Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Étude

    De plus en plus de jeunes se présentent à l’hôpital pour des troubles mentaux

    7 mai 2015 16h33 | Sheryl Ubelacker - La Presse canadienne à Toronto | Santé
    Selon les chercheurs, les hausses peuvent refléter le manque, dans certaines régions, de programmes communautaires.
    Photo: Olivier Zuida Le Devoir Selon les chercheurs, les hausses peuvent refléter le manque, dans certaines régions, de programmes communautaires.

    De plus en plus de jeunes Canadiens de cinq à 24 ans se présentent à l’urgence ou sont hospitalisés pour des troubles de santé mentale, révèle une récente étude.

     

    Les taux de visite au service d’urgence en raison de troubles mentaux chez les enfants et les jeunes ont augmenté de 45 % entre 2006-2007 et 2013-2014, selon les auteurs de cette étude réalisée par l’Institut canadien d’information sur la santé. Par ailleurs, les taux d’hospitalisation (au moins une nuit) pour les mêmes motifs augmentaient de 37 % pendant la même période.

     

    L’étude révèle aussi que le taux de visites au service d’urgence des enfants et des jeunes a augmenté considérablement — de 68 % chez les 10-14 ans et de 53 % chez les 15-17 ans. Le taux d’hospitalisations a aussi augmenté de façon importante chez ces deux groupes d’âge — de 64 et 74 % respectivement.

     

    Moins stigmatisées

     

    La chercheuse Kathleen Morris explique que ces augmentations peuvent, certes, être attribuées au fait que les consultations pour troubles mentaux sont moins stigmatisées de nos jours.

     

    Mais au-delà de ce facteur, les hausses peuvent refléter le manque, dans certaines régions, de programmes communautaires — avec infirmières, omnipraticiens et travailleurs sociaux — pour s’occuper des cas moins graves, a avancé Mme Morris, directrice, Analyse du système de santé et Questions émergentes, à l’Institut canadien d’information sur la santé.

     

    L’étude révèle aussi que l’utilisation de médicaments psychotropes est courante — un jeune sur 12 a reçu un médicament pour traiter les troubles anxieux ou de l’humeur ou un antipsychotique en 2013-2014 — et a augmenté au fil du temps.

     

    Chez les jeunes ayant utilisé des médicaments psychotropes, l’augmentation de l’utilisation concerne les jeunes vivant en région urbaine et en banlieue qui ont reçu les médicaments le plus souvent prescrits.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.