Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Malgré le recul du tabagisme, la santé des Canadiennes ne s’améliore pas

    Le Réseau québécois pour la santé des femmes s’inquiète des tendances dévoilées par Santé Canada

    Les antidépresseurs se classaient au 2e rang parmi les médicaments sur ordonnance les plus prescrits aux filles âgées de 15 à 24 ans.
    Photo: iStock Les antidépresseurs se classaient au 2e rang parmi les médicaments sur ordonnance les plus prescrits aux filles âgées de 15 à 24 ans.

    Les Canadiennes sont de plus en plus nombreuses à être obèses ou à vivre avec des problèmes de santé mentale, souligne une étude de Statistique Canada publiée pour la Journée internationale des femmes.

     

    Inquiet de ces statistiques qui confirment ses observations sur le terrain, le Réseau québécois d’action pour la santé des femmes (RQASF) en appelle à un réinvestissement en prévention. « Pour nous, ces chiffres sont le symptôme de 30 ans de faibles investissements en prévention et en promotion de la santé », dit sa directrice, Lydya Assayag.

     

    Au chapitre des « bonnes nouvelles », une plus grande proportion de femmes de 65 ans et plus s’autodéclarent en très bonne ou en excellente santé qu’il y a dix ans. Le tabagisme, lui, recule. Ce sont 7 % des filles de 12 à 19 ans qui fumaient en 2014, contre 15 % en 2003. Les femmes adultes abandonnent graduellement cette habitude néfaste, avec un recul important chez les 35 à 44 ans, notamment.

     

    Mais les statistiques plus inquiétantes abondent. Par exemple, l’obésité gagne du terrain pendant que les taux d’activité physique reculent. Ce sont 18 % des adolescentes qui font de l’embonpoint ; 10 % sont obèses. La hausse est aussi marquée chez les 20 à 59 ans. Seulement 30 % des femmes de 18 à 39 ans et 18 % des 40 à 59 ans font suffisamment d’activité physique chaque semaine.

     

    Les troubles de santé mentale connaissent également une progression. À l’adolescence, les filles sont plus susceptibles que les garçons de recevoir un diagnostic de dépression majeure. Les femmes adultes, pour leur part, déclarent davantage vivre du stress dans la vie quotidienne. Entre 25 et 30 % des 20-64 ans déclarent que leurs journées sont assez ou extrêmement stressantes. Le pourcentage de femmes déclarant une santé mentale passable ou mauvaise est aussi en hausse depuis 2003. Les femmes adultes ont davantage de diagnostics de dépression ou de trouble d’anxiété généralisée que les hommes, et sont plus nombreuses à prendre des antidépresseurs.

     

    Du côté de la santé sexuelle, le rapport souligne quelques avancées, notamment un recul de la maternité à l’adolescence. Le Québec a d’ailleurs le plus faible taux de naissance chez les 10-17 ans au pays, à 1,6 naissance pour 1000, alors que, par exemple, il est de 17,8 pour 1000 en Colombie-Britannique. Toujours chez les jeunes, les infections transmises sexuellement sont en hausse. Les taux d’infections à chlamydia et de gonorrhée sont considérablement supérieurs chez les filles en comparaison des garçons, souligne l’étude.

     

    Les femmes continuent à repousser une première grossesse, rappelle l’étude, ce qui présente un risque accru de complications. L’infertilité est en hausse, touchant quelque 12 à 16 % des couples.

     

    Les femmes immigrantes se déclarent aussi davantage avec une santé plus précaire.

     

    « La tendance est très lourde dans le mauvais sens », s’inquiète Lydya Assayag. L’avenir la préoccupe, puisque « les mesures d’austérité touchent fortement les femmes, notamment par la diminution des services publics. Les réformes de la santé et de l’éducation touchent aussi principalement les femmes » comme utilisatrices et comme travailleuses. « Nous sommes inquiets, car les déterminants sociaux de la santé comme la pauvreté, l’éducation, ne sont pas une priorité, dénonce-t-elle. Pendant ce temps, la pression sur les femmes, qui sont entre autres les principales proches aidantes, est très forte. »


    D’autres faits saillants Adolescentes

    2,5 % font suffisamment d’activité physique.

    20 % ont consommé de la marijuana au cours des 12 mois précédents, une diminution du tiers par rapport à 2002.

    30 % des 15-19 ans déclarent utiliser un contraceptif oral.

    Femmes adultes

    24 % font un usage abusif d’alcool, une augmentation par rapport à 2003.

    55 % des nouveaux cas de cancer chez les 60 à 64 ans sont du sein, du poumon ou du côlon/rectum.

    9 % des 25 à 44 ans et 17 % des 45 à 64 ans prennent des antidépresseurs.

    Femmes plus âgées

    23 % présentent de l’embonpoint.

    82 % prennent au moins un médicament sur ordonnance.

    30 % déclarent avoir reçu des soins à domicile (formels et informels).

    Source : « La santé des filles et des femmes », publié le 8 mars 2016 par Statistique Canada.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.