Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Vaccins

    La méfiance du personnel médical plombe les efforts

    Une étude révèle l’hésitation d’une part du réseau à recommander la vaccination

    14 février 2015 |Amélie Daoust-Boisvert | Santé
    Une étude révèle l’hésitation d’une part du réseau à recommander la vaccination.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Une étude révèle l’hésitation d’une part du réseau à recommander la vaccination.

    Le premier ministre Philippe Couillard presse les parents de faire vacciner leurs enfants. Mais même si la vaccination fait l’objet d’un solide consensus scientifique, elle ne fait pas l’unanimité au sein même des professionnels de la santé du Québec, alors que c’est leur opinion qui a souvent le plus de poids auprès des parents hésitants.

     

    Selon une spécialiste interrogée par Le Devoir, si l’on veut réduire la méfiance qu’entretient une partie de la population face à l’inoculation, ce sont d’abord les professionnels de la santé qu’il faut former adéquatement afin que soit propagé un message clair et sans équivoque en faveur de la vaccination.

     

    Bien que plus de 90 % des professionnels de la santé — les médecins en tête — sont d’accord avec l’efficacité, la sécurité et l’utilité des vaccins recommandés au Québec, une faible proportion entretient des doutes, a constaté la chercheuse Ève Dubé, anthropologue à l’Institut national de santé publique (INSPQ), experte des attitudes par rapport à la vaccination et auteure de nombreuses études sur le sujet.

     

    Un sondage récent mené auprès d’un échantillon de 540 travailleurs de la santé québécois incluant tant des médecins que des préposés aux bénéficiaires, des nutritionnistes, des infirmières, des bénévoles, des gestionnaires et d’autres intervenants, montre qu’une faible proportion des professionnels de la santé entretient des doutes sur la vaccination ou certains vaccins en particulier, et que le tiers, dont 30 % des médecins et des infirmières, croit que les enfants reçoivent trop de vaccins.

     

    Les sages-femmes, qui préconisent une approche de « choix éclairé » dans leur pratique, ont plus tendance à remettre la décision entre les mains des parents ou à présenter les pour et les contre de la vaccination, alors que les médecins et les infirmières la recommandent de manière plus affirmative.

     

    Une étude menée chez les infirmières en 2008 montre que 75 % d’entre elles étaient fortement d’accord avec l’utilité de vaccins implantés depuis plusieurs années, comme celui contre la rougeole. Mais en ce qui a trait à des vaccins plus récents (pneumocoque, varicelle, grippe saisonnière), le taux chutait à entre 44 et 66 %. La proportion d’infirmières se disant prêtes à recommander un vaccin variait de 86 à 98 % selon le vaccin.

     

    Du côté des parents, plus de 90 % jugent les vaccins sécuritaires et utiles. Toutefois, plus de 40 % des parents estiment aussi les enfants reçoivent trop de vaccins et 46 % qu’une bonne hygiène de vie peut éliminer la vaccination.

     

    Ces données sont importantes, selon Ève Dubé, car l’on sait que plus le professionnel est ferme avec ce tiers de parents qui hésite ou s’interroge sur la vaccination, plus les chances sont élevées que la vaccination ait lieu. « On doit mettre nos efforts sur les parents qui hésitent, et ce sont les recommandations des professionnels de la santé qui vont avoir la plus grande influence », constate-t-elle.

     

    Appel du premier ministre

     

    Alors que 10 cas de rougeole ont été confirmés dans la région de Lanaudière, le premier ministre Philippe Couillard a exhorté les parents à faire le choix de la vaccination, tout en reconnaissant que la décision, comme pour tout traitement médical, leur appartenait, comme l’a confirmé la Cour suprême. « Le message qu’il faut envoyer aux parents du Québec, c’est un message de responsabilité, a déclaré Philippe Couillard en marge d’une annonce à Montréal. On est sur un terrain scientifique très solide avec la vaccination. Je rappelle que la rougeole est une maladie bénigne la plupart du temps, heureusement, mais elle peut avoir des complications très graves, y compris des complications cérébrales très graves pour les enfants. Alors, d’omettre cette vaccination même si les tribunaux reconnaissent que les gens sont souverains dans leur décision, ça m’apparaît un très mauvais choix pour les familles. »

     

    Selon le premier ministre, il serait toutefois complexe d’exiger une preuve de vaccination pour la fréquentation d’une garderie, par exemple.

     

    La chercheuse Ève Dubé ne croit pas non plus que l’exigence d’un certificat de vaccination à l’école soit la meilleure intervention possible. Elle pourrait procurer un sentiment de fausse sécurité, là où le travail sur les attitudes des professionnels de la santé puis de la population est primordial.

     

    Quand l’émotion l’emporte

     

    L’attitude de la santé publique et du réseau de la santé avec les communautés spirituelles ou religieuses opposées aux vaccins ne peut être la même qu’avec les parents simplement hésitants, remarque Mme Dubé. L’éclosion de rougeole dans Lanaudière sévit au sein d’une de ces communautés, la Mission de l’Esprit Saint, selon La Presse. « Ce sont des groupes à risque où ça peut flamber très rapidement. Il arrive qu’ils changent d’idée, mais ça demande une sensibilité et un travail de terrain particuliers. On connaît mal cette réalité comme professionnels de la santé, on n’est pas nécessairement à l’aise. » Il est arrivé, relate Mme Dubé, que des communautés religieuses non vaccinées acceptent la vaccination lors d’une éclosion particulière, voyant la gravité des conséquences pour les malades.

     

    Les études scientifiques montrent aussi que les arguments scientifiques et rationnels ont pour effet de braquer encore davantage les militants antivaccination convaincus. « Les êtres humains sont profondément motivés par leurs émotions, et non pas la rationalité. Un témoignage humain va toucher davantage que moi avec mes données et mes statistiques », explique Mme Dubé. Est-ce dire que la santé publique doit investir le champ des émotions pour contrer le mouvement antivaccination ? « C’est un débat éthique que nous avons. On mène des études pour déterminer les meilleures stratégies. Car d’un autre côté, les campagnes de peur, ce n’est pas honnête non plus. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.