Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Jeux pour enfants

    Des achats intégrés choquent des parents

    Leur coût total varie grandement d’un jeu à l’autre, confirment les experts

    18 octobre 2015 | Victoria Ahearn - La Presse canadienne à Toronto | Science et technologie

    Tout comme Kanye West qui a récemment écrit quelques gros mots sur Twitter à ce sujet, une mère monoparentale de Toronto a reçu une facture pour les achats proposés par les applications utilisées par sa petite fille de 4 ans.

     

    En jouant au jeu Angry Birds sur la tablette numérique de sa mère, la petite a cliqué sur plus d’une dizaine d’invitations de l’application pour passer à des niveaux supérieurs.

     

    Robyn Holmes a commencé à recevoir des courriels la remerciant pour ses achats. Elle ignorait alors quels achats elle avait fait. Une facture de 80 $ l’en a informée.

     

    Mme Holmes, une gestionnaire de solutions technologiques, n’avait pas réalisé que les réglages de sa tablette permettaient à sa fille de faire des achats directement par les applications.

     

    Elle a appris sa leçon, tout comme Kanye West, qui a publié un gazouillis explicite à l’endroit de « toutes les sociétés de jeu qui mettent des achats intégrés sur les jeux pour enfants ».

     

    « Cela ne fait aucun sens !!! Nous donnons le iPad à notre enfant et à chaque cinq minutes il y a un nouvel achat !!! », continue le rappeur dans une nouvelle publication sur Twitter.

     

    « Si un jeu est fait pour un enfant de deux ans, permettez-leur simplement d’avoir du plaisir et donnez une pause aux parents, pour l’amour du Christ. »

     

    L’acteur américain Jack Black s’est aussi plaint des achats intégrés aux applications à l’émission The Tonight Show Starring Jimmy Fallon, en mai dernier. Son fils avait dépensé 3000 $ sur un seul jeu.

     

    Les applications gratuites présentent souvent ce genre d’options payantes. Parfois, les quelques premières minutes ou niveaux de jeu sont gratuits. D’autres fois, le jeu incite le joueur à acheter plus de vies ou des contenus boni.

     

    Selon l’experte en médias numériques Aimee Morrison, professeure associée d’anglais à l’université de Waterloo, le problème s’est quelque peu amélioré après que les développeurs de jeux gratuits ont commencé à indiquer la présence de ces achats intégrés dans les boutiques en ligne d’applications. Mais le coût total des achats intégrés varie grandement d’un jeu à l’autre, a-t-elle ajouté.

     

    Les experts conseillent vivement aux parents de changer les réglages de leurs appareils, de manière à empêcher les achats sans confirmation. Les parents peuvent aussi veiller à ce que les jeux de leurs enfants ne proposent pas ce genre d’option.

     

    Le studio de Toronto Sago Sago, lui, crée des applications sans achats intégrés ni publicité pour les enfants de deux à quatre ans. En revanche, elles coûtent 2,99 $ à l’achat.

     

    « Cela pose un défi pour nous, mais dans les faits, nous avons gagné la confiance de beaucoup de parents », note le chef de la direction, Jason Krogh.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.