Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    La puissance du nombre

    Les effets pervers des indicateurs d’excellence dans le monde de la recherche

    Les universités s’emploient ainsi à « développer leur image pour vendre leurs produits à des acheteurs potentiels, c’est-à-dire les étudiants ».
    Photo: Annik MH De Carufel - Le Devoir Les universités s’emploient ainsi à « développer leur image pour vendre leurs produits à des acheteurs potentiels, c’est-à-dire les étudiants ».
    Le Classement de Shangai 2013

    1ère  Harvard University
    2e  Stanford University
    3e  University of California Berkeley
    4e  Massachusetts Institute of Technology (MIT)
    5e  University of Cambridge
    6e  California Institute of Technology
    7e  Princeton University
    8e  Columbia University
    9e  University of Chicago
    10e  University of Oxford
    28e  Université de Toronto
    37e  Université Pierre et Marie Curie Paris 6
    40e  Université de la Colombie-Britannique (UBC)
    58e  Université McGill
    71e  École Normale Supérieure (ENS) Paris
    140e  Université de Montréal
    215e  Université Laval
    411e Université Concordia
    482e  Université du Québec
    485e  Université de Sherbrooke
    Depuis une dizaine d’années, on évalue, on note et on classe les chercheurs, les universités, voire les pays, à l’aide d’« indicateurs d’excellence » qui souvent ne reflètent pas vraiment la qualité de la recherche mais répondent avant tout à des impératifs de marketing. Le sociologue des sciences à l’UQAM, Yves Gingras, décrit dans son dernier livre les dérives de l’évaluation de la recherche et montre les dangers de vouloir tout résumer à un chiffre.
    Cher lecteur, le reste de cet article est réservé aux abonnés.

    Abonnez-vous!

    À partir de 9,35$ par mois En savoir plus

    Je suis déjà abonné

    Se connecter
    Je suis abonné papier mais je n'ai pas encore de profil.
    Créez un profil lié à votre abonnement.
    Vous pouvez également acheter cet article.
    Les universités s’emploient ainsi à « développer leur image pour vendre leurs produits à des acheteurs potentiels, c’est-à-dire les étudiants ». Le sociologue des sciences Yves Gingras : « L’émergence [et la prolifération] des classements mondiaux s’inscrit dans ce courant néolibéral qui fait des universités un marché comme un autre. Or qui dit marché dit compétition et marketing. »
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel