Une première «super lune bleue de sang» depuis 1866

Les phénomènes de la super lune et des éclipses lunaires sont fréquents, mais ils coïncident rarement avec une «lune bleue».
Photo: Justin Tallis Agence France-Presse Les phénomènes de la super lune et des éclipses lunaires sont fréquents, mais ils coïncident rarement avec une «lune bleue».

Un rendez-vous céleste rare marquera le 31 janvier, lorsqu’une éclipse lunaire totale se produira au moment d’une pleine lune « bleue », alors même que notre satellite naturel sera presque au plus près de la Terre, produisant ce que les astronomes appellent la « super lune bleue de sang ».

Si les conditions météorologiques sont favorables, le ciel offrira mercredi un spectacle saisissant. « Nous pourrons voir, pendant l’éclipse, les reflets sur la surface lunaire de tous les levers et couchers de soleil sur la Terre », explique Sarah Noble, une scientifique de la NASA.

Ce phénomène résulte d’un « alignement rare de ces trois cycles astronomiques », souligne Jason Aufdenberg, professeur adjoint d’astronomie à l’Université d’aéronautique d’Embry-Riddle, en Floride.

L’expression « lune bleue » désigne une deuxième pleine lune en un mois, un phénomène qui survient en moyenne tous les deux ans et demi. L’éclipse interviendra aussi seulement 27 heures après que la Lune aura atteint son point orbital le plus proche de notre planète, appelé le périgée, produisant presque une « super lune », expliquent les astronomes.

« Nous avons beaucoup de super lunes et d’éclipses lunaires, mais ces deux phénomènes ne coïncident pas souvent avec une lune bleue », précise Jason Aufdenberg. Le dernier rendez-vous céleste similaire s’était produit le 30 décembre 1982 et avait été visible en Europe, en Afrique et dans l’ouest de l’Asie.

Pour l’Amérique du Nord, il faut remonter à 152 ans, au 31 mars 1866, et avant cela au 31 mai 1341, selon les annales.

Une telle éclipse — quand la Lune passe dans le cône d’ombre produit par la Terre — est également appelée « lune de sang », car l’astre ne devient pas complètement noir, une partie de la lumière du soleil, reflétée par l’atmosphère terrestre, atteignant indirectement la surface lunaire. Sur la côte est des États-Unis, la Lune commencera à entrer dans l’ombre de la Terre mercredi à 5 h 51 du matin, indique la NASA sur son site. Elle ne sera que partielle dans cette région du continent.