Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    L’homme qui voulait vendre en ligne 500 kilos de cornes de rhinocéros

    Par cette initiative, John Hume, le plus gros éleveur sud-africain, veut faire diminuer les prix du marché noir

    26 août 2017 |Valérie Hirsch - Le Temps | Science et technologie
    Une fois coupées, les cornes de rhinocéros sont pesées et conservées dans le ranch de John Hume.
    Photo: Mujahid Safodien Agence FRance-Presse Une fois coupées, les cornes de rhinocéros sont pesées et conservées dans le ranch de John Hume.

    De mercredi à vendredi, 264 cornes de rhinocéros ont été légalement vendues sur Internet par John Hume, le plus gros éleveur sud-africain. Une première, dénoncée par les organisations de protection des animaux.


    La corne de rhinocéros, cette corne d’abondance. Plus cher que l’or ou la cocaïne, cet amas de kératine (la même substance que nos ongles et nos cheveux) se monnaie jusqu’à 60 000 $ le kilo sur le marché noir au Vietnam ou en Chine. Paré de prétendues vertus médicinales miraculeuses et symbole de réussite sociale, l’appendice a donné naissance à un sanglant trafic de contrebande, avec plus de 1050 rhinos exterminés l’an dernier en Afrique du Sud.

     

    Faire diminuer le prix sur le marché noir, c’est le pari lancé par le plus gros éleveur privé sud-africain, John Hume. Depuis mercredi, il a mis aux enchères sur la Toile 264 cornes (environ 500 kg) prélevées sur son cheptel de plus de 1500 bêtes. La vente a été clôturée vendredi 25 août à 14 heures.

     

    Permis nécessaire

     

    Hume fait scier les cornes de ses animaux tous les vingt mois, le temps qu’elles mettent pour repousser. Tout en protégeant ses bêtes décornées des risques d’être tuées par des trafiquants, il a accumulé un stock de plus de six tonnes qu’il voudrait bien valoriser. Mais ce n’est pas l’argument qu’il met en avant. « Chaque mois, mes dépenses de sécurité atteignent 170 000 $. C’est intenable ! » Les 330 éleveurs privés du pays auraient consacré plus de 100 millions de dollars en huit ans pour protéger leurs 6300 rhinos. « Si on ne les autorise pas à vendre leurs cornes, ils devront fermer, poursuit Hume. De plus, si on inonde le marché de ventes légales, le prix de la corne va baisser et le marché noir sera moins attractif. » Pour le fermier sud-africain, l’élevage en captivité à des fins commerciales est la seule solution pour assurer la survie des quelque 13 000 rhinos sauvages d’Afrique du Sud.

     

    Mais le pari n’est pas gagné. Les acheteurs devront obtenir un permis auprès des autorités sud-africaines. Celles-ci ont mis en place une banque de données pour suivre toutes les cornes vendues dans le pays. La position du gouvernement de Pretoria, qui posséderait lui-même un stock de 25 tonnes de cornes, est ambiguë : même si elle a essayé d’empêcher la vente aux enchères, la ministre de l’Environnement, Edna Mowena, pense que « la légalisation du commerce peut soutenir les efforts de conservation ».

     

    Site rédigé en chinois

     

    En théorie, les cornes devront rester dans le pays : l’embargo international imposé depuis 1977 par la Cites (Convention sur le commerce international des espèces de faune) interdit l’exportation à des fins commerciales. Mais des permis peuvent être accordés à des fins privées pour l’exportation de deux cornes au maximum : une possibilité utilisée dans le passé par de soi-disant « chasseurs » vietnamiens, jusqu’à ce que le gouvernement sud-africain siffle la fin de la récréation. Hume ne fait d’ailleurs pas mystère de la clientèle qu’il vise. Son site Internet est rédigé en anglais, en vietnamien et en chinois…

     

    « On ne peut pas faire confiance à un gouvernement, dont l’efficacité de la bureaucratie est douteuse, pour réguler la vente. Quand on sait, par exemple, que le ministre sud-africain chargé de la Sécurité d’État, David Mahlobo, a été impliqué dans la contrebande de cornes, on ne peut pas être optimiste », souligne Ross Harvey, chercheur à l’Institut des affaires internationales, dans un article publié sur le site The Conversation. « Légaliser la vente ne réduira pas la demande », ajoute Joseph Okori, du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW). Elle pourrait même l’augmenter, en faisant croire à la clientèle asiatique que le commerce est désormais autorisé.

     

    Explosion du braconnage

     

    Partisans et opposants sont en désaccord sur l’origine de l’explosion du marché noir, qui menace la survie des 29 000 derniers rhinocéros blancs d’Afrique (80 % vivent en Afrique du Sud). Le braconnage a explosé depuis dix ans, passant de 83 victimes en 2008 à 1215 en 2014. Selon Hume, c’est l’embargo international et surtout le moratoire sur la vente des cornes adopté par l’Afrique du Sud en 2009 (levé en avril dernier par un arrêt de la Cour constitutionnelle) qui ont fait exploser le braconnage. Mais pour les défenseurs des animaux, une forte hausse de la demande au Vietnam à partir de 2006 est à l’origine du trafic de cornes.

     

    L’objectif des éleveurs privés est de mettre fin à l’embargo international, en mettant en place un commerce légal contrôlé vers les pays asiatiques. « Si on ne prend pas des mesures pour répondre à la demande, nous ne sauverons pas les rhinos », pense Hume.

     

    Il est vrai que les campagnes d’information menées par des ONG pour décourager la demande dans les pays asiatiques n’ont pas encore eu de réel impact. Mais « libérer le commerce risque aussi d’aboutir à une explosion de la demande », selon Julian Rademeyer, l’auteur d’un livre sur le sujet, Killing for Profit. Si la corne devient populaire parmi la classe moyenne en Chine, même les éleveurs privés sud-africains ne pourront pas satisfaire la demande.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.