Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Les médecins migrent vers le privé

    Le nombre de désaffiliations de la RAMQ a explosé cette année

    21 juillet 2015 |Jessica Nadeau | Santé
    Depuis six mois, c’est l’hécatombe : sept spécialistes et 44 omnipraticiens ont quitté le régime public pour le secteur privé.
    Photo: Michaël Monnier Le Devoir Depuis six mois, c’est l’hécatombe : sept spécialistes et 44 omnipraticiens ont quitté le régime public pour le secteur privé.

    Le nombre de médecins qui quittent le régime public pour aller au secteur privé a atteint de nouveaux sommets cette année. En six mois à peine, ce sont 51 médecins qui ont décidé de se désaffilier de la Régie d’assurance-maladie du Québec (RAMQ). C’est le double de la moyenne annuelle des 10 dernières années, a pu constater Le Devoir. Et on n’est qu’en juillet.

     

    C’est la première fois que le nombre des médecins qui se désaffilient dépasse le cap de la cinquantaine, peut-on observer dans la dernière mise à jour de la liste des médecins non participants rendue publique par la RAMQ.

     

    Le record précédent avait été établi en 2012 avec 33 départs vers le secteur privé pour l’année au complet. Selon une recension sommaire effectuée par Le Devoir à partir des chiffres de la RAMQ des 10 dernières années, on peut établir la moyenne annuelle à 24 départs par année.

     

    Mais, depuis six mois, c’est l’hécatombe : sept spécialistes et 44 omnipraticiens ont quitté le régime public. Les médecins travaillant uniquement au secteur privé dans l’ensemble du Québec sont désormais au nombre de 338. C’est du jamais vu.

     

    « C’est très épeurant, ce qui se passe, et on espère que le gouvernement va réagir, soutient la Dre Isabelle Leblanc, présidente de Médecins québécois pour le régime public (MQRP), lors d’une entrevue accordée au Devoir. C’est son rôle et c’est une nécessité que le gouvernement discute avec les médecins pour arrêter ce mini-exode. […] Le gouvernement peut même, s’il le veut, empêcher les médecins d’aller au privé. C’est quelque chose qui devrait être considéré si ça continue comme ça. »


    L’effet PL20

     

    Si le nombre des médecins ayant délaissé le secteur public depuis le 1er janvier devient « de plus en plus significatif », il n’est toutefois pas surprenant, constate pour sa part le Dr Louis Godin, président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ).

     

    « Il faut comprendre que c’est la période qui a suivi le dépôt du projet de loi 20 et on sait que ç’a créé énormément d’insatisfaction chez les médecins, autant par le ton que par l’approche. Nous l’avions dit à ce moment-là que, si le ministre allait de l’avant avec son projet de loi 20, il y aurait un départ des médecins vers le privé. Alors, c’est la preuve que ce que nous disions, ce n’était pas farfelu. Et là, nous avons 50 médecins qui s’en vont dans le privé et les gens vont devoir payer de leur poche pour aller voir ces médecins-là. »

     

    Selon le Dr Godin, c’est la preuve qu’on ne peut traiter les médecins comme l’a fait le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, en voulant leur imposer des pénalités pour les forcer à prendre en charge plus de patients.

     

    Après des semaines de négociations, la FMOQ était toutefois parvenue à une entente avec le ministre Barrette, qui avait accepté de surseoir à l’application du projet de loi 20 si les médecins de famille livraient la marchandise d’ici décembre 2017. Cette entente, qualifiée d’historique, devait marquer la fin des hostilités.

     

    Malgré l’entente

     

    Mais la signature de l’accord, le 25 mai dernier, ne semble pas avoir mis un frein à l’exode des médecins vers le secteur privé. En effet, on compte, depuis cette date, 14 nouveaux médecins non participants au régime public.

     

    Pour le Dr Godin, c’est une simple question de délais. « Il faut comprendre que ces médecins-là ont déjà pris des arrangements depuis plusieurs mois pour s’en aller vers le privé. Ce n’est pas une décision qui se prend du jour au lendemain, il faut qu’ils organisent leur pratique ailleurs, qu’ils avisent leur clientèle, il y a toujours des délais à l’intérieur de cela. Je ne serais pas surpris qu’on ait ces effets-là jusqu’à l’automne. Et probablement qu’on va finir l’année avec 60 ou 65 médecins qui vont avoir quitté le régime public. »

     

    Pour la Dre Isabelle Leblanc, de Médecins québécois pour le régime public, c’est plutôt la preuve que l’entente n’est pas satisfaisante pour les médecins. « Ce n’est pas si surprenant qu’il y ait encore des départs vers le privé, parce que l’entente, ce n’est pas une solution, c’est une remise à plus tard. »

     

    Tendance lourde

     

    Pour Damien Contandriopoulos, de l’Institut de recherche en santé publique de l’Université de Montréal, il y a sans doute un « effet PL20 », mais la tendance était déjà bien établie depuis quelques années.

     

    « À partir du jugement Chaoulli [rendu par la Cour suprême en 2005], il y a eu un signal donné qu’il allait y avoir une place pour une pratique privée non participante dans le futur du système de santé québécois. À ce moment-là, on a vu le déploiement de ces grosses cliniques de médecine familiale privées. Et, en même temps, le nombre de médecins omnipraticiens qui pratiquent à titre de non-participants [au régime public] s’est mis à croître beaucoup plus vite que tout ce qu’on avait vu dans le passé. Il est plausible de penser que la saga du projet de loi 20 donne lieu au même genre de phénomène, où les médecins ont perçu le projet de loi 20 comme un signal que l’avenir se situait peut-être plus dans le privé. »

     

    Pour le chercheur, on entre dans une logique de « cercle autorenforçant » : plus il y aura de médecins qui passent au secteur privé, moins les services seront efficaces dans le secteur public et plus la demande va augmenter au secteur privé, drainant toujours plus de médecins hors du régime public.

     

    Engagements

     

    Plus positif, le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) garde l’espoir que l’entente qu’il est parvenu à arracher au ministre Barrette freinera l’exode dans les prochains mois.

     

    « J’espère que le fait qu’on en est venu à une entente va faire en sorte que ça va diminuer et qu’on va arrêter ce mouvement vers le privé. […] Je l’espère, mais [ça va se faire] à la condition que les engagements du ministre soient respectés. Nous avons pris des engagements et j’ai hâte de voir si le ministre va suivre les siens. S’il les suit, ça va vouloir dire de meilleures conditions pour les médecins de famille, donc probablement moins d’intérêt pour aller vers le privé. »













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.