Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Médicaments

    Les défenseurs des malades accusent Québec de discrimination envers les aînés

    25 mai 2015 |La Presse canadienne | Santé
    «Certains [aînés] souffrent du fait qu’ils doivent faire des sacrifices financiers énormes, car des médicaments qui leur sont nécessaires ne sont pas couverts par le régime d’assurance médicaments», a indiqué Paul Brunet, du Conseil pour la protection des malades.
    Photo: Michaël Monnier Le Devoir «Certains [aînés] souffrent du fait qu’ils doivent faire des sacrifices financiers énormes, car des médicaments qui leur sont nécessaires ne sont pas couverts par le régime d’assurance médicaments», a indiqué Paul Brunet, du Conseil pour la protection des malades.

    Le Conseil pour la protection des malades (CPM) exige du gouvernement Couillard qu’il cesse la « discrimination » envers les gens de 70 ans et plus afin qu’ils aient accès, comme tout le monde, à des médicaments pour le traitement de maladies comme le cancer.

     

    Paul Brunet, le président-directeur général du CPM, s’en est pris aux critères de l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESSS), qui a le mandat d’évaluer les médicaments et de recommander ou non au ministre de la Santé leur inscription à la liste des médicaments couverts par l’État.

     

    « Selon certains rapports et études provenant de l’INESSS, on constate que des variables inquiétantes sont prises en compte », a dénoncé M. Brunet. « Ainsi, l’âge de la personne, le fait qu’elle soit sur le marché du travail ou non, le fait qu’elle soit productive économiquement ou non, le fait qu’elle nécessite ou non l’aide d’une autre personne pendant sa maladie pèsent lourd dans la balance et sont discriminatoires pour les Québécois de plus de 70 ans », a-t-il relevé.

     

    Lettre à Barrette

     

    Dans une lettre adressée au ministre Gaétan Barrette, pour laquelle le CPM dit n’avoir reçu aucune réponse ni aucun accusé de réception, M. Brunet avait exigé son intervention afin de mettre fin à cette « iniquité sociale ».

     

    Au point de presse de dimanche matin à Montréal, des gens âgés, de différentes conditions, sont intervenus. « Certains souffrent du fait qu’ils doivent faire des sacrifices financiers énormes, car des médicaments qui leur sont nécessaires ne sont pas couverts par le régime d’assurance médicaments » a indiqué M. Brunet, pour qui il s’agit d’une mesure irrespectueuse.

     

    « Pourtant, a-t-il rappelé, récemment encore, le ministre de la Santé avait dit à une radio que les médicaments sont payés quand [ils] apporte[nt] le moindre effet significatif à un patient. Mais ce ne serait pas le cas », a soutenu le président du CPM, estimant que le ministre est mal renseigné et qu’il devrait suivre l’exemple de l’Ontario et de la Suède.

     

    Un colloque

     

    Le Conseil pour la protection des malades compte d’ailleurs présenter ce dossier en détail au ministre Barrette qui a confirmé sa présence au 14e colloque annuel du Conseil pour la protection des malades la semaine prochaine à Laval sur le thème « Comment se retrouver dans un réseau en pleine mutation ? Les grands chantiers ».













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.