson a brisé l’hégémonie américaine sur la discipline.

     

    Au décathlon, synthèse de toutes les disciplines en dix travaux, le Français Kevin Mayer a dominé avec 8768 points, terminant avec des douleurs au coude droit et des larmes de joie, devant la paire allemande Rico Freimuth (8564 points) et Kai Kazmirek (8488 points).

     

    « J’ai l’impression que ces deux jours étaient en même temps le paradis et l’enfer. J’ai été stressé comme pas possible depuis un mois et, honnêtement, je n’avais qu’une envie, c’était d’en finir, tellement ça était dur, tellement j’en peux plus », a déclaré Mayer.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.