Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Le Parc olympique veut honorer la mémoire de Gary Carter

    Le no 8 des Expos a marqué l’histoire du Parc olympique et celle du baseball au Québec.<br />
    Photo : Agence Reuters Ray Stubblebine Le no 8 des Expos a marqué l’histoire du Parc olympique et celle du baseball au Québec.
    Le Parc olympique de Montréal, qui a maintes fois vibré au rythme des exploits de Gary Carter, souhaite honorer la mémoire de l'ancien receveur étoile des Expos, décédé jeudi.

    Dans un communiqué diffusé hier, le président-directeur général du Parc olympique, David Heurtel, a indiqué que l'on souhaitait voir un lieu situé dans le Parc ou dans le Stade olympique lui-même porter le nom de Gary Carter.

    La direction du Parc cherchera d'abord à obtenir l'accord de la famille et, dans l'éventualité d'une réponse positive, amorcera les démarches en ce sens.

    Les autorités n'ont toutefois pas attendu la conclusion de ces démarches avant de rendre hommage au «Kid». Depuis hier matin, le drapeau central qui orne un des trois mâts situés à l'entrée du Stade olympique a été mis en berne et le Parc olympique a mis en ligne un hommage à Gary Carter sur son site Internet.

    M. Heurtel estime que le no 8 des Expos a marqué l'histoire du Parc olympique et celle du baseball au Québec.

    Hommages des politiciens

    Le premier ministre Jean Charest a pour sa part affirmé, par voie de communiqué, que «par son enthousiasme et son dynamisme», Gary Carter a été un «fier ambassadeur du baseball majeur ainsi que du Québec».

    La ministre du Loisir et du Sport, Line Beauchamp, l'a qualifié de «modèle pour les jeunes Québécois». «Il était un grand homme: athlète professionnel accompli, il est toujours resté près de ses admirateurs et admiratrices», a ajouté la ministre Beauchamp.

    Le député fédéral libéral de Bourassa, Denis Coderre, croit lui aussi qu'on doit trouver un moyen d'honorer la mémoire de Gary Carter. L'idée de nommer une rue en son honneur a du bon, dit-il, mais on pourrait aussi profiter des rénovations prévues au Parc olympique pour créer une «place spécifique» pour Gary Carter.

    «L'autre idée qui m'a été suggérée et que je trouvais excellente serait de renommer la station [de métro] Pie-IX "la station Gary-Carter", a ajouté M. Coderre. Autant Rusty Staub était associé au parc Jarry, autant Gary le Kid était associé au Parc olympique. La station Pie-IX est juste à côté du Stade [olympique], donc c'est la station proche de sa maison, donc ce serait une bonne chose, mais il ne faudrait pas attendre des années.»

    Pour sa part, le député fédéral néodémocrate de Vaudreuil-Soulanges, Jamie Nicholls, s'est attristé que Gary Carter soit mort si jeune. Il a rappelé la contribution unique qu'il avait apportée à la ville de Montréal et s'est dit favorable à l'idée de renommer une rue en son honneur.

    Enfin, le Parti québécois a diffusé un communiqué dans lequel il offre ses condoléances à la famille et aux proches de Gary Carter. «C'est une perte pour le monde du baseball, mais également pour tous les Montréalais et Québécois qui ont été fans des Expos», a déclaré le député de Labelle et porte-parole de l'opposition officielle en matière de loisir et de sports, Sylvain Pagé.

    M. Pagé a ensuite rappelé que l'intronisation de Gary Carter au «Temple de la renommée du baseball à Cooperstown est l'une des dernières traces de l'histoire des Expos qui survivra pour toujours».
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel