Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Lettres - La réalité d'un pays

    16 février 2010 |Richard Weilbrenner - Sutton, le 14 février 2010 | Actualités sportives
    Je ne vois pas pourquoi l'on s'offusque tant du peu de place faite au français aux Jeux de Vancouver. Cela ne fait que refléter la réalité canadienne, qui est celle d'un pays unilingue anglais comptant une minorité de langue française. Cette réalité se vérifie largement à Ottawa même, qu'un folklore usé jusqu'à la corde présente comme la capitale d'un pays officiellement bilingue, mais où il est quasi impossible de se faire servir en français dans les restaurants à cinq minutes du parlement. À pied.

    Les organisateurs des Jeux eussent-ils accordé à la langue française une plus grande place, cette place aurait été démesurée par rapport à celle que le français occupe dans le coeur et dans la vie quotidienne des gens de ce pays-là.

    Par ailleurs, cela aurait contribué à la même hypocrisie qui fait que les Premières Nations semblent omniprésentes à Vancouver, celles-là mêmes que l'on a parquées dans des réserves pendant des siècles et que l'on étale aujourd'hui à la face du monde entier pour se donner bonne conscience. Combien d'athlètes des Premières Nations participent aux Jeux de Vancouver? On se le demande.

    ***

    Richard Weilbrenner - Sutton, le 14 février 2010
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel