Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Manger du gras ne serait pas aussi mauvais pour la santé qu’on l’a déjà cru

    30 août 2017 | Sheryl Ubelacker - La Presse canadienne à Toronto | Santé
    Mahshid Dehghan, épidémiologiste de la nutrition à l'Institut de santé et de recherche en santé de l'Université McMaster
    Photo: La Presse canadienne Mahshid Dehghan, épidémiologiste de la nutrition à l'Institut de santé et de recherche en santé de l'Université McMaster

    Une vaste étude ontarienne vient ébranler la thèse voulant que le fameux régime « à faible teneur en gras », si cher aux diététistes et aux cardiologues, permette de réduire de façon notable les risques de maladies cardiovasculaires.

     

    L’étude de l’Université McMaster, à Hamilton, conclut qu’une alimentation contenant une quantité modérée de tous les types de gras pourrait en fait mieux contrer les risques de décès prématurés que le « régime faible en gras ».

     

    « Contrairement à la croyance populaire, une hausse de la consommation de gras est liée à une diminution des risques de décès prématuré », indique la docteure Mahshid Dehghan, responsable de l’étude, jointe par La Presse canadienne en Espagne.

     

    Les conclusions de l’étude ont été présentées mardi à Barcelone au congrès de la Société européenne de cardiologie, et sont publiées dans la revue médicale The Lancet. Les experts s’entendent en général pour dire que le régime alimentaire constitue un important facteur de risque modifiable pour les maladies cardiovasculaires.

     

    « Ceux qui ont un apport élevé en gras — environ 30 % de leur apport calorique total — présentent un risque de décès prématuré inférieur de 23 % et un risque de crise cardiaque inférieur de 18 % comparativement à ceux qui ont un apport faible en gras (11 % de l’apport calorique total) », indique la docteure Dehghan. « Des taux de mortalité plus faibles ont été détectés aussi bien pour les acides gras insaturés que pour les acides gras saturés », présents dans la viande et les produits laitiers.

     

    Les chercheurs rappellent que, par contre, un régime riche en « sucres » (glucides) peut, lui, provoquer des décès prématurés. Les auteurs de la recherche, menée dans 18 pays auprès de quelque 135 000 personnes, proposent ainsi que les autorités de la santé publique misent davantage sur la lutte contre les glucides que sur la guerre contre les matières grasses (lipides).

     

    Même les gras saturés

     

    Les guides alimentaires recommandent actuellement que de 50 à 65 % de l’apport calorique quotidien proviennent des glucides, et moins de 10 % des gras saturés. Mais selon la docteure Dehghan, ces directives s’appuient essentiellement sur des études menées en Amérique du Nord et en Europe. L’épidémiologiste spécialisée en nutrition estime que le menu idéal comprendrait entre 50 et 55 % de glucides et 35 % de gras — saturés ou insaturés.

     

    « Nous n’avons trouvé aucune preuve de bienfaits en deçà de 10 % d’apport calorique provenant des gras saturés — et en bas de sept %, ça devient même néfaste », estime-t-elle. La fourchette idéale serait de 10 à 13 % de gras saturés.

    Notre message, c’est la modération, plutôt que les régimes à hautes ou basses teneurs en lipides ou en glucides
    Mahshid Dehghan, responsable de l’étude

    Le coauteur de l’étude, Andrew Mente, a aussi présenté à Barcelone les résultats d’une autre étude épidémiologique sur la nutrition : celle-là suggère qu’une consommation quotidienne de trois ou quatre portions de fruits, de légumes et de légumineuses contribue tout aussi bien à réduire le risque de décès prématuré qu’une consommation de cinq portions ou plus.

     

    Or, les guides alimentaires recommandent souvent cinq portions ou plus, rappelle le chercheur, lui aussi lié à l’université ontarienne McMaster. Les Canadiens à faible revenu peuvent trouver difficile de consommer quotidiennement les cinq à dix fruits et légumes recommandés par le Guide alimentaire canadien. « Ce qu’on dit, c’est que vous pouvez obtenir un maximum de bienfaits à moindre coût. »

     

    Le gouvernement canadien s’emploie actuellement à réviser le fameux Guide alimentaire, et le docteur Mente espère que ces études viendront apporter de l’eau au moulin. « Peut-être les décideurs voudront-ils mettre l’accent sur une réduction de l’apport en glucides plutôt qu’en gras. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.