Les Québécois entre drogue, dépression et obésité

Selon l’étude de l’Institut de la statistique, 17 % des Québécois ont fait usage de drogue en 2014-2015, alors qu’ils n’étaient que 13 % en 2008.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Selon l’étude de l’Institut de la statistique, 17 % des Québécois ont fait usage de drogue en 2014-2015, alors qu’ils n’étaient que 13 % en 2008.

De plus nombreux Québécois sont obèses, accros aux drogues ou en détresse psychologique qu’en 2008, révèle l’enquête sur la santé de la population québécoise, réalisée en 2014-2015, par l’Institut de la statistique du Québec.

 

Dans le cadre de cette enquête, 45 760 personnes âgées de 15 ans ou plus, réparties dans 17 régions du Québec, ont répondu par téléphone ou par Internet à un questionnaire portant sur leurs habitudes de vie et leur état de santé physique et mentale.

 

La compilation des données a montré que le nombre des Québécois en détresse psychologique s’est accru depuis 2008 et que ce sont surtout les femmes, plus précisément les jeunes femmes, qui sont affectées. En 2015, 33 % des Québécoises se situaient au niveau élevé de l’échelle de détresse psychologique, contre 24 % des hommes.

 

La proportion des Québécois aux prises avec des émotions négatives susceptibles d’aboutir à la dépression ou à l’anxiété diminue toutefois avec l’âge, passant de 36 % des jeunes de 15 à 24 ans à 22 % des personnes de 65 ans ou plus. Cette tendance est particulièrement marquée chez les femmes, dont 45 % de celles qui sont âgées de 15 à 24 ans sont mal en point psychologiquement, un nombre qui représente une augmentation de 9 % en huit ans. Or ce sont les individus sans emploi (43 %) et les étudiants (36 %) qui sont le plus souvent atteints par la détresse psychologique. Les résultats de l’enquête indiquent aussi qu’environ 20 % des travailleurs — dont une plus grande proportion de femmes — s’estiment victimes de harcèlement psychologique au travail, un facteur qui pourrait contribuer à la détresse psychologique.

 

Le cannabis populaire

 

La consommation de drogues a aussi pris de l’ampleur au sein de la population québécoise, puisque 17 % des Québécois en ont fait usage en 2014-2015, alors qu’ils n’étaient que 13 % en 2008. Cette augmentation ne concerne toutefois que le cannabis, qui est de loin la drogue la plus utilisée par les Québécois. La consommation diminue toutefois avec l’âge, car la proportion des consommateurs passe de 40 % des 15 à 24 ans à 23 % des 25 à 44 ans et à 10 % des 45 à 64 ans. Les jeunes de 15 à 24 ans sont aussi proportionnellement plus nombreux que leurs aînés à consommer de la cocaïne (4,7 %), des amphétamines (3,3 %), de l’ecstasy ou d’autres substances semblables (5 %), des hallucinogènes (3,8 %) et des médicaments non prescrits (2,3 %). L’enquête a également permis de constater que ce sont surtout les étudiants (35 % d’entre eux) et les personnes vivant dans une famille monoparentale (24 %) qui figurent parmi les plus grands amateurs de drogues.

 

Obésité

 

Autre signe de détérioration de l’état de santé des Québécois : l’obésité. Sa prévalence a augmenté d’environ 3 % entre 2008 et 2015 — atteignant 19 % de la population — et ce, autant chez les hommes que chez les femmes, mais surtout chez les personnes âgées de 45 ans ou plus. La prévalence de l’embonpoint, dont est atteinte 35 % de la population, est toutefois demeurée inchangée au cours de cette même période. Les hommes sont plus nombreux que les femmes à présenter un surplus de poids (embonpoint et obésité inclus). L’enquête révèle par ailleurs que les hommes (24 %) sont de plus grands amateurs de boissons sucrées que les femmes (14 %). Or le rapport de l’enquête relate des études indiquant que « la consommation d’au moins une boisson sucrée par jour chez les adultes peut accroître de 27 % leur probabilité de devenir obèse » et que, chez les enfants, elle peut la hausser de 60 %.

 

Une bonne nouvelle figure néanmoins au tableau : la proportion des Québécois qui fument régulièrement ou occasionnellement est passée de 24 % en 2008 à 19 % en 2014-2015. Et cette baisse est présente autant chez les hommes que chez les femmes, ainsi que dans tous les groupes d’âge.

2 commentaires
  • Yves Côté - Abonné 6 octobre 2016 05 h 13

    Juste deux trois petites questions...

    Qu'est-ce que fait cette nouvelle en deuxième d'ouverture de mon journal ?
    Et si j'écrivais "De plus nombreux Canadiens sont obèses, accros aux drogues ou en détresse psychologique qu’en 2008" ?
    Hein ?
    Aurais-je raison ou pas ?
    Cela déclencherait-il une poussée existentielle de questionnement sur la valeur des Canadiens ?
    L'angoisse de savoir qu'ils sont moins biens qu'en 2008 les frapperait-il de manière sourde ?
    Ou ne se diraient-ils pas "bof, comme tout le monde en Occident..." ?
    Ne se le diraient-is pas eux-mêmes et avec eux, nous tous Québécois ?
    Hein ?

    Bon, c'était juste deux trois petites questions comme ça pour voir...
    Pour voir si la continuelle idée canadienne de notre infériorité chronique et des preuves de notre déchéance humaine naturelle prend encore très fortement sur l'un ou l'une de nous.
    A vous de voir...

    Tourlou !

  • Christian Montmarquette - Inscrit 6 octobre 2016 08 h 46

    Et l'alcool?

    - Comment se fait-il qu'une enquête qui concerne les drogue, la dépression, l'obésité et la détresse psychologique ne traite pas la question de l'alcool? Alors que non seulement l'alcool est une drogue, mais qu'elle crée aussi de la dépression, de l'obésité et de la détresse psychologique?

    Quelqu'un protègerait-il le marché lucratif de l'alcool

    Christian Montmarquette