Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Techniques d’administration de la thérapie génique

    Les Québécois sont un peu plus nombreux qu’ailleurs dans le monde à souffrir de certaines maladies génétiques rares.
    Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir Les Québécois sont un peu plus nombreux qu’ailleurs dans le monde à souffrir de certaines maladies génétiques rares.

    La thérapie génique vise à rétablir la fonction du gène portant une mutation. Pour ce faire, on insère dans le génome des cellules affectées une copie normale du gène muté. Dans un avenir prochain, on réparera le gène défectueux grâce au fameux système CRISPR/Cas9.

     

    Méthode classique

     

    Actuellement, la thérapie génique ne peut être envisagée que pour des maladies causées par une mutation qui empêche le fonctionnement du gène dans lequel elle se situe. Dans de tels cas, le gène muté ne produit pas suffisamment, ou pas du tout, la protéine qu’il devrait fournir normalement à l’organisme. On s’applique alors à introduire dans les cellules des tissus affectés une copie normale de ce gène, qui compensera le gène déficient. Pour assurer la livraison de cette copie normale du gène, on a recours à des virus qui ont été atténués et ont perdu leur capacité de se répliquer.

     

    Vecteurs

     

    En raison de leur propension à infecter les cellules, les virus constituent d’excellents vecteurs. Le Dr James Wilson du Rose H. Weiss Orphan Disease Center de la Perelman School of Medicine à la University of Pennsylvania a découvert en 2000 la famille des virus adéno-associés (AAV), qui infectent tous les humains sans les rendre malades. « Il s’agit de virus latents qui sont très stables et faciles à produire. Ils sont capables d’acheminer le gène jusque dans le noyau des cellules. Et ils ne causent pas d’inflammation et n’activent pas la réponse immunitaire », a-t-il précisé au Devoir lors de son passage au Québec en février dernier.

     

    Le Dr Wilson a identifié plus d’une centaine de ces nouveaux AAV. Chaque sous-type infecte mieux certains tissus que d’autres. Selon le tissu qui est visé par la thérapie génique, on choisit donc un sous-type plutôt qu’un autre. « Les AAV pénètrent dans le noyau des cellules, mais ils ne s’intègrent généralement pas dans le génome. Le gène qu’ils contiennent s’exprime sans avoir besoin de s’intégrer, c’est ce qui est important », précise le Dr Daniel Gaudet, professeur au Département de médecine de l’Université de Montréal.

    Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir
     

    In vivo

     

    Cynthia Turcotte, qui est atteinte d’hyperchylomicronémie familiale (HF), a subi en 2009 une thérapie génique expérimentale qui utilise des AAV conçus par le Dr Wilson. Ces AAV devaient acheminer une copie normale du gène responsable de la production de la lipase lipoprotéine (LPL), une enzyme qui débarrasse le sang des gras alimentaires qui y sont déversés lors d’un repas, dans ses cellules musculaires, où est normalement synthétisée la LPL. Les études cliniques menées sur cette thérapie génique (appelée Glybera) par le Dr Daniel Gaudet au Centre études cliniques Ecogene-21 de Chicoutimi ont finalement abouti à son approbation par l’Agence européenne des médicaments. « Il s’agit à ce jour de la seule thérapie génique autorisée en Occident », souligne fièrement le Dr Gaudet. Pour Cynthia Turcotte, cette thérapie lui a permis de « gagner un peu de qualité de vie et surtout d’estomper la peur de souffrir à nouveau d’une pancréatite aiguë », une complication de l’HF qui peut laisser de sérieuses séquelles et même causer la mort.

     

    « Une limite de cette méthode est qu’il n’y a pas moyen de réguler finement l’expression du gène correcteur que l’on introduit dans la cellule, car son expression est en général contrôlée par les séquences de régulation du vecteur viral. L’expression du gène correcteur est continue et toujours la même, alors que, normalement, dans une cellule humaine, elle subit des modulations », ajoute le Dr Fabien Touzot, clinicien chercheur dans le service d’immunologie et rhumatologie pédiatrique du CHU Sainte-Justine.

     

    Ex vivo

     

    La thérapie génique qu’a reçue le petit Zak cette semaine se déroule un peu différemment. Il y a quelques semaines, on a prélevé de 50 à 100 ml de moelle osseuse dans l’os de sa hanche dans le but de recueillir des cellules souches hématopoïétiques (CSH), qui produisent toutes les cellules du sang : plaquettes, globules rouges et globules blancs, dont les lymphocytes T, chefs de file de l’immunité. En laboratoire, ces CSH ont été mises en présence de rétrovirus de la famille du VIH — ayant été inactivés et ayant perdu la capacité de se multiplier — dans lesquels on avait introduit une copie normale du gène ADA portant la mutation.

     

    Lorsque les rétrovirus infectent les CSH, le gène correcteur s’intègre dans le génome des CSH, qui acquièrent ainsi la capacité de produire des cellules sanguines parfaitement normales. Cette semaine, on a réinjecté par transfusion ces CSH modifiées à Zak après lui avoir administré une chimiothérapie destinée à détruire ses CSH anormales. Les CSH contenant une copie normale du gène ADA devraient maintenant migrer dans sa moelle osseuse, où elles produiront des cellules sanguines normales.

     

    Le principal risque associé à cette méthode est le fait que « les virus contenant le gène correcteur s’intègrent à un endroit aléatoire du génome de la cellule. Lors des premiers essais de thérapie génique, il y a eu des insertions près de gènes suppresseurs de tumeurs qui ont entraîné des anomalies de ces gènes et abouti au développement de leucémies, dont l’une fut mortelle. Mais depuis on a beaucoup amélioré les vecteurs viraux de façon à ce qu’ils n’interviennent pas sur les gènes avoisinant leur site d’insertion », rappelle le Dr Touzot avant de souligner que « les patients qui ont subi cette thérapie génique en 1999-2000 sont toujours guéris de leur déficit immunitaire ».

     

    L’édition de gènes avec CRISPR/Cas9

     

    L’approche qui sera adoptée dans un avenir prochain sera microchirurgicale et permettra de réparer la mutation présente dans le gène. Cette approche, qui n’a pas encore été expérimentée chez l’humain, fait appel au système CRISPR/Cas9, qui a le pouvoir de couper les brins d’ADN du génome à des endroits très précis si on lui fournit des repères sous la forme d’un petit ARN guide.

     

    Dans un vecteur viral, on introduira le gène codant pour l’enzyme Cas9, l’ARN guide lui permettant de couper le brin d’ADN de part et d’autre du gène muté, ainsi qu’« une copie du gène normal, qui servira de séquence modèle au système de réparation de la cellule qui corrigera l’anomalie génétique. Ainsi, le gène que nous réparons reste sous le contrôle des séquences de régulation de la cellule », explique le Dr Touzot, qui a été recruté par le CHU Sainte-Justine pour mettre en oeuvre cette approche thérapeutique au Québec.

    L’immunothérapie du cancer L’utilisation de la thérapie génique pour s’attaquer au cancer est l’une des voies les plus prometteuses de traitement pour cette impitoyable maladie. La technique consiste à prélever des cellules immunitaires du patient, en l’occurrence des lymphocytes T, dans lesquelles on insère un gène codant pour un récepteur qui s’exprimera à leur surface. Ce récepteur permettra à ces lymphocytes T de reconnaître les cellules cancéreuses, de les repérer, et ensuite de les détruire. « On peut même imaginer de transférer ce gène à des cellules souches hématopoïétiques, ce qui permettrait une production quasiment continue de lymphocytes T ciblant les cellules cancéreuses », avance le Dr Fabien Touzot.
     

    Pour quelles maladies? Diverses maladies monogéniques telles que :

    Des déficits immunitaires, dont le déficit immunitaire combiné sévère (SICS)

    Des maladies de l’hémoglobine, telles que la bêta-thalassémie et la drépanocytose ou anémie falciforme;

    Le déficit de la coagulation, dont l’hémophilie B;

    Des maladies du foie, dont la tyrosinémie héréditaire hépatorénale et l’hypercholestérolémie familiale;

    Des maladies de la rétine, comme la rétinite pigmentaire;

    Des pathologies affectant le cerveau ou les neurones moteurs qui commandent la contraction des muscles, dont l’ataxie de Friedreich, la dystrophie musculaire de Duchenne, l’amyotrophie spinale et certaines formes de sclérose amyotrophique latérale (SLA).












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.