Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    La plus ancienne preuve de vie sur Terre était enfouie dans le nord du Québec

    Les microfossiles étaient enfouis dans des couches de quartz du site géologique de la ceinture de Nuvvuagittuq.
    Photo: Jonathan O'Neil Université McGill / La Presse canadienne Les microfossiles étaient enfouis dans des couches de quartz du site géologique de la ceinture de Nuvvuagittuq.

    La vie sur terre pourrait être apparue encore plus précocement qu’on ne le pensait. Des chercheurs ont découvert près d’Inukjuak, dans le Nord-du-Québec, des micro-organismes fossiles qui auraient entre 3,77 et 4,29 milliards d’années, soit seulement quelques centaines de millions d’années de moins que notre planète.

     

    Les scientifiques ont mis en évidence ces microfossiles dans des couches de quartz du site géologique de la ceinture de Nuvvuagittuq. Leurs travaux sont publiés mercredi dans Nature.

    Si l’on se fie aux conclusions des chercheurs, ces fossiles outrepassent par leur âge la barre des 3,7 milliards d’années attribuées aux éléments qui étaient jusqu’à présent identifiés comme les fossiles les plus anciens. Ces derniers avaient été trouvés au Groenland et identifiés comme de possibles fossiles en août dernier.

    « Grâce à des images laser des échantillons prélevés, nous avons pu identifier des microfossiles, qui sont les plus vieux connus au monde », a déclaré Matthew Dodd, de l’University College London (UCL), dans une vidéo postée sur le site Web de la revue.

    En diamètre, ils font la moitié de celui d’un cheveu humain. En longueur, ils mesurent jusqu’à un demi-millimètre, précise-t-il.

    « Le plus excitant dans ces découvertes », c’est que la vie ait réussi à démarrer sur la Terre de façon précoce — « ce qui soulève d’intéressantes questions » sur ce qui s’est passé sur Mars et ailleurs dans l’Univers, considère Matthew Dodd. « Si la vie est arrivée si vite sur la Terre, […] a-t-elle pu faire de même sur d’autres planètes ? » s’interroge-t-il.

    La Terre s’est formée il y a 4,567 milliards d’années.

    Avec la plus vieille roche

    Ces microfossiles ont été repérés dans la Ceinture de Nuvvuagittuq, un affleurement situé le long des côtes du Québec, qui est réputée abriter la plus vieille roche connue (4,29 milliards d’années). « Elle a été datée selon une méthode robuste, mais cela reste toutefois controversé », précise à l’AFP Dominic Papineau, de l’UCL, principal auteur de l’étude.

    « Pour rester prudents », les scientifiques ont donné aux micro-organismes « un âge minimum de 3,77 milliards d’années », ajoute-t-il.

    C’est déjà plus ancien de 300 millions d’années que les plus vieux microfossiles connus jusqu’à présent, qui ont été trouvés en Australie et sont âgés de 3,460 milliards d’années, souligne Dominic Papineau.

    Les microfossiles se sont formés au fond de la mer, à proximité de « cheminées hydrothermales », qui réchauffent les eaux et sont le fruit de l’activité volcanique, soulignent les chercheurs.

    Dominic Papineau s’est rendu au Québec pour choisir les échantillons de jaspe rouge qui ont ensuite été analysés. Il fallait démontrer que les structures étaient bien d’origine biologique.

    De minuscules filaments et des tubes formés par des sortes de « bactéries » qui vivaient sur du fer ont été retrouvés encapsulés dans des couches de quartz, souligne UCL dans un communiqué.

    Scepticisme scientifique

    Si les auteurs de l’étude parue dans Nature — dont plusieurs sont issus de l’University College de Londres — s’extasiaient mercredi sur leur récente découverte, leur travail est loin d’être terminé, puisqu’ils doivent encore convaincre l’ensemble de la communauté scientifique que les éléments trouvés ont bel et bien abrité des formes de vie.

    L’étude rendue publique mercredi n’a pour l’instant pas suffi à convaincre les spécialistes, du moins pas tous.

    Martin J. Van Kranondonk, qui avait rapporté la découverte de fossiles anciens au Groenland au mois d’août, est parmi ceux qui ont des doutes. « Je dirais qu’il ne s’agit pas de fossiles », a dit le chercheur de l’université australienne New South Wales en entrevue avec l’Associated Press, au sujet des filaments détectés dans la ceinture géologique de Nuvvuagittuq.

    Dans leur article scientifique, les chercheurs de l’University College de Londres mettent toutefois de l’avant plusieurs éléments pour soutenir l’idée que les fossiles trouvés ont réellement porté la vie, notamment le fait qu'ils se trouvaient près d’un couloir sous-marin réchauffé par des sources hydrothermales.

    « C’est sûr que ça va créer un débat et c’est comme ça que fonctionne la science. Il faut remettre en question ces découvertes-là et il faut essayer de rester objectif, ce qui est parfois un peu difficile », répond Jonathan O’Neil, de l’Université d’Ottawa, qui agissait à titre de géologue expert en environnements primitifs tout au long des recherches. Une telle discussion « saine », selon lui, permet d’avancer en terrain scientifique.

    Mystère de la vie 

    En septembre 2016, une autre équipe de chercheurs avait annoncé avoir découvert au Groenland des stromatolites (des structures calcaires formées par des colonies microbiennes) vieux de 3,7 milliards d’années.

    Ces stromatolites se sont formés à la surface de l’eau alors que les micro-organismes décrits par la nouvelle étude sont nés dans les profondeurs marines.

    Pour Matthew Dodd, la nouvelle étude montre que « la vie s’est développée sur notre planète à un moment où Mars et la Terre avaient de l’eau liquide à leur surface ».

    « Par conséquent, nous nous attendons à trouver des preuves de vie passée sur Mars il y a quatre milliards d’années. À moins que la Terre ne soit une exception », dit-il.

    Pour le chercheur Jonathan O'Neil, l’étude rendue publique mercredi est loin d’être une porte de sortie ou une résolution définitive de l’immense question de la naissance de la vie. Plus encore, la vie primitive pourrait être révélatrice de la vie qui reste à être découverte dans le futur — proche comme lointain —, croit-il.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.