Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Sciences et croyances médicales

    Pourquoi je défends le «Pharmachiant»

    3 décembre 2016 | Alain Vadeboncoeur - Médecin, Longueuil | Santé
    Olivier Bernard, le Pharmachien, lors de son passsage à «Tout le monde en parle», le 27 novembre
    Photo: Radio-Canada Olivier Bernard, le Pharmachien, lors de son passsage à «Tout le monde en parle», le 27 novembre

    À la suite du passage remarqué d’Olivier Bernard à Tout le monde en parle, à Radio-Canada, le 27 novembre, les débats ont fusé toute la semaine sur les réseaux sociaux. Il est vrai que son style sympathique, mais assuré, voire un brin baveux, avait bien préparé l’après-match et que, déjà sur le plateau, les regards troublés des invités, usagers pour certains des thérapies dénoncées, annonçaient la suite dramatique.

     

    Mon fil Facebook est devenu rouge à la suite de sa proposition sacrilège sur l’équivalence du jus d’orange et du Coke, qui m’a rappelé le souvenir idyllique de ce mantra publicitaire de mon enfance : « Un déjeuner sans jus d’orange, c’est comme une journée sans soleil ! » Sur cette annonce, où le soleil illuminait les membres d’une famille tout en blondeur buvant chacun au déjeuner un verre de jus d’orange plein de vitamine C, le Pharmachien venait de jeter son ombre.

     

    Apparemment, je n’étais pas le seul à sombrer dans la détresse. Une petite inexactitude a prêté flanc à ces attaques acides : le jus d’orange ne contiendrait pas de vitamine, a-t-il mentionné. Pas tout à fait, bien entendu, puisqu’il y en… un peu. Mais, dès lors, peu importait qu’il contienne aussi bien trop de sucres (à la même concentration que le Coke), qu’il explique en partie l’obésité des adolescents ou que ses antioxydants ne nous soient pas vraiment nécessaires, puisqu’on les trouve en abondance partout, les gants étaient jetés et la révolte explosait contre celui qui ébranlait ainsi nos croyances. Tout le monde montait au front, en hommage à nos ancêtres sauvés du scorbut par les décoctions sapineuses amérindiennes, comme nous de ces journées sans soleil par notre jus d’orange matinal dans les années 1960. Quel sombre personnage, ont scandé les foules !

     

    Ce ressac s’est transformé en attaques frontales, les partisans de la pulpe ne capitulant plus. Olivier Bernard est donc devenu, en moins de 48 heures, « charlatan », « pauvre type », « danger public majeur », « épave remplie de produits chimiques », « pauvre con », « formaté par la grosse pharma », « terroriste de la santé publique », « membre de la mafia médicale », « démagogue », « pelleteux de cour » (je ne l’ai pas comprise, celle-là…), « payé pour mentir », « Dieu de la propagande », « disciple de Pfizer », « lobbyiste », « pharmachiant » et « génie de l’épouvante » ! Bref, c’était passablement négatif, souvent en majuscules et par ailleurs en nette corrélation avec la faiblesse des contre-arguments. Mais, quand je demandais avec quoi précisément les gens étaient en désaccord, c’était silence radio.

     

    Mon hypothèse, c’est qu’en s’attaquant à nos habitudes, à notre identité, à notre mémoire d’avoir souvent guéri par telle ou telle méthode, ses propos dérangent, puisque nous préférons les faits qui confortent nos croyances plutôt que ceux qui nous en éloignent. On ne rejette donc pas le jus impunément, ni l’homéopathie — pourtant bien une « insulte à l’intelligence humaine » — dans la mesure où aucune science ne l’appuie, ni théoriquement, ni empiriquement, malgré deux siècles d’existence ; ni le concept de superaliment, pourtant galvaudé, la vraie « superalimentation » consistant surtout à manger beaucoup de fruits et de légumes variés ; ni la plupart des traitements proposés en naturopathie, qui n’ont jamais prouvé leur utilité.

     

    Pourtant, Olivier Bernard n’attaque pas les gens, seulement les pratiques, les idées et les concepts — même s’il est vrai que plusieurs doivent se reconnaître dans ses petits personnages dessinés, rarement sans défauts. C’est donc un débat d’idées essentiel, que je trouve tout à fait rafraîchissant dans notre univers où l’opinion règne en maître.

     

    Pour sa part, la médecine n’a rien d’un dogme, comme plusieurs l’ont affirmé, courroucés, c’est plutôt une somme de sciences en mouvement, cherchant chacune à démontrer l’efficacité de ses propositions avant de les autoriser. Rappelons aussi que les médecines chinoise, hindoue ou amérindienne ne sont pas les seules à pouvoir vanter leur longue histoire, puisque la médecine moderne, avec 2500 ans d’âge depuis la fondation de la théorie des humeurs, a aussi joui d’une riche et complexe tradition, ayant abouti notamment aux saignées, purgatifs, clystères et autres brandy pour renforcer le coeur que l’on sait. Mais, vers la fin du XIXe siècle, elle a commencé à prendre conscience que c’était un peu n’importe quoi, ces histoires, avant de les éliminer graduellement, au profit d’une médecine de plus en plus fondée sur des preuves, la grande victoire du XXe siècle médical.

     

    Il faut donc admettre que la médecine a tué beaucoup de monde — et peut-être sauvé quelques-uns — en voulant équilibrer les humeurs bilieuses et lymphatiques, mais qu’elle a finalement repoussé l’obscurantisme pour développer un savoir de qualité, même si, comme tous les savoirs complexes, elle est parfois pervertie par des intérêts variés. Elle est devenue dominante au XXe siècle surtout parce qu’elle est cohérente, efficace et reproductible. D’autres pratiques auraient avantage à développer la même autocritique, au lieu de continuer à défendre parfois des fumisteries, quand il s’agit de proposer des traitements sur d’autres bases que l’anecdote, l’extrapolation ou même l’expérience — dont la plus amusante définition est la répétition, avec un degré de conviction de plus en plus élevé, des mêmes erreurs et qui a beaucoup à voir avec les croyances, justement.

     

    Même si je sais que notre compréhension du monde repose avant tout sur des croyances partagées, il faut aussi avoir le courage d’accepter que les preuves et les démonstrations de qualité comptent plus que les dogmes et qu’il est difficile d’y arriver sans la science. Je persiste et signe en levant mon verre de jus d’orange à la santé du Pharmachien, pour son courage, sa rigueur et sa ténacité. Et, surtout, pour tous les débats salutaires qu’il réussit à provoquer, même si c’est parfois un peu fatigant sur les réseaux sociaux et que le jus d’orange contient bien un peu de vitamine C.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.