Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    11 % des médicaments dans les pays pauvres sont des faux, estime l’OMS

    28 novembre 2017 12h53 | Maria Cheng - Associated Press à Londres | Santé
    Photo: Pedro Ruiz Archives Le Devoir

    L’Organisation mondiale de la Santé estime que 11 % des médicaments disponibles dans les pays en voie de développement sont des faux et qu’ils sont probablement responsables de la mort de dizaines de milliers d’enfants qui ont succombé à des maladies comme le paludisme et la pneumonie.

     

    C’est la première fois que l’agence onusienne s’intéresse au problème.

     

    Des experts ont épluché une centaine d’études portant sur plus de 48 000 médicaments. Les médicaments pour combattre le paludisme et les infections bactériennes représentaient 65 pour cent des faux produits.

     

    Les médicaments contrefaits causeraient aussi la mort de 116 000 enfants tués par le paludisme en Afrique subsaharienne.

     

    Des scientifiques de l’Université d’Édimbourg mandatés par l’OMS ont calculé qu’entre 72 000 et 169 000 enfants meurent d’une pneumonie après avoir reçu un médicament contrefait.

     

    L’OMS prévient que seulement une « petite fraction » des faux médicaments est détectée et que d’autres problèmes peuvent passer inaperçus. L’agence estime que les pays dépensent environ 30 milliards $US pour acheter de faux médicaments.

     

    L’OMS a créé en 2013 un système de surveillance qui a détecté quelque 1500 médicaments problématiques, notamment des vaccins ou des produits pour soigner des maladies cardiaques, le cancer et la méningite. L’agence dit que cette base de données a sauvé la vie de plusieurs enfants au Paraguay quand une analyse a détecté un médicament contaminé contenu dans un produit contre la grippe qui avait tué 60 adultes au Pakistan quelques mois plus tôt.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.