Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    L’ex-receveur des Expos de Montréal Gary Carter s’éteint à l’âge de 57 ans

    16 février 2012 17h53 |La Presse canadienne | Actualités sportives
    Gary Carter ne signera plus d’autographes. L’ancien receveur étoile des Expos s’est éteint à l’âge de 57 ans. Il a succombé à un cancer du cerveau qui avait été décelé en mai dernier quand il s’était plaint de violents maux de tête et de pertes de mémoire.

    Non seulement le baseball majeur vient de perdre un de ses grands ambassadeurs mais c’est aussi une page de l’histoire des Expos qui disparaît avec lui. Il a été le meilleur joueur et aussi le plus populaire de la concession. Il a été le premier à être intronisé au Temple de la renommée avec la casquette des Expos — l’autre étant Andre Dawson en 2010 — et il était le catalyseur de l’équipe quand tout le monde parlait des Expos au début des années 1980.

    Carter, que l’on surnommait «The Kid», a évolué pendant 19 saisons dans les ligues majeures — 12 avec les Expos. Choisi à 11 reprises au sein de l’équipe d’étoiles, il a conservé une moyenne de ,262, claqué 324 circuits et produit 1225 points.

    Il a été proclamé le joueur par excellence des Expos à quatre reprises — 1975, 1977, 1980, 1984 — et il a contribué à la conquête de la Série mondiale par les Mets de New York en 1986.

    Un joueur enthousiaste

    Toujours disponible pour les médias, étant souvent le dernier après les matchs à monter dans l’autobus de l’équipe parce qu’il était occupé à signer des autographes, Carter était le champion des relations publiques en plus d’être un des meilleurs joueurs de son époque.

    Carter adorait son métier, c’était évident. Son enthousiasme déteignait sur les partisans des Expos et même si ses coéquipiers estimaient qu’il faisait un peu trop sa propre promotion, tous reconnaissaient son grand talent, sa fougue et surtout, sa capacité d’élever son jeu quand l’enjeu était important.

    Le numéro 8 des Expos était à son mieux quand les projecteurs étaient braqués sur lui. Il a été choisi le joueur par excellence du match des étoiles à deux reprises, claquant deux circuits lors de la rencontre de 1981 au retour de la grève qui avait paralysé le baseball majeur au milieu de la saison. Il a également réussi un circuit lors de la rencontre des étoiles de 1984 pour procurer la victoire à l’équipe de la Ligue nationale.

    Au début des années 1980, les Expos formaient l’équipe la plus talentueuse des ligues majeures avec Carter, Andre Dawson, Tim Raines, Steve Rogers, Bill Gullickson, Scott Sanderson, Jeff Reardon, notamment. Mais ils ont été éliminés par les Dodgers de Los Angeles lors de la Série de championnat de la Ligue nationale en 1981 — la seule participation des Expos aux séries d’après-saison.

    C’est finalement avec les Mets de New York en 1986 que Carter remportera la Série mondiale, deux ans après avoir échangé en retour de quatre joueurs — Hubie Brooks, Mike Fitzgerald, Floyd Youmans, Herm Winningham.

    Même s’il commençait à ressentir le poids des années, Carter, alors âgé de 32 ans, a été un des éléments clés dans la conquête des Mets, qui avaient remporté 108 victoires en saison régulière. Il a produit neuf points lors de la Série mondiale contre les Red Sox de Boston, claquant deux circuits dans le quatrième match par-dessus le «Green Monster», la clôture du champ gauche au Fenway Park.

    À son premier match avec les Mets, Carter avait d’ailleurs donné un avant-goût de ce qu’il réservait aux partisans de l’équipe en donnant la victoire aux Mets lors du match d’ouverture de 1985 grâce à un circuit en 10e manche.

    11 grands chelems

    Frappeur droitier redoutable, Carter a réussi 11 grands chelems au cours de sa carrière et il a connu un match de sept points produits à sa deuxième saison avec les Mets. Il a aussi signé deux matchs de trois circuits et réussi cinq coups sûrs dans un match à deux reprises.

    Mais Carter était plus qu’un excellent frappeur. Il excellait aussi en défensive. Il a remporté le Gant d’or à trois reprises. Il avait un bras puissant et il était tellement agile derrière le marbre que Keith Hernandez, le joueur de premier but des Mets, l’avait qualifié de «grillage humain».

    Carter a évolué avec les Expos de 1974 à 1984 et avec les Mets de 1985 à 1989. Il a poursuivi sa carrière en Californie avec les Giants de San Francisco et les Dodgers de Los Angeles avant de revenir au bercail pour une dernière saison, en 1992.

    À son dernier match au Stade olympique, le jour où les Expos retiraient son numéro 8 contre les Cubs de Chicago, il a réussi un double au champ droit par-dessus la tête de son ancien coéquipier Andre Dawson, le seul autre ancien joueur des Expos à avoir été admis au Temple de la renommée.

    Né le 8 avril 1954 à Culver City en Californie, Carter s’est joint aux Expos en 1972. Quart-arrière dans l’équipe de football de son école secondaire, il avait été approché par l’Université UCLA avant d’être réclamé par les Expos lors de la troisième ronde du repêchage. Son surnom «The Kid» lui a été donné au début de sa carrière par Tim Foli, Ken Singleton et Mike Jorgensen, impressionnés par l’ardeur au jeu du jeune joueur au camp des Expos en 1974.

    Carter évoluait à l’arrêt-court quand il a signé avec les Expos et il a été converti en receveur dans les rangs professionnels. Il a frappé son premier circuit dans les ligues majeures en septembre 1974 contre le gaucher Steve Carlton. À ses premières années avec les Expos, il évoluait aussi au champ droit, partageant le travail derrière le marbre avec Barry Foote, puis il est devenu le receveur attitré de l’équipe au milieu de la saison 1976. Il a connu sa meilleure campagne avec les Expos en 1984, conservant alors une moyenne de .294 en 159 matchs et produisant 106 points.

    N’ayant jamais oublié ses racines, Carter gardait un excellent souvenir de son séjour à Montréal. Lors de son discours d’intronisation à Cooperstown en 2003, il a prononcé quelques phrases en français, disant que ce fut un grand honneur et très agréable de jouer à Montréal.

    Ému, il regrettait alors que son père, décédé quelques mois plus tôt à l’âge de 84 ans, ne soit pas présent tout comme sa mère,morte de leucémie alors qu’il n’avait que 12 ans.

    Carter a épousé Sandy Lahm en 1975 et le couple habitait à Palm Beach Gardens, près de West Palm Beach, où les Expos tenaient leur camp d’entraînement printanier en Floride. Ils ont eu trois enfants, deux filles, Christy et Kimmy, et un garçon, D.J.

    L’ancien receveur étoile se dévouait souvent pour des causes humanitaire, organisant entre autres un tournoi de golf annuel au profit de la Société américaine contre la leucémie. Il a aussi écrit un livre intitulé «A Dream Season», relatant la conquête de la Série mondiale par les Mets en 1986.




     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel