Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Plaidoyer pour la cigarette électronique

    30 janvier 2014 07h54 | Dr Philippe Presles - Auteur du livre La cigarette électronique. Enfin la méthode pour arrêter de fumer facilement, Les éditions de l’Homme, 2014 | Santé
    <em>«Quand, chaque année au Québec, plus de 10 000 personnes meurent du tabac, comment interdire aux fumeurs d’avoir accès à une nouvelle technologie assimilable aux substituts nicotiniques?»</em>, demande l'auteur.
    Photo: Agence France-Presse (photo) Christophe Ena «Quand, chaque année au Québec, plus de 10 000 personnes meurent du tabac, comment interdire aux fumeurs d’avoir accès à une nouvelle technologie assimilable aux substituts nicotiniques?», demande l'auteur.
    Réplique à l’article de Mario Bujold La cigarette électronique: loin d’être un remède miracle pour cesser de fumer
    Dans son article La cigarette électronique : loin d’être un remède miracle pour cesser de fumer, Monsieur Mario Bujold met en doute les taux de succès annoncés dans mon livre sur la cigarette électronique. Je faisais référence aux sept études observationnelles disponibles, réalisées entre 2010 et 2013. En moyenne, on constate un taux moyen de 73 % d’arrêt du tabac chez les 5843 vapoteurs (utilisateurs des cigarettes électroniques) ayant participé à ces enquêtes.

    De son côté, Monsieur Bujold fait référence à l’étude de Christopher Bullen, dans laquelle il n’était observé aucune différence significative entre les timbres à 21 mg de nicotine, les cigarettes électroniques testées et le placebo. Outre le fait que l’inefficacité complète des timbres laisse entrevoir un défaut de protocole, l’échec de la cigarette électronique utilisée est expliqué par l’auteur lui-même : «Les faibles taux de sevrage observés doivent être dû à l’inefficacité des dispositifs utilisés pour délivrer la nicotine : comme cela a été expliqué, leur délivrance a été insuffisante (ce qui n’est pratiquement plus le cas avec les modèles de cigarettes électroniques plus récents).» Christopher Bullen précise en effet qu’avec le modèle de cigarette électronique de son étude, les participants ne recevaient que 20 % de la dose de nicotine qu’ils obtenaient avec leurs cigarettes. C’est du reste depuis 2012 que les dispositifs de cigarettes électroniques sont devenus plus efficaces, expliquant leurs succès auprès des fumeurs désireux d’arrêter de fumer.

    Monsieur Bujold affirme ensuite que «la cigarette électronique présente un risque réel de faire augmenter la consommation de tabac au Québec, notamment chez les jeunes». Pourtant, la veille de son article était publié dans le New England Journal of Medicine l’article de la Dre Amy Fairchild faisant référence aux résultats d’observation des Centers for Diseases Control and Prevention de l’usage des cigarettes classiques et électroniques chez les étudiants américains en High School en 2011 et 2012. On constate que si 15,8 % d’entre eux fumaient et 1,5 % vapotaient en 2011, ils n’étaient plus que 14 % à fumer en 2012 et 2,8 % à vapoter. Autrement dit, chez ces étudiants, l’usage de la cigarette électronique se substitue à celui du tabac.

    Quand, chaque année au Québec, plus de 10 000 personnes meurent du tabac, comment interdire aux fumeurs d’avoir accès à une nouvelle technologie assimilable aux substituts nicotiniques? Comme les autres substituts, la cigarette électronique ne contenant pas de tabac, apporte de la nicotine sans les dangers de la combustion du tabac. En plus des autres substituts, elle procure à ses utilisateurs un plaisir qu’ils apprécient et qui explique son grand succès. Comme le rappelle Monsieur Bujold, le nombre de ses utilisateurs a plus que doublé aux États-Unis l’an dernier. Devant un tel succès qui vient concurrencer l’usage du tabac, comment ne pas faire de la cigarette électronique un outil de plus dans la lutte contre le tabagisme?












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.