Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Une étude démontre l'efficacité limitée et les taux élevés d’effets secondaires des opioïdes

    30 septembre 2017 |Annabelle Caillou | Santé
    Une étude montre que seul un patient sur quatre a signalé une diminution significative de sa douleur et une amélioration de sa qualité de vie à long terme grâce à la prise d'opioïdes.
    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Une étude montre que seul un patient sur quatre a signalé une diminution significative de sa douleur et une amélioration de sa qualité de vie à long terme grâce à la prise d'opioïdes.

    Prescrits à tour de bras par les médecins depuis deux décennies pour soulager les patients aux prises avec des douleurs chroniques non cancéreuses, les opioïdes utilisés à long terme ne seraient pourtant efficaces que pour 25 % des malades, révèle une étude.

     

    Étudiant à la maîtrise en pharmacologie à l’Université de Montréal en 2015, Hichem Saïdi a suivi pendant un an les effets de la prise d’opioïdes à court et à long terme chez 1490 patients souffrant de douleurs chroniques — atteints par exemple de sclérose en plaques ou d’arthrite —, les précédentes études se concentrant surtout sur les six premiers mois du traitement.

    25%
    Utilisés à long terme, les opioïdes ne seraient efficaces que pour le quart des malades, révèle une étude.
     

    Les résultats obtenus ont soulevé chez le jeune homme, maintenant assistant de recherche au CHUM, un sérieux doute quant à l’efficacité d’une thérapie de longue durée à base d’opioïdes, remettant en question par la même occasion l’utilisation généralisée et fulgurante de ce type de médicaments par les spécialistes.

     

    L’étude montre que seul un patient sur quatre a signalé une diminution significative de sa douleur et une amélioration de sa qualité de vie à long terme. Plus de la moitié des personnes suivies (52 %) ont, elles, interrompu leur traitement au cours de l’étude en raison d’effets secondaires contraignants ou d’un manque d’efficacité.

     

    Fait étonnant, note M. Saïdi, les non-utilisateurs d’opioïdes avaient une meilleure qualité de vie physique et mentale que les personnes qui suivaient un traitement, dont la douleur était même parfois plus élevée au bout de plusieurs mois.

     

    Un phénomène qui peut s’expliquer par un mauvais choix d’analgésique ou de la dose prescrite, d’après lui. Aussi, « l’administration prolongée d’opioïdes peut être accompagnée d’un phénomène de tolérance », donc d’adaptation, menant à une « diminution progressive des effets du médicament », écrit-il.

     

    Il fait par contre remarquer que beaucoup de maladies à l’origine de douleurs chroniques sont des maladies « progressives » et peuvent donc s’aggraver avec le temps.

     

    Vers la dépendance ?

     

    « C’est trompeur, le patient pense qu’il a besoin d’une plus grande dose pour se soulager, et c’est comme ça que la dépendance peut se créer », note M. Saïdi. Mais très peu de patients ont développé une dépendance aux opiacés, a-t-il constaté. « Quand c’est bien prescrit, le risque n’est pas si important. »

     

    Faudrait-il alors arrêter de prescrire ces médicaments, comme le font déjà certains médecins inquiets de l’ampleur que prend la crise des opioïdes — notamment des cas de surdoses — au Canada ? « Jamais de la vie, il ne faudrait pas les retirer du marché. C’est un médicament qui peut faire en sorte que des personnes fonctionnent très bien, même si c’est une sur quatre », lance, catégorique, la chercheuse au CHUM Manon Choinière.

     

    À l’heure actuelle, 20 % des Canadiens souffrent de douleurs chroniques. Un chiffre qui risque de s’accentuer considérant le vieillissement de la population.

    20 %
    C’est le pourcentage de Canadiens souffrant de douleurs chroniques. Un chiffre 
    qui risque de s’accentuer vu le vieillissement de la population.
     

    « Si on le retire, on risque de créer plus de dommages, car les gens vont aller dans la rue pour s’en procurer auprès des trafiquants de drogue », s’inquiète Mme Choinière.

     

    Elle préconise plutôt un meilleur encadrement des traitements à base d’opioïdes par les médecins de famille. « Il faut vérifier le dossier de la personne, voir si elle a déjà souffert d’une dépendance à l’alcool ou à une drogue avant d’en prescrire. »

     

    Et pourquoi pas un système de surveillance du patient ? propose-t-elle. « Un test d’urine, par exemple, même si certains craignent que ça brise le lien de confiance avec leur patient ; on le fait bien pour d’autres médicaments. »

     

    Les médecins devraient aussi être davantage formés sur tout ce qui entoure la pharmacologie et le traitement de la douleur. « Quel médicament pour quelle douleur ? Quelle dose pour commencer ? Quand et comment l’augmenter ? Comment traiter les effets secondaires ? C’est primordial. »

     

    « C’est comme avec les antidépresseurs : certains fonctionnent pour des personnes, mais pas pour d’autres, il faut essayer de façon encadrée », renchérit M. Saïdi.

     

    Thérapie multiple

     

    « Il n’y a pas une pilule miracle et il n’y en aura jamais », ajoute toutefois le chercheur, soulignant que l’idéal reste la prise en charge multidisciplinaire comprenant entre autres une intervention psychologique et de la physiothérapie. Puisque, contrairement à la douleur aiguë, la douleur chronique implique une composante biologique, mais aussi psychosociale.

     

    Or, cette approche est offerte surtout dans les cliniques spécialisées, dont le nombre de places est limité. « Le temps d’attente peut aller de deux à cinq ans. Tu fais quoi avec ton patient dans ton bureau qui pleure parce qu’il a mal partout et qu’il est incapable de fonctionner ? Ben, tu lui prescris des opioïdes », explique Mme Choinière, insistant sur la nécessité d’améliorer l’accessibilité aux différentes cliniques de la douleur au Québec.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.