Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    «Wikipédier», un article à la fois

    Nathalie Casemajor et Ha-Loan Phan font partie des 10% de contributeurs de Wikipédia qui sont des femmes contribuant régulièrement à l’encyclopédie en ligne.
    Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir Nathalie Casemajor et Ha-Loan Phan font partie des 10% de contributeurs de Wikipédia qui sont des femmes contribuant régulièrement à l’encyclopédie en ligne.

    Le Devoir vous propose le quatrième article d’une série sur les geeks d’aujourd’hui, ces mordus dont la passion pour les pixels, les technologies du Web, la culture populaire ou les passe-temps en tout genre se décline de mille façons. Aujourd’hui, rencontre avec Nathalie Casemajor et Ha-Loan Phan, deux contributrices à l’encyclopédie Wikipédia.


    Comment composer une encyclopédie gratuite constituée de 5,5 millions d’articles en anglais et de près de 2 millions d’articles en français seulement, en croissance constante, premier résultat pour la plupart des recherches sur Internet ? C’est le fruit du travail de contributeurs bénévoles éparpillés un peu partout sur la planète, d’abord dévoués, mais surtout passionnés.

     

    Nathalie Casemajor, professeure au Centre Urbanisation Culture Société de l’Institut national de recherche scientifique, a fait ses premières contributions en rapport avec ses intérêts de recherche. « J’ai commencé à travailler sur des articles liés aux médias en licence libre et au savoir libre, se souvient-elle. En faisant des recherches, j’avais réalisé que j’en savais déjà plus que ce qu’il y avait dans ces articles, ou bien qu’ils étaient mal construits. J’ai aussi travaillé sur des articles en sciences humaines et sociales, sur des auteurs que je trouvais incomplets. » Puis elle s’est tournée vers son univers rapproché, éditant des articles en lien avec Montréal, et plus particulièrement le quartier où elle habite, le Mile End.

     

    « C’est important pour moi de redonner à cette communauté, pas seulement de rester à l’extérieur et de regarder par le trou de la serrure », ajoute-t-elle.

     

    Ha-Loan Phan, chargée de projet et responsable de la vie associative pour l’Association francophone pour le savoir (Acfas), a commencé dans une optique similaire, alors qu’elle terminait une maîtrise en biologie portant spécifiquement sur l’opossum gris. « N’importe qui qui fait un travail de recherche va toujours sur Wikipédia pour commencer, défricher et déblayer l’information existante, affirme-t-elle. L’opossum, le pauvre, peu de gens s’intéressaient à lui en tant qu’animal de recherche. L’article à son sujet portait surtout sur les façons de le domestiquer pour en faire un animal de compagnie. Son nom latin est monodelphis domestica, parce qu’il est plus gentil que les autres… même s’il reste assez vorace ! »

     

     

    Les deux jeunes femmes, rencontrées dans les bureaux de l’Acfas, ont eu la piqûre ; elles n’ont jamais cessé de contribuer à « l’encyclopédie libre que chacun peut améliorer », ainsi que Wikipédia, lancée en 2001, est présentée sur sa page d’accueil. D’ailleurs, toutes les deux ont fini par siéger, bénévolement, au conseil d’administration de Wikimédia Canada, le volet canadien de l’organisation qui chapeaute l’encyclopédie.

     

    Ouvert à tous

     

    Il n’est aucunement nécessaire d’être aussi impliqué pour y participer, toutefois ; l’encyclopédie est ouverte à quiconque est prêt à lire ses quelques règlements (ses « cinq piliers »), prendre quelques minutes pour comprendre l’éditeur visuel et, idéalement, ouvrir un compte et détailler quelque peu son profil personnel (« le minimum syndical pour faire partie de la communauté », selon Nathalie Casemajor).

     

    Près de 15 000 personnes sont des « contributeurs enregistrés actifs », c’est-à-dire qu’elles ont apporté au moins une modification à l’encyclopédie au cours du dernier mois. La somme de leurs efforts est considérable : chaque jour, environ 19 000 modifications sont apportées à Wikipédia en français et près de 100 000 en anglais, selon le site de statistiques Wikiscan. À cette masse de contributeurs s’ajoutent des contributeurs « de l'ombre » (WikiFées, WikiGnomes, WikiFourmis…), qui se chargent de tâches techniques, comme la correction d’hyperliens défectueux, notamment.

     

    Le profil des contributeurs est évidemment difficile à dresser. Mais en tant qu’utilisatrices et membres actives de la communauté, Nathalie et Ha-Loan ont toutes deux organisé des « marathons d’édition » et autres activités de contribution à Wikipédia, ce qui leur a permis de peindre un certain portrait des « wikipédiens ». « C’est sûr que les personnes les plus intéressées et qui ont le plus de temps sont souvent des retraités, des gens qui ont un passé universitaire, qui ont l’habitude de venir à la bibliothèque chercher dans les livres et qui ont le temps de contribuer », explique Ha-Loan Phan, qui participe à l’organisation des activités « Mardi, c’est Wiki » à la Grande Bibliothèque de Montréal, lors desquelles les usagers sont initiés aux rouages de la plateforme.

     

    « Notre problème, c’est la récurrence, la rétention. Les gens curieux viennent voir comment ça fonctionne, mais ils ne continuent pas nécessairement de contribuer après. C’est ce qu’on essaie d’instaurer avec la récurrence de ce rendez-vous », soutient-elle. À tout le moins, l’expérience leur aura permis de retourner à la maison avec les connaissances nécessaires pour éditer eux-mêmes, sans aide, ajoute-t-elle.

     

    « Il y a parfois des experts, mais ce n’est pas la majorité, poursuit Nathalie Casemajor, qui a organisé plusieurs activités d’édition thématique. On a travaillé avec des groupes déjà constitués. » Elle cite en exemple Mémoire du Mile End, société d’histoire locale qui a participé à une journée d’édition au sujet du quartier. « Ce sont des gens qui ont déjà rassemblé beaucoup de documentation, qui ne sont pas historiens de profession, mais qui sont éclairés et qui possèdent un savoir important. »

     

    Au bout du compte, chacun est libre d’éditer ce qu’il veut, comme il veut, et d’organiser les marathons qu’il veut. « Je peux décider d’organiser demain matin une rencontre sur le design des tables à Montréal, par exemple, et je n’ai pas du tout besoin d’aller chercher l’approbation de quiconque. Un des leitmotivs de Wikipédia, c’est “NHP” : n’hésitez pas. »

     

    Comment écrire ?

     

    Est-ce plaisant d’écrire sur Wikipédia ? Assurément, selon Nathalie Casemajor et Ha-Loan Phan. L’exercice est aussi très différent de celui d’écrire pour des publications scientifiques, affirment-elles par expérience. « Dans Wikipédia, on est descriptif, on fait seulement une synthèse, explique Nathalie.Alors que dans un article scientifique, il faut être original et analytique. »

     

    « L’objectif est de vulgariser, renchérit Ha-Loan. Ça dépend vraiment de l’article; certains sont très poussés, notamment en science ; ceux sur les mathématiques, parfois, je n’y comprends rien… Mais d’autres sont plus mâchés, c’est ce que j’ai fait pour l’opossum. Je ne vais pas raconter des détails sur telle protéine quand je sais que ça n’a pas d’intérêt encyclopédique. »

     

    Dans tous les cas, c’est la communauté qui a le dernier mot. Aucun article Wikipédia n’est personnel et chacun peut apporter des informations supplémentaires, tant qu’elles sont vérifiées et liées à une source. Certains sujets d’actualité, comme le président américain, Donald Trump, sont victimes de « guerres d’édition » : un utilisateur apporte une modification, qui est ensuite contestée par un autre, puis rétablie par un autre, et ainsi de suite. D’autres articles, comme celui sur le changement climatique, sont carrément verrouillés par des administrateurs à cause du « vandalisme », c’est-à-dire des modifications non justifiées à répétition.

     

    Ce principe communautaire primordial demeure inconnu de certaines organisations, rappelle Nathalie Casemajor. En 2013, le renseignement français a exercé de la pression sur Wikimédia France afin d’effacer un article portant sur une base militaire ; selon eux, la publication comportait des informations sensibles au sujet de l’appareil nucléaire français. Pour montrer patte blanche, le président de l’association s’est exécuté… et l’article a été rétabli tout de suite après par un autre utilisateur invoquant l’absence de raison valable derrière cette suppression.

     

    Les femmes et Wikipédia

     

    Cette encyclopédie universelle a beau être accessible à tous, elle n’est pas encore équitable. Sur Wikipédia, environ 10 % des contributeurs seraient des femmes, selon Nathalie Casemajor et… des sources citées sur Wikipédia. Cette proportion est similaire pour les articles au sujet de femmes par rapport aux hommes. « Ce biais ressort même dans les catégories, ajoute Nathalie. Les femmes sont souvent une sous-catégorie de quelque chose d’autre. Par exemple, du côté anglais, il y avait une section écrivains américains et, en dessous, il y avait une sous-catégorie “écrivains américains femmes”… »

     

    Le style d’écriture varie aussi d’un genre à l’autre. Elle cite en exemple la page de Margaret Mead, anthropologue américaine. « C’était orienté négativement au regard de sa contribution scientifique. C’était assez subtil, ça se trouvait dans la tournure de phrases du genre “le seul ouvrage vraiment reconnu est celui qu’elle a fait avec son mari”. […] Je l’ai retravaillé sans faire de blanchiment. »

     

    « Si on prend une biographie de femme, beaucoup de liens vont mener vers des pages d’hommes, alors que le contraire est généralement moins vrai », renchérit Ha-Loan Phan. Plusieurs mesures pour remédier à la situation ont été prises, comme l’initiative « Women in Red », qui invite les contributeurs à aller ajouter des liens rouges (menant vers des pages inexistantes) sur les noms de femmes dans les articles, afin d’encourager le reste de la communauté à créer ces pages.

     

    Malgré les partis pris et les « guerres d’édition », oui, Wikipédia est fiable, grâce à la communauté, selon les deux scientifiques. « Plus les gens contribuent, plus c’est fiable. […] Dans les pages très lues et très consultées, comme celle de la Ville de Montréal, les erreurs vont rapidement être repérées et corrigées. Pour les pages qui sont plutôt dans l’ombre, ça se peut qu’une erreur y reste plus longtemps », résume Nathalie Casemajor.

     

    Ha Loan-Phan rappelle que l’important, pour assurer la fiabilité d’une information, « c’est de croiser les sources ».

    Wikimania 2017 Contributeurs et passionnés de Wikipédia se réuniront à Montréal à l’occasion de l’événement Wikimania 2017, du 9 au 13 août. Des dizaines de conférences et de discussions autour de l’encyclopédie seront offertes, en présence notamment de son cofondateur Jimmy Wales.

    Ha-Loan Phan présentera la conférence « Sciences, histoire et projets Wiki : le mariage unique québécois ». Il y sera question notamment de la numérisation des archives de l’Acfas, « témoin de 100 ans de sciences au Québec », par BAnQ.

    Nathalie Casemajor organise la journée d’édition collaborative « Les Premières Nations dans Wikipédia », le jeudi 10 août. Des formateurs parlant français, anglais et attikamek seront sur place. Le dimanche 13 août, elle participera à une conférence au sujet du volet de Wikipédia en langue attikamek, lancé il y a peu de temps.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.