Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Le chaos annoncé

    Les statistiques canadiennes manquent… et mentent

    En 2010, les conservateurs supprimaient le recensement long obligatoire. Aujourd’hui, les chercheurs naviguent à l’aveugle dans des banques de données trouées, ou carrément faussées.

    La nouvelle enquête (ENM) a été envoyée à un ménage sur trois avec un taux de réponse de 68 % (22,4 % de la population).<br />
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La nouvelle enquête (ENM) a été envoyée à un ménage sur trois avec un taux de réponse de 68 % (22,4 % de la population).

    Cinq ans après la disparition du recensement dans sa version longue, les pires craintes exprimées par la communauté scientifique se confirment, a constaté Le Devoir. La décision du gouvernement Harper d’alléger la portée du questionnaire prive non seulement les chercheurs de données fiables, mais enlève aussi des références essentielles aux gouvernements pour l’élaboration des politiques publiques.

     

    « J’ai rarement vu une décision donner lieu à une critique aussi unanime, résume la présidente de l’Acfas, Louise Dandurand. On avait sonné l’alarme et là, on constate l’ampleur du désastre. »

     

    La semaine prochaine, au Congrès de l’Acfas, l’Institut de la statistique du Québec doit présenter un rapport accablant sur les dommages causés par cette ponction subie par le recensement. Si la recherche en souffre, la qualité des décisions gouvernementales y perd aussi. Où doit-on installer les nouvelles garderies ? L’état des appartements locatifs s’est-il amélioré ? Les programmes d’aide économique aux régions fonctionnent-ils ? L’étude de l’ISQ démontre aussi que l’Enquête nationale sur les ménages (ENM), qui a remplacé l’ancien recensement en 2011, est non seulement faible, mais aussi plus coûteuse à utiliser.

     

    Concrètement, le changement fait en sorte que les gens qui reçoivent le formulaire long ne sont plus obligés de répondre à ses 53 questions. Seules les quelque dix questions du formulaire court demeurent obligatoires. Les questions rendues optionnelles touchent notamment aux habitudes de vie, au travail, et documentent la réalité des minorités immigrantes et autochtones.

     

    À l’époque, le gouvernement Harper avait justifié ce virage par la nécessité de protéger la vie privée. La décision avait suscité un tollé et le patron de Statistique Canada, Munir Sheikh, avait démissionné.

     

    Cinq ans plus tard, l’ex-statisticien en chef dit qu’il est impossible de faire confiance à la nouvelle enquête. « Les gens qui tentent de faire des études sur les personnes à faible revenu découvrent que les données ne sont pas fiables », a expliqué M. Sheikh en entrevue au Devoir.

     

    La pauvreté disparue

     

    Il fait état d’une blague qui circule désormais dans le milieu. « Savez-vous quoi ? Le Canada a réussi à éliminer toute la pauvreté Comment s’y est-il pris ? En éliminant le recensement obligatoire, tout simplement. »

     

    Pourquoi ? Parce que plus les revenus des gens sont faibles, moins ils répondent au questionnaire volontaire. Et, paradoxalement, les gens aux revenus les plus élevés ont eux aussi tendance à moins répondre. « Le nombre de millionnaires au Canada a diminué de façon assez substantielle aussi ! »

     

    M. Sheikh fait en outre cette mise en garde : il sera impossible, aujourd’hui comme plus tard, de trouver des exemples très précis de l’impact de ces données de moins bonne qualité. « Ce serait difficile de trouver un cas où une décision n’a pas été prise par manque de données du recensement. La plupart des décideurs vous diront que la décision a été prise quand même, mais sans données pour l’appuyer. »

     

    Le dirigeant actuel de Statistique Canada, Wayne Smith, voit les choses autrement. Dans une entrevue accordée au Globe and Mail la semaine dernière, il affirme que l’Enquête de 2011 est un « succès » et dit ne pas comprendre pourquoi autant de gens s’en plaignent. Le statisticien en chef reconnaît que la qualité des données de 2006 était meilleure. « Mais de là à balancer toutes les données à la poubelle, ça n’a pas de sens », a-t-il dit.

     

    Il affirme que les résultats de l’ENM ont même dépassé ses attentes. Les données sur les personnes à faible revenu concordent selon lui avec d’autres études et il constate que malgré le caractère volontaire du questionnaire long, une forte majorité de gens y ont répondu.

     

    En 2006, le taux de réponse au recensement long obligatoire était de 94 %. Comme il était envoyé à un foyer sur cinq, cela représentait 18,8 % de tous les Canadiens. La nouvelle enquête (ENM) a été envoyée à un ménage sur trois avec un taux de réponse de 68 % (22,4 % de la population).

     

    On remarque que davantage de personnes y ont répondu. Mais comme l’échantillon n’est plus probabiliste, cela crée toutes sortes de biais.

     

    Dans le domaine de l’habitation, par exemple, un organisme a trouvé d’étonnantes données sur la ville de Québec. « Ça suggère que l’état des logements se serait amélioré entre 2006 et 2011. Or, les groupes de propriétaires et de locataires s’accordent pour dire que la situation s’est détériorée, explique François Saillant du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU). À Québec, les ménages issus de l’immigration seraient ceux qui auraient les meilleures conditions de logement, alors que c’est le contraire. On n’avait jamais vu ce genre de distorsion-là par le passé. »

     

    Dans le milieu de la recherche en science sociale, le découragement est palpable. « Dans cinq ans, toutes les enquêtes vont être biaisées », croit Alain Bélanger de l’INRS, un spécialiste de l’étude des populations, de la langue et de l’immigration. « Ça fait cinq ans que je me demande si je continue à faire de la recherche en sciences sociales ou si je m’arrête. Les données sont biaisées dans tous les sujets qui m’intéressent. »

     

    Le milieu des affaires affecté

     

    Par ailleurs, nul besoin d’être un chercheur spécialisé en démographie pour en prendre ombrage. Dans les milieux d’affaires aussi on s’estime perdant. « Ça peut avoir des impacts sur les études de marché. […] Quand vous voulez vous localiser quelque part, vous allez regarder le niveau de revenu des ménages sur votre territoire, la composition sociale et économique », signale Martine Hébert porte-parole de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI). « Ça a des répercussions beaucoup plus grandes qu’on le pense […] De meilleures données conduisent à de meilleures décisions de la part des gouvernements, et l’ensemble des politiques publiques affecte le tissu économique. »

     

    C’est aussi une référence qui disparaît, selon Jean-Pierre Aubry, économiste au CIRANO. « On a tendance à oublier que le recensement est souvent utilisé comme cadre de référence pour d’autres études, d’autres données. »

     

    Désormais, les chercheurs sont en quête d’autres sources d’information pour valider… le recensement. Certains comme Alain Bélanger espèrent que Statistique Canada partagera avec les chercheurs son accès aux données administratives du gouvernement (sur l’impôt, l’état civil, citoyenneté et immigration).

     

    Déjà, en avril, le statisticien en chef a annoncé qu’on éliminerait des questions sur le revenu dans l’enquête de 2016 pour utiliser les données de l’Agence du revenu. Si certains s’en réjouissent, plusieurs y voient une contradiction. Pour Louise Dandurand, de l’Acfas, « ça défait tout l’argument que le gouvernement avait évoqué » pour changer le recensement. « Si on va creuser dans les données de l’Agence du revenu du Canada et tout et tout, ce sont des données beaucoup plus sensibles en termes de vie privée que celles qui se trouvaient dans le questionnaire du recensement ! »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.