Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Les eaux usées révèlent des Québécois portés sur la cocaïne

    6 février 2015 |Isabelle Paré | Santé
    Plus que les drogues illégales, ce sont surtout les résidus d’antidépresseurs, d’anxiolytiques, et de diverses hormones contenues dans les anovulants et les traitements hormonaux qui abondent dans les eaux domestiques usées.
    Photo: Thinkstock Plus que les drogues illégales, ce sont surtout les résidus d’antidépresseurs, d’anxiolytiques, et de diverses hormones contenues dans les anovulants et les traitements hormonaux qui abondent dans les eaux domestiques usées.

    Des échantillons provenant des eaux usées de deux grandes villes du Québec en 2014 démontrent que la cocaïne serait la drogue la plus consommée avec des concentrations atteignant 15 doses par 1000 habitants, soit l’équivalent de près de 25 000 doses par jour pour une ville de la taille de Montréal. Une consommation dépassant celle observée ces dernières années dans plusieurs villes d’Europe.

     

    Ces données, tirées des relevés hebdomadaires effectués pendant six mois par une équipe de chercheurs de l’Université de Montréal et de l’Université du Québec à Trois-Rivières, permettent d’estimer pour la première fois avec acuité la consommation réelle de drogues illicites, ainsi que la concentration dans les rejets d’égouts de médicaments couramment prescrits comme les anovulants, les antidépresseurs et les anxiolytiques.

     

    La mesure des résidus excrétés dans les urines, et des métabolites créés lors de leur transformation par le foie, demeure une des méthodes les plus fiables pour jauger de la quantité réelle de divers agents chimiques consommés dans la population.

     

    Taux élevés

     

    « Ce sont des données encore fragmentaires, mais la cocaïne est la drogue la plus présente retrouvée dans nos échantillons. Les concentrations ressemblent à ce qui a été observé dans d’autres pays », affirme André Lajeunesse, professeur en chimie criminalistique à l’UQTR et cochercheur de cette d’étude.

     

    En fait, si l’on compare ces chiffres à ceux obtenus en 2013 par le Centre national de recherche scientifique (CNRS) en France, ces premiers taux mesurés au Québec dépassent de loin ceux obtenus dans 25 villes françaises et se comparent au maximum observé à Lille, dans le Nord-Pas-de-Calais, soit 14 doses de 100 grammes par jour par 1000 habitants.

     

    L’étude française avait d’ailleurs créé son lot de remous l’automne dernier, plusieurs villes ayant refusé d’y participer, d’autres s’étant offusquées des résultats les classant « championnes » de la drogue.

     

    Pour ces raisons, l’équipe de chercheurs québécois a choisi de taire les noms des deux villes étudiées. Les niveaux de consommation observés peuvent être variables, compte tenu des multiples facteurs qui influencent la concentration des agents chimiques dans les eaux usées. « Les taux disent une partie de la réalité. La consommation dépend du nombre d’habitants, du débit d’eau dans les usines, en plus de facteurs météorologiques comme la fonte des neiges », met en garde le professeur Lajeunesse.

     

    Week-end narcotique

     

    Si les échantillons recueillis entre janvier et juin placent la cocaïne en tête des produits illicites retrouvés, ils ne quantifient pas la consommation de cannabis, exclue de l’étude.

     

    Les concentrations de cocaïne mesurées aussi sont de beaucoup supérieures à celles de l’ecstasy (MDMA), ainsi qu’à celles du fentanyl — un dérivé de l’opium utilisé dans plusieurs drogues de rue —, très peu présents. « On remarque en général que l’ecstasy est surtout consommée les week-ends ou lors d’événements festifs. Alors que pour la cocaïne, c’est un bruit de fond constant », explique le professeur Lajeunesse.

     

    Ces données corroborent les résultats obtenus en France, en Belgique et en Suisse, où les traces de drogues mesurées bondissaient lors de festivals, d’événements sportifs ou de foires commerciales.

     

    La normalisation de toutes ces données, espère le chercheur, pourrait devenir un outil précieux pour les corps policiers ou pour aider les autorités de santé publique à mieux cibler leurs interventions. « Le but n’est pas vraiment de comparer la consommation entre les villes, mais de mieux comprendre les drogues qui sont en circulation ou de mettre en place de meilleurs programmes de prévention », dit-il.

     

    Soupe chimique

     

    Cette vaste analyse des eaux usées, financée par le Canadian Water Network pour mesurer la présence de produits toxiques dans les eaux rejetées dans le Saint-Laurent, renseigne au passage sur la véritable soupe chimique qui aboutit dans les usines d’épuration.

     

    Plus que les drogues illégales, ce sont surtout les résidus d’antidépresseurs — notamment l’Effexor (Venlafaxine) —, d’anxiolytiques, et de diverses hormones contenues dans les anovulants et les traitements hormonaux qui abondent dans les eaux domestiques usées.

     

    « On retrouve de tout, notamment des plastifiants comme le biphénol A, des antidépresseurs, du sucralose, et surtout, de la caféine en très grande quantité », soutient Sébastien Sauvé, professeur à l’Université de Montréal en chimie environnementale et directeur de l’Institut de l’environnement, du développement durable et de l’économie circulaire (EDDEC). Autant d’agents chimiques que n’éliminent pas les procédés d’épuration les plus courants et qui vont contaminer l’environnement ainsi que les sources d’eau potable, situées en aval.

     

    « Il ne faut pas se fier uniquement aux plus gros chiffres, mais surtout au seuil connu de toxicité. Dans le cas des BPA, qui est un perturbateur endocrinien, on sait qu’il y a des impacts à partir de seulement 0,5 nanogramme par litre, alors que nos échantillons dépassent souvent de 20 à 30 fois ce seuil », indique ce chercheur.

     

    Si la cocaïne ou le café n’ont pas d’effet connu sur les poissons, il en est autrement des biphénols et autres hormones, qui ont des impacts sur le système de reproduction de plusieurs espèces aquatiques.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.