Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    VIH

    Des outils pour détecter les cellules latentes

    <p>Une des cures envisagées pour éradiquer le VIH vise à purger les réservoirs qui hébergent les virus latents.</p>
    Photo: David Longstreath Associated Press

    Une des cures envisagées pour éradiquer le VIH vise à purger les réservoirs qui hébergent les virus latents.

    Les chercheurs ont cru pendant quelque temps qu’un traitement précoce aux antirétroviraux pouvait guérir certaines jeunes personnes infectées par le VIH, étant donné que le virus était indétectable dans leur sang. Leurs espoirs se sont malheureusement envolés quand le virus est réapparu en force chez ces personnes.

     

    Or, des chercheurs du Centre de recherche du CHUM viennent de mettre au point deux nouveaux outils qui permettent de détecter avec beaucoup plus de finesse les virus latents enfouis au creux de certaines cellules et qui soudainement se réveillent et recommencent à se multiplier.

     

    Ces outils permettront non seulement de vérifier si une personne est toujours infectée même si sa charge virale semble très faible, mais aussi de savoir dans quels types de cellules le virus se cache afin de les cibler.

     

    Indétectable

     

    Jusqu’à récemment, les techniques classiques permettaient de détecter jusqu’à une cellule infectée par 100 000. Sous ce seuil, le virus était indétectable. On a alors cru que le virus avait disparu et qu’on pouvait arrêter la trithérapie. Mais en l’absence d’antirétroviraux, le virus est revenu, et on a compris que des virus vivants étaient toujours présents chez les patients et empêchaient une guérison complète.

     

    Même quand on le croit disparu, le VIH demeure tapi quelque part. Il peut s’agir de virus défectueux qui sont incomplets et donc incapables de se répliquer et, de ce fait, aucunement dangereux pour le patient, ou bien de virus vivants mais endormis qui vont se réveiller et se multiplier dès que la cellule qui les héberge sera activée, explique le Dr Jean-Pierre Routy de l’Université McGill.

     

    Les techniques mises au point par Nicolas Chomont et Daniel Kaufmann du CRCHUM permettent de dépister les virus vivants qui peuvent se répliquer et qui sont les vrais coupables de la résurgence de la maladie.

     

    De plus, ces techniques permettent de débusquer ces virus alors qu’il n’y en a plus que dans une cellule par million. Ces techniques aideront donc à décider s’il est vraiment opportun d’abandonner la trithérapie chez un patient.

     

    Virus en dormance

     

    La technique de « cytométrie de flux » employée par M. Kaufmann permet de visualiser les cellules contenant le virus en les marquant avec des molécules fluorescentes. Pour ce faire, on réveille d’abord les virus en dormance à l’aide d’agents réactivateurs de la latence.

     

    Puis, on utilise de petites séquences d’ADN complémentaire qui, lorsqu’elles reconnaissent une section du code génétique du virus dans des cellules, s’y collent, ce qui induit la fluorescence des protéines qui y sont attachées.

     

    « On marque ainsi le code génétique du virus d’une couleur, et les protéines qui forment l’enveloppe du virus d’une autre couleur. Ensuite, on introduit notre échantillon de sang ou de ganglion dans une machine qui permet de voir les cellules qui se colorent, et donc qui contiennent l’ARN du virus ou ses protéines. On a testé cet outil chez des patients sous trithérapie pour voir dans quelles cellules CD4 le virus était présent et pouvait se réveiller si on stimulait ces cellules avec des agents réactivateurs de la latence. Cet outil nous permet aussi de mesurer la fréquence des cellules infectées par les virus que l’on a réactivés », explique le chercheur.

     

    Une des cures envisagées pour éradiquer le VIH vise à purger les réservoirs qui hébergent les virus latents.

     

    Pour ce faire, il faudra dans un premier temps réactiver les virus dormants afin de les rendre visibles aux cellules du système immunitaires qui devront ensuite tuer les cellules qui les contiennent.

     

    « Notre outil pourra servir à savoir dans quels sous-types de cellules CD4 chaque agent réactivateur de latence réussit à réveiller le virus. Il pourra aussi nous aider à découvrir les gènes qui, dans ces cellules, sont activés en même temps que le virus, et qui pourraient devenir des cibles thérapeutiques supplémentaires, car en les bloquant on pourrait empêcher les virus de se réveiller », propose M. Kaufmann.

     

    À ce jour, seul le « patient de Berlin » a été guéri du VIH à la suite d’une greffe de moelle osseuse qu’il a reçue après qu’on eut détruit toutes ses cellules sanguines.

     

    Ce patient a eu une chance exceptionnelle : celle de trouver un donneur compatible (évaluée à une sur 50 000) et celle que les cellules de ce donneur ne pouvaient être infectées en raison d’une défectuosité d’un récepteur permettant normalement l’entrée du VIH dans la cellule, fait remarquer le Dr Routy pour montrer que la guérison n’est pas encore à la portée de tous les patients.
     













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.