Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Des scientifiques néerlandais révèlent les limites de la vie humaine

    31 août 2017 | Agence France-Presse à La Haye | Science et technologie
    Le «plafond de verre» de la durée de vie humaine serait de 115,7 ans pour les femmes et de 114,1 ans pour les hommes.
    Photo: Tobias Schwarz Archives Agence France-Presse Le «plafond de verre» de la durée de vie humaine serait de 115,7 ans pour les femmes et de 114,1 ans pour les hommes.

    Des chercheurs néerlandais ont affirmé jeudi avoir fixé le « plafond de verre » de la durée de vie humaine à 115,7 ans pour les femmes et à 114,1 ans pour les hommes, malgré l’augmentation de l’espérance de vie.

     

    Des statisticiens des universités de Tilburg et de Rotterdam ont exploré des données qui s’étendent sur les trois dernières décennies de quelque 75 000 Néerlandais dont l’âge exact au moment du décès a été enregistré, a expliqué le professeur John Einmahl, l’un des trois scientifiques qui ont réalisé cette étude.
     

    En moyenne, on vit plus longtemps, mais les plus âgés parmi nous ne sont pas devenus plus âgés au cours des 30 dernières années.
    Le professeur John Einmahl
     

    « Nous avons incontestablement affaire à un mur. Évidemment, l’espérance de vie a augmenté », poursuit-il, soulignant que le nombre des personnes ayant atteint 95 ans aux Pays-Bas avait quasiment triplé.

     

    « Néanmoins, le plafond en lui-même n’a pas changé », conclut-il.

     

    L’espérance de vie est la durée de vie moyenne que les individus d’un groupe peuvent s’attendre à avoir. Il s’agit d’une mesure du bien-être de la société.

     

    Les résultats de l’étude néerlandaise viennent compléter ceux de chercheurs basés aux États-Unis qui avaient déterminé un plafond similaire l’an dernier, ajoutant cependant que les individus n’atteignaient plus des âges extrêmes comme avant.

     

    John Einmahl et ses collègues ont contesté cette dernière affirmation, observant que leurs conclusions ne montraient quasiment aucune fluctuation de la durée de vie maximale.

     

    Cependant, a ajouté le professeur, certaines personnes font fi de la norme, comme la Française Jeanne Calment, l’être humain ayant vécu le plus longtemps parmi les personnes dont la date de naissance a été certifiée.

     

    Elle est morte en 1997 à l’âge de 122 ans et 164 jours.

     

    Les conclusions des recherches de John Einmahl et de son groupe devraient être soumises pour une publication « au cours du mois prochain environ », selon le professeur.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.