Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Un institut de McGill veut être à l’avant-garde de la science ouverte

    3 septembre 2017 18h06 |Giuseppe Valiante - La Presse canadienne | Science et technologie
    Guy Rouleau, le directeur de l'institut de neurologie de l'Université McGill
    Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Guy Rouleau, le directeur de l'institut de neurologie de l'Université McGill

    Reconnu à travers le monde, un centre de recherche sur le cerveau de Montréal mène une expérience sur ce qui pourrait être son sujet le plus ambitieux : lui-même.

     

    Depuis 2016, l’Université McGill a transformé son Institut et hôpital neurologiques de Montréal en ce qui se vante d’être le tout premier centre de recherche au monde dédié à la science ouverte.

     

    En collaboration avec la communauté scientifique locale spécialisée en intelligence artificielle, le Neuro vient aider à faire de Montréal un leader mondial dans le mouvement de démocratisation de la recherche scientifique.

     

    « Dire que nous sommes les premiers, c’est plutôt ambitieux, mais selon les informations que nous avons, nous sommes les premiers », a dit en entrevue le directeur du Neuro, Guy Rouleau.

     

    La science ouverte est généralement comprise comme un mouvement qui vise à rendre la recherche scientifique et les données disponibles et accessibles aux chercheurs partout à travers le monde.

     

    Présentement, la plupart des recherches sont publiées dans des revues scientifiques privées, qui demandent des frais importants pour l’accès au contenu. Ces frais coûtent des dizaines de millions de dollars aux universités chaque année.

     

    Les aspirations du Neuro pour la science ouverte sont triples.

     

    On construit présentement ce qu’on souhaite voir devenir la plus grande bibliothèque mondiale de données cliniques, démographiques, génétiques, cellulaires et sur l’imagerie du cerveau, de même que d’échantillons biologiques de patients atteints de troubles neurologiques.

     

    Le Neuro s’apprête aussi à créer ce qu’il appelle une plateforme ouverte sur la découverte de médicaments, qui va procéder à des essais sur les cellules nerveuses de patients malades afin de tenter d’expliquer comment les maladies neurologiques se développent et comment les guérir.

     

    Troisièmement, le centre veut bâtir un système informatique qui permettra de partager ces données de recherches à grande échelle.

     

    Les trois points du projet ont pour but d’être ouverts et accessibles aux chercheurs partout sur la planète.

     

    Toutefois, le Neuro continue de permettre à ses chercheurs de publier dans les onéreuses — et exclusives — revues privées, une pratique qui reflète une partie de la culture universitaire réfractaire au changement.

     

    Les universitaires sont encore largement évalués en fonction du volume de leurs publications et les revues dans lesquelles leurs recherches se retrouvent. Leurs salaires et leurs budgets, toutefois, sont souvent payés par des fonds publics ou des fondations, alors qu’on s’attend d’eux qu’ils travaillent bénévolement à la révision d’articles dans les revues privées.

     

    Les papiers issus de leurs recherches sont ensuite revendus aux universités et le profit est empoché par les éditeurs.

     

    « Les scientifiques vont continuer de vouloir être publiés dans les revues prestigieuses même s’ils savent que c’est mauvais pour la communauté, parce qu’ils croient que c’est bon pour leur réputation », a commenté Yoshua Bengio, l’un des chercheurs les plus connus en intelligence artificielle au pays.

     

    M. Bengio, qui préside la chaire de recherche du Canada en algorithmes d’apprentissage statistique, est en croisade personnelle contre les publications commerciales de recherches scientifiques et les dénonce publiquement.

     

    Le Neuro a obtenu 45 millions $ pour la mission qu’il s’est donnée en trois volets, et M. Rouleau a affirmé que l’établissement aurait besoin de 45 millions $ additionnels au cours des sept prochaines années.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.