Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Science - Vision et odorat sont intimement liés

    Bien qu'ils nous renseignent sur des aspects très différents de notre environnement, nos sens communiquent entre eux, voire s'entraident. Ainsi, quand nous tentons d'identifier une odeur, une image de l'objet émettant ce parfum surgit spontanément dans notre tête. Des études d'imagerie cérébrale ont confirmé ce phénomène en montrant que, quand on faisait sentir différentes odeurs à une personne, son cortex visuel s'activait.

    Des chercheurs de l'Institut neurologique de Montréal ont voulu préciser le possible rôle que joue le cortex visuel dans la perception qualitative d'une odeur, en l'occurrence dans son identification. Le cortex visuel participe-t-il activement à l'identification d'une odeur, ou est-il simplement le siège d'une remémoration visuelle de l'objet produisant l'odeur une fois qu'on l'a identifiée?

    Pour ce faire, les scientifiques ont évalué les performances de 20 personnes à discriminer des odeurs différentes, comme celles de la rose, de fruits, de menthe, de café et de sirop pour la toux, tandis qu'on stimulait électriquement leur cortex visuel.

    Il est ainsi apparu que plus on stimulait leur cortex visuel, meilleures étaient les performances des participants à identifier l'odeur qui différait des deux autres qui leur étaient présentées dans une série de trois. Toutefois, la stimulation du cortex visuel n'avait aucune influence sur l'aptitude des participants à détecter les différences d'intensité d'une même odeur. Également, la stimulation électrique du cortex auditif n'aidait en rien les participants dans leur tâche de discrimination qualitative des odeurs.

    Ces résultats nous montrent qu'«en combinant les informations qui nous viennent de notre nez, de notre sens de l'odorat, avec les informations nous venant de la visualisation que nous en faisons dans notre esprit, on améliore nos performances», explique Christopher Pack, de l'Institut neurologique de Montréal, l'un des auteurs de l'article paru hier dans The Journal of Neuroscience.

    Il est donc clair que le cortex visuel aide le cortex olfactif dans l'identification qualitative d'une odeur. «Si on vous demande d'imaginer ou d'identifier une odeur de pomme, il est impossible de le faire sans visualiser une pomme dans sa tête. Ce processus de visualisation est inconscient», ajoute l'un des auteurs, Johan Lundström, du Monell Chemical Sense Centre à Philadelphie. «Si par contre on vous présente des odeurs que vous ne sentez pas souvent, vous n'arriverez pas à les identifier car vous ne serez pas en mesure d'évoquer dans votre tête une image associée à l'origine de cette odeur. Nous avons besoin d'éléments sensoriels additionnels pour identifier une odeur ou pour juger de la qualité d'une odeur.»

    Pour M. Pack, il est fort probable que le processus de visualisation est associé à une multitude d'autres expériences sensorielles, comme l'écoute de la musique, par exemple, une autre situation que le chercheur espère investiguer.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.