Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Recherche

    Être imperméables aux émotions transmises par la musique

    27 mars 2017 |Monique Castro - Le Temps | Science et technologie
    Lors de l’écoute d’un morceau agréable, le dialogue cérébral augmente entre le cortex auditif et les régions sous-corticales liées au plaisir.
    Photo: Radist Getty Images Lors de l’écoute d’un morceau agréable, le dialogue cérébral augmente entre le cortex auditif et les régions sous-corticales liées au plaisir.

    Des chercheurs ont démontré l’existence d’anhédonie musicale chez des personnes en bonne santé. Cette incapacité à ressentir de l’émotion à l’écoute de la musique était jusqu’alors peu documentée.


    Une symphonie de Beethoven ? Bof. Un bon vieux Rolling Stones, le dernier Beyoncé ? Pas davantage. Certaines personnes ne ressentent aucun plaisir à écouter de la musique, quel qu’en soit le style. Une étude scientifique lève le voile sur les ressorts de cette « anhédonie musicale », selon le terme scientifique. Leur découverte pourrait ouvrir de nouvelles pistes thérapeutiques.

     

    L’anhédonie, du grec « a » (sans) et « hêdonê » (plaisir), définit l’incapacité de certaines personnes à ressentir des émotions positives, comme c’est souvent le cas pendant les dépressions. Mais la découverte que des personnes en parfaite santé se révèlent incapables d’éprouver de plaisir à l’écoute de la musique est plus étonnante. « Nous avions connaissance de trois ou quatre personnes devenues anhédoniques musicales à la suite de lésions cérébrales. Que des personnes sans handicap ni problème particulier en soient atteintes, est une révélation », affirme Josep Marco-Pallarés, de l’Université de Barcelone, auteur avec des collègues espagnols et canadiens de l’étude publiée dans la revue PNAS en novembre.

     

    Oreille musicale

     

    Quand nous écoutons de la musique, comme pour tous les actes de la vie, le cerveau essaie en permanence d’anticiper ce qui pourrait nous arriver. Pour établir ses prédictions, il puise dans la mémoire et fait des liens avec ce que nous avons déjà vécu, ou ce qui pourrait s’en approcher. « Le plaisir n’est, ni plus ni moins, que la réalisation de ce que nous avons prédit », explique Robert Zatorre, de l’Université McGill de Montréal. C’est pourquoi il est si difficile de ressentir des émotions quand nous écoutons une musique inconnue pour la première fois.

     

    En 2013, le chercheur et ses collègues ont montré que, lors de l’écoute d’un morceau agréable, le dialogue cérébral augmente entre le cortex auditif et les régions sous-corticales liées au plaisir, dites de la récompense. Une année plus tard, les mêmes chercheurs ont cherché à dessiner le « profil hédonique » d’un millier de volontaires. C’est-à-dire le niveau de plaisir individuel atteint lors de différents stimuli, tels que la musique, la nourriture, le sport, le sexe, etc. Afin d’évaluer leur plaisir à l’écoute d’un extrait de musique, des capteurs mesuraient leur sudation, leur rythme cardiaque et leur respiration. C’est de cette manière qu’ils ont découvert des personnes ne ressentant aucune émotion à l’écoute de la musique.

    Les différents stimuli qui provoquent du plaisir, comme la musique, la nourriture, le sexe ou la drogue, activent tous le cerveau de la même manière
    Robert Zatorre, professeur à l'Université McGill

    Contrairement aux personnes qui n’ont pas « l’oreille musicale », les anhédoniques musicaux distinguent les notes et « perçoivent parfaitement les rythmes et les mélodies », précise Josep Marco-Pallarés. Ils font également la différence entre des musiques gaies, tristes ou mélancoliques même quand elles leur sont totalement inconnues. Sauf que leur approche musicale est purement intellectuelle : ils restent de marbre. Pas de sudation, pas de variations du rythme cardiaque ou de la respiration. Rien. Les chercheurs évaluent que 2 à 3 % de la population seraient concernés.

     

    Hyperhédonie

     

    Pour leur étude récente, les scientifiques ont recruté 45 participants qui ont été répartis en trois groupes : les hyperhédoniques musicaux (les plus réactifs), les anhédoniques musicaux et les personnes « standards ». Ces cobayes ont été placés dans un appareil d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle afin d’observer l’activité de leur cerveau quand ils écoutent de la musique, mais aussi quand ils jouent au poker — ces deux stimuli activant les circuits cérébraux du plaisir de manière similaire.

     

    Les images ont montré un manque d’activité du noyau accumbens, structure sous-corticale essentielle du réseau de la récompense, à l’écoute de la musique chez les anhédoniques musicaux. « L’expérience a en revanche montré que ces personnes avaient une réponse émotionnelle aux jeux d’argent et qu’ils pouvaient même prendre des risques », illustre Hervé Platel, neuropsychologue à l’Université de Caen. En dehors de la musique, ces hommes et ces femmes sont donc tout à fait capables de ressentir des émotions.

     

    « Cela signifie qu’il est possible de déconnecter les différentes influences qui agissent sur le système de la récompense, relève Robert Zatorre, qui s’interroge : pourrait-on utiliser ces mécanismes à des fins thérapeutiques, notamment dans le cadre du traitement des addictions ? En effet, les différents stimuli qui provoquent du plaisir, comme la musique, la nourriture, le sexe ou la drogue, activent tous le cerveau de la même manière. »

     

    « Arriverons-nous par exemple à apporter à une personne la dose de plaisir que recherche son cerveau en l’orientant vers l’art plutôt que vers la drogue ? », questionne Hervé Platel.

     

    Si les mécanismes de l’anhédonie musicale commencent à être identifiés, ses causes demeurent encore inconnues. « Nous ignorons si elle est génétique ou si elle apparaît à un moment donné. Ce dont nous sommes certains, c’est qu’elle n’est pas liée à un manque d’éducation musicale », précise Robert Zatorre. Les anhédoniques musicaux précisent pendant les entretiens qu’ils connaissent la musique et racontent parfois l’obstination de leur entourage à leur faire découvrir de nouvelles musiques qu’ils seraient susceptibles d’apprécier…













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.