Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    La FIQ veut mobiliser le Québec pour secourir le réseau de la santé

    27 novembre 2017 13h54 | Lia Lévesque - La Presse canadienne à Lévis | Santé
    La présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé, Régine Laurent
    Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne La présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé, Régine Laurent

    La FIQ, maintenant forte de 75 000 membres, veut se servir du capital de sympathie dont elle jouit auprès du public pour faire changer les choses en mieux dans le domaine de la santé.

     

    « On est devenu big », a lancé lundi la présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé, Régine Laurent, dans son discours d’ouverture au congrès de l’organisation syndicale, qui se tient toute la semaine à Lévis.

     

    Il y a trois ans, la FIQ comptait 62 000 membres ; elle en compte aujourd’hui 75 000, des infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes, perfusionnistes cliniques.

     

    La FIQ est devenue « la voie incontournable dans la santé », a lancé Mme Laurent, soit l’organisation qui représente « la très vaste majorité de celles qui oeuvrent dans le réseau public de la santé ».

     

    «Turbulences»

     

    Mme Laurent a rappelé que le réseau de la santé a vécu plusieurs turbulences avec les nombreuses réformes du ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, ces dernières années.

     

    Et c’est sans compter les compressions budgétaires passées en santé, les postes non comblés, les heures supplémentaires imposées, le manque de postes à temps complet, a énuméré Mme Laurent. Et ce sont les patients, aussi, qui ont écopé, a-t-elle affirmé.

     

    Elle veut donc que la FIQ profite du capital de sympathie dont elle jouit auprès du public pour créer « un grand mouvement, entraîne tout le monde, nos membres, les patients, les familles et tout le monde » pour freiner « la fragilisation du réseau » de la santé, son « démantèlement ».













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.