Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Lueur d’espoir pour les enfants allergiques

    L’hôpital Sainte-Justine lance un projet-pilote de désensibilisation aux allergies alimentaires

    1 septembre 2017 |Lia Lévesque - La Presse canadienne | Santé
    Le CHU Sainte-Justine
    Photo: Michaël Monnier Archives Le Devoir Le CHU Sainte-Justine

    Les parents qui ont à gérer la vie d’un enfant qui a des allergies alimentaires peuvent voir une lumière au bout du tunnel. Un projet-pilote vient d’être lancé pour fournir aux enfants qui ont de graves allergies à plusieurs aliments un nouveau traitement oral.

     

    Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, en a fait l’annonce jeudi au CHU Sainte-Justine, en compagnie du personnel, de gens de la fondation et de parents intéressés de près au dossier.

     

    Il s’agira d’administrer des doses progressives d’allergène, par voie orale, pendant une période prolongée et sous surveillance médicale. Le but est de désensibiliser l’enfant à l’allergène ou d’accroître sa tolérance. Il pourra s’agir d’un sirop, d’une poudre, mais pas d’injection.

     

    « On parle de 80 % d’amélioration chez les gens qui ont des allergies sévères, multi-alimentaires. Il y a une littérature qui tend à montrer qu’on peut s’approcher de 50 % d’une combinaison de guérison et d’une tolérance tellement grande que la personne vit une vie tout à fait normale. On parle ici d’une réintroduction de ces aliments-là sans risque », a résumé le ministre Barrette.

     

    Québec investit 782 145 $ dans ce projet-pilote et la Fondation Sainte-Justine, 778 000 $.

     

    À l’hôpital

     

    Ce projet pourrait bien n’être qu’un début. « C’est un premier pas vers plus. Il est raisonnable de penser qu’après les analyses qui seront faites sur la mise en application de ça, la façon de diffuser l’information dans le réseau, nous allons nous diriger inévitablement vers un déploiement sur tout le territoire de cette technique », a indiqué le ministre Barrette.

     

    Pour le moment, les enfants devront se déplacer à l’hôpital Sainte-Justine pour y recevoir le traitement sous surveillance médicale. Ils seront ensuite rigoureusement suivis par la clinique spécialisée.

     

    Cette clinique prévoit de traiter 225 patients la première année, puis 275 la deuxième année, puis 275 la dernière année du projet-pilote de trois ans.

     

    Au Québec, 60 000 enfants sont affectés par des allergies alimentaires. Dans certains cas, ces allergies peuvent provoquer la mort. Le tiers sont allergiques à plus d’un aliment.

     

    « J’étais allergique aux produits laitiers, aux oeufs, aux noix, aux arachides et au sésame. Et maintenant, grâce à l’immunothérapie, je ne le suis plus », a raconté sur place Emma Vaillant, âgée de 16 ans.

     

    « Depuis que je suis petite, c’est vraiment difficile : toutes les activités qui ont un lien avec la nourriture, donc les sorties au restaurant, les sorties, les camps, etc. Pour les voyages scolaires, j’amenais une glacière ; ma mère m’avait préparé mes lunchs, mes repas pour toutes les heures. Je devais apporter mes petites lingettes pour nettoyer le micro-ondes, à l’école, pour être sûre qu’il n’y ait pas de contamination avec mon repas », a-t-elle relaté.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.