Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Libre opinion

    Fluoration: distiller le doute dans les esprits

    6 janvier 2015 | Yv Bonnier Viger - Médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive, professeur-directeur du Département de médecine sociale et préventive de la Faculté de médecine de l’Université Laval | Santé
    Photo: Michaël Monnier Le Devoir

    Il est malheureux de constater que des personnages comme Gilles Parent se servent de nos journaux pour tromper sciemment la population avec des propos mensongers concernant la fluoration de l’eau potable (« Fluoration : faire confiance aux autorités de la santé ? », Le Devoir, 31 décembre 2014).

     

    Je suis médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive, associé du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, et j’ai toute la formation nécessaire pour prescrire aux municipalités l’ajustement des concentrations de fluor dans l’eau potable pour prévenir la carie dentaire. Gilles Parent le sait très bien puisque nous avons débattu de cette question devant le conseil municipal de Sainte-Marie de Beauce, en juin 2009. Il le sait très bien aussi puisque nous nous sommes rencontrés en commission parlementaire sur cette question, en avril 2013.

     

    Ses allégations de non-compétence et de non-imputabilité sont franchement mensongères. Comme tout médecin, je peux être poursuivi par mon ordre professionnel si je prescris un examen ou un traitement qui ne fait pas l’objet d’un consensus scientifique. Je suis donc tout à fait responsable de ma prescription. Il n’y a aucune controverse scientifique sur l’efficacité et l’efficience de l’optimisation des niveaux de fluorure dans l’eau potable des réseaux municipaux.

     

    Le médecin qui prescrit un traitement à son patient ne peut pas grand-chose si ce patient décide d’en faire fi. Il en est de même lorsque le patient est une communauté ou une collectivité. Les spécialistes en santé publique et médecine préventive ou les spécialistes en médecine du travail sont souvent confrontés au fait que, même si certaines personnes sont prêtes à mettre en oeuvre le traitement prescrit, c’est la décision collective qui prévaut.

     

    Dans le cas de la fluoration de l’eau potable, cette mesure préventive est pourtant l’une des plus efficaces qui soient, avec un rendement d’environ 80 dollars pour chaque dollar investi. Mais le lobby des fabricants du doute est bien puissant et n’hésite pas à utiliser le mensonge pour distiller le doute dans les esprits. Nous en avons encore une brillante démonstration…













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.