Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Cinq dollars pour un test Pap?

    Le règlement autorisant les frais de transport des échantillons n’est pas exclusif aux prélèvements sanguins et aux analyses d’urine

    1 octobre 2016 |Amélie Daoust-Boisvert | Santé
    Le transport à lui seul coûte entre 4420 et 13 780 dollars par année aux cliniques étudiées. Il s’agit d’un taux fixe, peu importe le nombre d’échantillons transportés.<br />
 
    Photo: iStock Le transport à lui seul coûte entre 4420 et 13 780 dollars par année aux cliniques étudiées. Il s’agit d’un taux fixe, peu importe le nombre d’échantillons transportés.
     

    Le règlement autorisant les cliniques à exiger des patients un paiement de cinq dollars pour le « transport d’échantillons biologiques » inclut le test Pap et d’autres prélèvements qui, souvent, sont faits gratuitement actuellement dans les cliniques.

     

    Le 14 septembre, lorsque le ministre Gaétan Barrette a annoncé l’abolition des frais accessoires, il annonçait aussi que les frais de transport d’échantillons biologiques seraient permis et balisés. À titre d’exemple, il mentionnait uniquement les prélèvements sanguins et les analyses d’urine. « Dans ce cas précis de service non assuré, le citoyen peut avoir ses prélèvements à l’hôpital, évidemment, gratuitement, et peut amener lui-même ses prélèvements au laboratoire », expliquait-il.

     

    Un document publié par le MSSS mercredi sur son site Web donne des exemples plus larges de prélèvements pour lesquels les cliniques assument des frais de transport. On mentionne les cultures de gorge, les tests Pap, les dépistages de streptocoque, les ponctions articulaires et le dépistage des ITSS à titre d’exemple. Il s’agit d’une étude réalisée pour le compte du MSSS auprès de quatre cliniques afin de déterminer le coût unitaire de la réalisation de prélèvements.

     

    La majorité des femmes à qui Le Devoir a posé la question n’avaient jamais eu à payer pour un test Pap fait en clinique. D’autres se sont déjà vu facturer de 10 à 25 dollars pour des frais de transport.

    Ce n’est pas parce que c’est permis que les cliniques vont le facturer
    Louis Godin, président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec
     

    Les frais autorisés de 5 dollars peuvent donc être vus comme un plafonnement, pour des cliniques qui facturaient un montant plus élevé, ou un nouveau frais, si les cliniques où cela est actuellement gratuit décident de le facturer. Le règlement autorise aussi la facturation d’un montant de 15 $ pour le transport de prélèvements sanguins.

     

    Frais non automatiques

     

    Les femmes n’auront pas à payer systématiquement pour leur test Pap, ni les autres patients pour d’autres prélèvements, assure le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), le Dr Louis Godin.

     

    Il est convaincu que « ce n’est pas parce que c’est permis que les cliniques vont le facturer ». « C’est comme les formulaires d’assurances : certaines cliniques facturent 25 dollars, d’autres rien du tout. Je ne crains pas une seconde que ça normalise le fait de facturer les frais des prélèvements, a-t-il indiqué en entrevue. L’objectif n’est pas de faire des sous sur le dos des patients. »

     

    L’étude rendue publique par le MSSS permet aussi de constater que les frais de 15 et de 5 $ qui seront exigibles ne sont pas basés sur le coût du transport seulement. Les auteurs du rapport mentionnent qu’ils ont tenu compte du « coût des fournitures ».

     

    Le transport à lui seul coûte entre 4420 et 13 780 dollars par année aux cliniques étudiées. Il s’agit d’un taux fixe, peu importe le nombre d’échantillons transportés.

     

    Le coût unitaire variait pour sa part, selon les cliniques, de 10,71 à 12,35 $ pour les prélèvements sanguins et de 2,42 à 4,56 $ pour les autres prélèvements tels les tests Pap.

     

    Comme la grille tarifaire actuelle de la FMOQ propose un tarif de 20 $ pour le transport d’échantillons, les coûts prévus par le règlement sont inférieurs, précise la responsable des communications du MSSS, Noémie Vanheuverzwijn.


    La FMOQ veut maintenir l’accessibilité de la vasectomie La FMOQ assure qu’elle proposera rapidement une solution pour éviter que l’accessibilité de la vasectomie en cabinet soit compromise. Des cliniques ont indiqué qu’elles ne seraient pas rentables sans les frais accessoires et qu’elles pourraient cesser d’offrir le service. « On va tout faire pour que l’accessibilité ne soit pas touchée », indique le Dr Louis Godin. Il n’exclut pas que les omnipraticiens financent le tout à même leur enveloppe de rémunération globale. « Je dois aller chercher un mandat en ce sens auprès de mes instances, a dit le président de la FMOQ vendredi. Nous allons régler ce dossier d’ici les prochaines semaines. »












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.