Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    L’Acfas au coeur du Quartier latin

    7 mai 2016 | Martine Letarte - Collaboration spéciale | Science et technologie
    Selon le recteur Robert Proulx, le congrès est l’occasion de réaffirmer l’identité de l’UQAM comme grande université de recherche.
    Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir Selon le recteur Robert Proulx, le congrès est l’occasion de réaffirmer l’identité de l’UQAM comme grande université de recherche.
    Ce texte fait partie d'un cahier spécial. 

    Le 84e congrès de l’Association francophone pour le savoir (Acfas) se tiendra du 9 au 13 mai, à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Plus de 6000 participants sont attendus en provenance de la francophonie d’ici et d’ailleurs pour aborder différents sujets de recherche, de l’environnement aux droits de la personne en passant par les dernières avancées dans le domaine médical. Un rendez-vous qui enthousiasme Robert Proulx, recteur de l’UQAM. Entrevue.

    « Points de rencontre » : c’est le thème du congrès de l’Acfas cette année. Un thème tout désigné aux yeux du recteur de l’UQAM. Cette université, située au coeur du Quartier latin, a justement été créée en 1969, en pleine Révolution tranquille, pour démocratiser l’institution universitaire. L’enjeu était particulièrement important pour les francophones, peu nombreux à l’époque à accéder aux études supérieures.

     

    « Ce congrès est l’occasion de réaffirmer notre identité comme grande université de recherche qui sert aussi d’ancrage dans la communauté pour développer et améliorer les services à la collectivité », affirme Robert Proulx, en poste comme recteur depuis quatre ans.

     

    Cette volonté de démocratiser le savoir et d’en faire bénéficier la population se vit de différentes façons. Notamment, par la recherche, grâce à ses retombées dans les communautés.

     

    Par exemple, l’UQAM organise à l’Acfas avec plusieurs partenaires un colloque sur le thème des liens à créer entre les villes et les campagnes. De nouvelles technologies dans le domaine agricole sont développées, les progrès sont indéniables, mais des questions éthiques et environnementales surgissent. Des gens s’inquiètent. Il y a du mécontentement, de la méfiance et, très souvent aussi, une méconnaissance entre urbains et ruraux. Des chercheurs de l’UQAM et d’autres universités dans différentes régions, des gens du milieu et des invités français seront, entre autres, parmi les participants à l’événement.

     

    « Ce colloque tentera de rapprocher les gens des villes, dépendants de l’agriculture, et les gens des régions, qui ont besoin des connaissances et de l’activité économique générées par les villes », indique Robert Proulx.

     

    Le congrès propose aussi des activités grand public. Par exemple, une balade se tiendra dans Centre-Sud, cet ancien centre-ville francophone, avec visite de l’Écomusée du fier monde. Ce voyage dans le temps à travers le quartier sera guidé par Joanne Burgess, professeure au Département d’histoire de l’UQAM et directrice du Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal. Elle a d’ailleurs obtenu l’an dernier le prix Acfas–André-Laurendeau accordé à un scientifique dans le domaine des sciences humaines.

     

    Lancer de nouvelles initiatives

     

    L’Acfas accueillera également de nombreux politiciens québécois. Denis Coderre, maire de Montréal, est le président d’honneur du congrès. Hélène David, ministre responsable de l’Enseignement supérieur, et Dominique Anglade, ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, participeront à l’événement. Plusieurs entreprises et organisations de la société civile y seront également.

     

    En plus de scientifiques établis en provenance de 40 pays, de nombreux étudiants aux cycles supérieurs viendront présenter leurs résultats de recherche au congrès de l’Acfas. Cette effervescence suscitée par toutes ces rencontres permet à de nouvelles idées de germer et à des partenariats de voir le jour.

     

    « Créer de nouvelles alliances est manifestement l’objectif des événements du genre, affirme Robert Proulx. Un jeune au doctorat qui présente ses travaux et qui réussit à attirer l’attention d’un chercheur d’un autre établissement universitaire pourra par la suite travailler avec lui, ou aller faire un stage auprès de lui. C’est une occasion très intéressante pour les jeunes chercheurs francophones qui ont aussi l’occasion d’échanger entre pairs. »

     

    L’importance de la science en français

     

    La recherche en français peut sembler dépassée pour plusieurs, mais Robert Proulx y croit. Lui-même, lorsqu’il était chercheur en intelligence artificielle et en sciences cognitives, a énormément publié en anglais, sans toutefois négliger de le faire en français.

     

    « L’anglais est le véhicule généralisé de transmission de la connaissance ; on ne peut pas le nier. Mais la recherche en français n’est pas qu’une question de langue. C’est aussi une question de culture. Comment on voit les choses, comment on cerne les enjeux. La science francophone ne procède pas de la même façon que la science anglo-saxonne. Le Québec par exemple, ancré en Amérique du Nord, a une façon bien particulière de voir les choses et il faut préserver ces particularités, cette culture. Sinon, la science n’en sortirait pas gagnante. »

     

    Le recteur, qui a fait toute sa carrière à l’UQAM, est donc convaincu qu’il faut continuer de faire des efforts pour affirmer la science en français.

     

    « Et c’est ce que fait l’Acfas. C’est important de créer des liens avec tous ces petits îlots d’étudiants de la francophonie. Il y en a un peu partout, même en Chine ! Pour y arriver, l’UQAM travaille aussi avec l’Agence universitaire de la Francophonie [AUF]. Lorsqu’on se met en réseau, on est moins isolés et c’est plus facile de réaffirmer l’importance du fait français. »

     

    Il se dit d’ailleurs optimiste quant à l’avenir de la science en français.

     

    « Il y a un grand dynamisme actuellement et les 6000 participants au congrès de l’Acfas cette année, un record, en sont la preuve. La science en français n’est pas morte, loin de là ! »

     

    L’Acfas regroupe quelque 5000 scientifiques de tous les domaines de la connaissance. C’est la cinquième fois que l’UQAM accueille son congrès annuel.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.