Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Calvillo et les Alouettes en ont assez de perdre la face à la coupe Grey

    Bryan Chiu (à gauche) et Jamel Richardson (à droite) aident leur coéquipier Anthony Calvillo lors de l’entraînement tenu hier au stade McMahon en vue du match de la coupe Grey qui aura lieu dimanche, à Calgary.
    Photo: Agence Reuters Todd Korol Bryan Chiu (à gauche) et Jamel Richardson (à droite) aident leur coéquipier Anthony Calvillo lors de l’entraînement tenu hier au stade McMahon en vue du match de la coupe Grey qui aura lieu dimanche, à Calgary.
    Calgary — Les Alouettes de Montréal en ont assez de passer pour les Bills de Buffalo du nord et de constamment perdre la face au match de la coupe Grey.

    Les «Oiseaux» en seront, ce dimanche, à leur septième présence au match de championnat de la LCF depuis 2000. Ils ne l'ont emporté qu'une fois, en 2002. Leurs quatre dernières présences se sont soldées par des défaites, dont celle de l'an dernier à Montréal, aux mains des Stampeders de Calgary.

    Mais comme l'a dit Anthony Calvillo en début de semaine, assez c'est assez! Pas question de faire comme les Bills, qui ont disputé quatre fois le Super Bowl sans jamais l'emporter au début des années 1990, et ainsi joindre le club des grands perdants de l'histoire du sport.

    Les hommes de Marc Trestman entendent bien terminer la campagne de la même manière dont ils l'ont entreprise, c'est-à-dire en signant une victoire à Calgary, comme ils l'ont fait le 1er juillet dernier contre les Stampeders, à l'occasion de leur match inaugural. Et ils semblent plus déterminés que jamais à le faire.

    «Ce qui me fait dire que l'équipe de cette année est différente, c'est la fiche de 5-1 que nous avons conservée après avoir décroché le titre dans la section Est tôt cette saison», a noté Calvillo, hier, avant d'aller fouler le terrain du stade McMahon pour la première fois de la semaine. «Ceci est une équipe qui tire beaucoup de fierté de la qualité de son travail et de sa volonté de jouer du football comme elle en est capable.»

    En matinée, à l'occasion du traditionnel point de presse avec les entraîneurs des équipes en lice à la coupe Grey, Trestman a indiqué que cette fameuse fiche de 1-5 du club montréalais depuis 2000 «n'a aucune signification à nos yeux maintenant».

    «Je ne veux pas imposer les paramètres dont les joueurs se serviront pour se préparer en vue du match, mais nous traitons cette semaine comme une entité distincte des autres semaines, a dit Trestman. Le match de la semaine à venir n'a rien à voir avec celui de la semaine précédente — ç'a été là notre approche tout au long de la saison.»

    «Ceci est une équipe différente des années passées, comme il s'agira d'une équipe différente de celles des années futures», a ajouté l'entraîneur.

    «Marc Trestman a changé l'attitude de cette équipe et ce n'est pas arrivé du jour au lendemain», a souligné Calvillo, en laissant entendre que l'influence de l'entraîneur s'est faite encore plus sentir cette année, à sa deuxième campagne à la barre de l'équipe. «Je n'aurais jamais pensé que ç'aurait été possible, mais il a réussi à amener les joueurs à marier la confiance en soi avec l'humilité devant l'adversaire.»

    Trestman a aussi louangé ses joueurs, les vétérans surtout, qui ont pris l'équipe en mains cette année. «Ce sont les joueurs qui ont eux-mêmes pris les rênes de l'équipe, qui ont décidé de se rendre redevables les uns envers les autres, a expliqué l'entraîneur. Tout le monde a appris à mieux se connaître comme êtres humains, donc ils se comprennent mieux les uns les autres parce que les relations entre eux se sont approfondies. Ce qui leur permet de jouer avec plus de passion et d'émotion.»












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.