Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    La coupe Grey revient (enfin) à Montréal

    30 novembre 2009 |Jean Dion | Actualités sportives
    Les Alouettes de Montréal peuvent dire ouf, et un gros à part ça. Ils partaient largement favoris face aux Roughriders de la Saskatchewan au 97e match de la Coupe Grey, hier soir au stade McMahon de Calgary, mais c'est par la couche extérieure de la peau des dents, et à la onzième heure et trois quarts, qu'ils sont finalement parvenus à s'imposer. Il y aura donc un défilé cette semaine, même si, pendant un sacré bout de temps, ce n'était vraiment pas dans l'air...

    C'est un placement de 34 verges de Damon Duval, qui avait connu jusque-là une journée misérable, alors qu'il ne restait plus de temps au cadran qui a donné une victoire de 28-27 aux Montréalais, eux qui parviennent ainsi à conjurer le mauvais sort qui les afflige à la Coupe Grey, où ils avaient perdu à leurs quatre dernières participations. Quelques secondes auparavant, Duval avait raté une tentative sur 44 verges, mais les Riders ont été punis pour avoir eu trop de joueurs sur le terrain, et le botteur étoile a obtenu l'occasion de se reprendre.

    Les Alouettes, qui mettent la main sur le trophée pour la sixième fois de l'histoire, ont dû effectuer un redressement spectaculaire pour décrocher les grands honneurs, eux qui avaient semblé absents et désorganisés pendant les 50 premières minutes du match, contrairement à tout ce que la meilleure équipe de la Ligue canadienne de football avait montré cette saison. Avec 10 minutes de jeu à faire, les Roughriders menaient 27-11 et contrôlaient pleinement la situation.

    Pendant que l'attaque des Alouettes ne produisait rien qui vaille en début de match, les Riders ont ouvert le score. Revenue bredouille de sa première séquence qui s'était soldée par une tentative de placement ratée, la Saskatchewan a vu son botteur de précision Luca Congi se refaire dès la série suivante avec une réussite sur 40 verges.

    Début de match? Le premier quart en entier ou presque fut horrible pour les Alouettes lorsqu'ils ont eu possession du ballon. Non seulement le quart-arrière Anthony Calvillo ne parvenait pas à compléter ses passes, mais il commettait un échappé profondément dans son territoire avec moins de deux minutes de jeu à faire. Sur le jeu suivant, Darian Durant faisait mouche en trouvant Andy Fantuz dans la zone payante sur 8 verges. C'était 10-0 Roughriders au terme de l'engagement initial.

    Et la fameuse question était sur bien des lèvres: Calvillo allait-il encore connaître un de ces mauvais matchs de la Coupe Grey dont il semble détenir le secret?

    Une belle poussée des Montréalais a marqué le début du deuxième quart, mais ils ont dû se contenter d'un placement de 29 verges de Duval. La défensive s'est ensuite chargée de freiner les élans des Riders, et Calvillo est enfin parvenu à rejoindre ses receveurs avec plus de régularité. Mais une belle montée du terrain s'est brusquement interrompue lorsqu'un autre échappé, gracieuseté celui-là du centre-arrière Kerry Carter, est survenu. Les revirements, clés du football...

    On a assisté subséquemment à des échanges de bottés de dégagement, dont deux complètement ratés par Duval, pourtant le meilleur de sa profession au pays. Le second de ces échecs a permis aux Riders de récupérer le ballon à la ligne de 45 des Alouettes, et d'y aller d'un placement de la même distance de Congi. Un simple de Louie Sakoda sur un botté d'envoi, puis un autre placement de Congi alors que les Riders avaient atteint la ligne de 1 adverse sur une longue réception de Fantuz, et on est rentré au vestiaire avec les hommes en vert en avant 17-3.

    Après que Blue Rodeo nous eut offert de la bien belle musique canadienne, l'attaque du Montréal a enfin donné un premier signe de vie: passe de Calvillo à Jamel Richardson dans les buts couronnant une séquence de 74 verges en neuf jeux qui ramenait les Alouettes à un touché transformé de retard. La Saskatchewan a semblé vouloir répliquer immédiatement en additionnant les gros gains, mais Durant devait se faire intercepter à la porte des buts par Billy Parker. Les revirements, vous dites?

    Un autre botté de précision de Congi dans la dernière minute, et c'était 20-10 Riders aux trois quarts du parcours.

    Le dernier quart s'est ouvert sur un simple sur un dégagement de Duval. Puis les Riders, avec un peu plus de 10 minutes à jouer et alors que la défense des Alouettes en arrachait considérablement, ont semblé assener le coup de grâce sur une course de 16 verges de Durant pour le touché. Un majeur subséquent du demi Avon Cobourne sur 3 verges et un converti de deux points, puis un autre touché de Ben Cahoon par la voie des airs allaient donner du piquant à la fin de la rencontre, puis le miracle s'est produit.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.