Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Découverte d'une exoplanète peut-être habitable

    On imaginait bien que la vie existait ailleurs que sur notre chère Terre. Mais où? Après 11 ans d'observation, des astronomes états-uniens viennent de découvrir une première planète tournant autour d'une naine rouge qui pourrait bien héberger certaines formes de vie.

    Située à 20 années-lumière de la Terre, Gliese 581g, cette exoplanète qui tourne autour d'une étoile trois fois moins massive que le Soleil, est d'une taille très semblable à celle de la Terre (avec un rayon de 1,2 à 1,5 fois celui de la Terre). Sa masse, de trois à quatre fois celle de la Terre, indique qu'il s'agit probablement d'une planète rocheuse qui génère une gravité suffisante (égale ou légèrement supérieure à celle de la Terre) pour maintenir une atmosphère autour d'elle et «qui permettrait à une personne de marcher debout à sa surface», souligne Steven Vogt, astronome à l'Université de Californie à Santa Cruz, qui a participé à cette découverte en collaboration avec des collègues de l'Institut Carnegie de Washington.

    Zone confortable

    Mais surtout, cette exoplanète est située ni trop loin ni trop près de son étoile, au milieu de la zone dite habitable où il ne fait ni trop chaud ni trop froid. Pour qu'une planète soit considérée comme habitable, la température qui y règne doit permettre la présence d'eau liquide et la gravité doit y être suffisante pour retenir une atmosphère — contenant des gaz à effet de serre — autour d'elle. Deux critères que remplit Gliese 581g, font remarquer les découvreurs dans la dernière édition de l'Astrophysical Journal.

    Gliese 581g tourne autour de son étoile le long d'une orbite circulaire, mais comme la Lune par rapport à la Terre, elle présente toujours le même côté à son étoile, qui est ainsi perpétuellement exposé à la lumière du jour et est très chaud. Son autre côté est par contre plongé en permanence dans l'obscurité et est probablement glacial. La zone la plus favorable à la vie se situerait donc à la jonction entre ces deux hémisphères. Gliese 581g est la seule des six planètes détectées autour de l'étoile Gliese 581 à se retrouver dans la zone habitable.

    Très près

    Les étoiles que les astronomes scrutent dans l'espoir de découvrir de nouvelles exoplanètes sont très près de notre Soleil. «Elles se situent tout au plus à une centaine d'années-lumière du Soleil, qui lui se trouve à 30 000 années-lumière du centre de notre galaxie, la Voie lactée, qui contient principalement des étoiles naines, comme la Gliese 581, dont la masse ne représente généralement que le tiers de notre Soleil», précise l'astrophysicien René Doyon, de l'Université de Montréal, dont l'équipe a réussi à obtenir la toute première image de trois exoplanètes.

    Contrairement à Steven Vogt et ses collègues qui croient que «la Voie lactée pourrait fourmiller de planètes potentiellement habitables», René Doyon demeure plus prudent et déclare qu'il «est prématuré d'affirmer que ces planètes seraient communes».

    Bien que Gliese 581g soit potentiellement habitable, cela ne veut toutefois pas dire que les humains la considéreraient comme un lieu agréable pour vivre. Habitable signifie strictement que la vie pourrait y exister, spécifient néanmoins les auteurs de cette nouvelle découverte.












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.