Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    TDAH

    Sur les autoroutes de la créativité

    Les TDAH et les créatifs ont la même zone du cerveau en activité, contrairement aux autres

    Ethan, 9 ans, et sa sœur Victoria, 11 ans, sont tous les deux atteints du TDAH.
    Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir Ethan, 9 ans, et sa sœur Victoria, 11 ans, sont tous les deux atteints du TDAH.

    Quand on pense au trouble du déficit de l’attention (TDAH), on imagine un enfant hyperactif, ayant des difficultés à se concentrer et qui peine à l’école. Alors, quand le scientifique Scott Barry Kaufman compare le TDAH à un « don de la créativité », difficile de ne pas être un tant soit peu étonné… et sceptique.

     

    Chercheur en psychologie cognitive et directeur scientifique de l’Imagination Institute à l’Université de Pennsylvanie, M. Kaufman s’appuie sur de nombreuses études récentes dans le domaine des neurosciences ainsi que sur ses propres analyses pour affirmer que les individus ayant reçu un diagnostic de TDAH ont plusieurs points en commun avec les esprits créatifs. L’imagerie par résonance magnétique (IRM) montre en effet une activité plus importante dans le cerveau des TDAH et dans celui des gens dits créatifs, précisément dans une région habituellement au repos chez le reste de la population.

     

    Cette zone cérébrale est semblable à un grand réseau d’autoroutes, toutes connectées entre elles et sur lesquelles circulent à grande vitesse des processus cognitifs comme la rêverie et la création d’idées spontanées. C’est ce que M. Kaufman appelle l’« imagination network », ou les autoroutes de la créativité.

     

    « Les recherches récentes nous montrent que l’imagination network est particulièrement propice à la créativité et aux pensées innovantes. Or, les gens atteints du TDAH ont plus de mal que les autres à refouler l’agitation qui existe sur leurs autoroutes de la créativité », affirme M. Kaufman. Et par créativité, les chercheurs n’entendent pas seulement un don pour la musique ou la peinture. Ils conçoivent la créativité au sens large, soit comme une facilité à générer d’idées novatrices, un talent qu’on attribue également aux entrepreneurs et aux chercheurs.

     

    Ces autoroutes de la créativité seraient également associées à la prise de recul et à l’évocation de souvenirs. « En un sens, on pourrait concevoir que les individus atteints du TDAH aient une imagination débordante au lieu d’un trouble de l’apprentissage », expose M. Kaufman.

     

    Mais attention, les TDAH ne font pas tous preuve de créativité, même s’ils ont des caractéristiques qui favorisent la production d’idées créatives.

     

    Les neurosciences examinent la créativité

     

    Chez les TDAH, laisser libre cours à son imagination peut être perçu comme un manque d’attention, voire un excès d’impulsivité. Mais pour les musiciens de jazz et les rappeurs, ces maîtres de l’improvisation, nourrir l’activité cérébrale sur leurs autoroutes de la créativité s’avère essentiel : s’abandonner à la spontanéité leur permet de composer et surtout d’improviser leurs créations musicales. Les deux groupent inhibent donc moins leurs pensées créatives et sont plus engagés dans les activités qui les intéressent. Dans le cas du TDAH, le désagrément qu’occasionne la difficulté à se concentrer est ainsi, en quelque sorte, compensé par l’avantage d’une imagination beaucoup plus féconde que la moyenne.

     

    Déjà en 1995, Bonnie Crammond, chercheuse à l’Université de Géorgie, affirmait que les personnes ayant reçu un diagnostic de TDAH partageaient des traits de caractère avec les esprits créatifs les plus illustres : Leonard de Vinci, Nikola Tesla et Marie Curie, pour ne nommer que ceux-là. Dans son analyse des textes traitant de la créativité, Mme Crammond remarquait une grande similitude entre les comportements des individus dits « créatifs » et ceux attribués aux individus atteints du TDAH, par exemple, être distrait, rêveur, impulsif, énergique, avoir des idées spontanées et chercher les sensations fortes.

     

    Plus récemment, les chercheuses Holly White et Priti Shah, respectivement de l’Université Memphis et de l’Université du Michigan, ont mené deux enquêtes (en 2006 et 2011) afin de démontrer le lien entre le TDAH et la créativité. Elles ont analysé la manière de traiter leurs pensées, les intérêts personnels ainsi que les réalisations concrètes des individus diagnostiqués avec un TDAH. Grâce à un manque d’inhibition physique et mentale, ces personnes ont une meilleure capacité à penser de façon divergente par rapport à leurs pairs non TDAH, qui réfléchissent de manière convergente. En d’autres termes, ils génèrent des idées spontanées et des solutions inattendues face à un problème, ils sont originaux, élaborés et flexibles. Bref, ils sont créatifs.

     

    White et Shah ont aussi démontré que les personnes qui ont un TDAH, en plus de leur facilité à la pensée créative, manifestent également un plus grand intérêt pour la fabrication d’idées et ont à leur actif une plus grande quantité de réalisations créatives concrètes.

     

    Viennent s’ajouter à ces découvertes celles des chercheurs américains Darya Zabelina et Mark Beeman qui ont constaté qu’avoir un TDAH augmente la facilité à diversifier son attention et à être perméable aux nouvelles idées — des qualités justement associées aux réalisations dans les domaines créatifs.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.