Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    «Fête» du 1er mai

    Le Québec en état de surmenage social

    29 avril 2016 | Marie-Claude Joannis - Kamouraska | Santé
    10 % des enseignants, 45,7 % des médecins, 33 % des infirmières vivent au moins un épuisement professionnel dans leur carrière.
    Photo: Viktor Cap Getty Images 10 % des enseignants, 45,7 % des médecins, 33 % des infirmières vivent au moins un épuisement professionnel dans leur carrière.

    Les médecins diagnostiquent un par un les travailleurs malades, alors que c’est le système au complet qui est atteint de la maladie de la performance à petit prix. En 2013, la CSST révélait que les maladies attribuables au stress chronique en milieu de travail étaient liées principalement à l’exposition aux stress suivants : harcèlement psychologique (28,4 %), relations de travail conflictuelles (24,1 %) et organisation du travail (20,7 %).

     

    Mon histoire est celle de milliers de gens au Québec. Premier épuisement professionnel à 28 ans. J’avais pris le poste d’une personne qui avait aussi craqué avant moi. Je me suis quand même dit que c’était de ma faute et je suis allée voir une psychologue. À mon retour, j’ai essayé la conciliation travail-famille. En fin de compte, j’étais payée moins pour accomplir encore plus et je suis tombée en congé maladie de nouveau à 31 ans.

     

    « J’te dis qu’est pas faite forte. » À mon travail, la structure de performance était tellement présente que ce sont mes collègues qui se sont mis à me faire subir de la pression psychologique. Je me rappelle des mots particulièrement horribles de la nouvelle présidente de mon syndicat à qui j’exprimais la nécessité d’une réduction de tâches : « Qu’est-ce qui nous dit que tu es vraiment malade à cause du travail ? Tu sais, les employés jasent dans ton dos… »

     

    Tactique : mettre ma parole en doute et me placer en situation de rejet et d’humiliation professionnelle. J’en ai informé mon patron : ni indignation ni soutien. N’ayant plus la force de me battre, j’ai remis ma démission.

     

    Pressions indues

     

    Mon histoire se répète dans tous les milieux de travail : 10 % des enseignants (UdeM, 2010), 45,7 % des médecins (MF Maranda, 2006), 33 % des infirmières (Bourbonnais et all., 1997) vivent au moins un épuisement professionnel dans leur carrière. J’ai travaillé à l’assurance-emploi et j’ai vu ce genre de situation régulièrement. Les gens arrivaient à nos bureaux complètement anéantis, épuisés et certains d’être faibles et inaptes au travail.

     

    Voici comment cette pression indue sur les travailleurs se systématise actuellement au Québec. Les accords de libre-échange favorisent la dissolution des syndicats, en faisant planer la menace du déménagement des entreprises à l’étranger. Pour survivre à cet exode des emplois, ici comme ailleurs, les travailleurs perdent actuellement des conditions de travail durement acquises au cours de la révolution industrielle : surcharge de travail, équipements inadéquats, horaire atypique, heures supplémentaires non payées, etc. Le secteur public n’échappe pas à cette logique marchande. Les coupes répétées et les inégalités entre professionnels ont raison d’un nombre grandissant de travailleurs. Être capitalistes et compétitifs, oui, mais au détriment des droits et de la dignité humaine, non !

     

    Capitalisme sauvage

     

    « La loi 10 a comme conséquence directe une hausse fulgurante, depuis un an, de près de 50 % des absences pour cause de maladie ainsi qu’une augmentation de la prise de médicaments de 30 % chez les travailleuses et travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux qui souffrent de détresse psychologique et d’épuisement » (Gingras, 2016).

     

    En effet, plusieurs employés survivent en silence à leurs conditions de travail inhumaines avec l’aide d’antidépresseurs, d’anti-anxiété, de sport intense ou de consommation d’alcool et de drogue. Tant qu’ils demeurent productifs… Les « faibles » sont pour leur part marginalisés par le système professionnel, plusieurs finissent par démissionner. Après, on coupe dans les filets de sécurité : assurance-emploi et solidarité sociale. Le gouvernement provincial actuel met l’accent sur la sacro-sainte réinsertion professionnelle en travaillant sur le projet de loi 70. Résultat : les travailleurs n’auront plus le choix d’accepter des emplois précaires, souvent au salaire minimum, ce dont les grosses entreprises raffolent. Comble d’ironie, cela donne l’impression d’un taux de chômage en baisse alors qu’au fond, on a perdu de bons emplois pour les subdiviser en plusieurs emplois à temps partiel moins bien payés.

     

    Dernièrement, après le scandale des commandites du Parti libéral et la mise en accusation de Nathalie Normandeau et de Sam Hamad, il est difficile de ne pas tomber dans le cynisme et le découragement face à nos élus. Sous le couvert de la dette, les gouvernements « néolibéralistes » comme le nôtre sont ouvertement au service des grosses entreprises, et des banques, et non du bien commun. Travailleurs épuisés et anxieux, cessez de vous sentir coupables, vous êtes le symptôme et non la cause du fléau social de notre siècle : le capitalisme sauvage.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.