Presque tous les optométristes du Québec sortiront du régime public

Les coûts d’exploitation encourus par les optométristes ont augmenté trois fois plus que les honoraires à l’acte depuis 30 ans.
Photo: Jacques Grenier Archives Le Devoir Les coûts d’exploitation encourus par les optométristes ont augmenté trois fois plus que les honoraires à l’acte depuis 30 ans.

Environ 90 % des optométristes du Québec retireront le 10 mars prochain leur participation au régime public de la Régie de l’assurance-maladie du Québec (RAMQ).


Si cela se produit, la Stratégie 0-8 ans du gouvernement Couillard pourrait s’en trouver affectée.

Dans un communiqué publié mercredi, l’Association des optométristes du Québec explique que les négociations avec le ministère de la Santé sur le renouvellement de leur entente quinquennale sur la tarification ont échoué. Elle reproche au gouvernement d’avoir déposé en décembre dernier des offres dérisoires.

 

« Je pense qu’il faut s’attendre à ça à l’approche d’une élection. Vous allez voir tous ces groupes en demande sortir, ce n’est pas une coïncidence tout ça », a réagi le premier ministre Philippe Couillard mercredi matin, en rejetant les critiques concernant son ministre de la Santé, Gaétan Barrette. 

 

La menace des optométristes pèse depuis des mois: ils ont voté unanimement, le 25 novembre, en faveur de leur non-participation au régime public en cas d'échec des négociations avec le ministère de la Santé. « On va leur parler. Ce n’est pas vrai que parce qu’on fait une menace, il faut tout de suite faire ce que le monde dit », a déclaré le premier ministre quand on lui a fait remarquer que leurs revendications n’étaient pas nouvelles.  

 

L’entente quinquennale définit les conditions de participation des optométristes au régime public qui couvre la population de moins de 18 ans, de 65 ans et plus et les prestataires de la sécurité du revenu.

 

L’optométriste Steven Carrier, président de l’AOQ, soutient qu’il est devenu hors de question de servir à perte la population couverte par le régime public. Il fait part dans la profession d’un ras-le-bol généralisé sur les honoraires payés par la RAMQ. 

 

Le Dr Carrier cite en exemple une somme de 12 $ pour une urgence oculaire ou 42 $ en moyenne pour un examen de la vue alors que selon le guide tarifaire de son association, la somme atteint 95 $ dans le secteur privé. 

 

Selon l’AOQ, la population couverte par la RAMQ représente plus de 50 % des patients des optométristes, une proportion en croissance en raison du vieillissement de la population. 

 

L’Association affirme aussi que les coûts d’exploitation encourus par les optométristes ont augmenté trois fois plus que les honoraires à l’acte depuis 30 ans.