Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Aide médicale à mourir - Le projet de loi crée un malaise chez les libéraux

    29 octobre 2013 15h48 |Amélie Daoust-Boisvert | Santé
    C’est par 84 voix pour et 26 contre que l’assemblée nationale a permis au projet de loi de passer à la prochaine étape, soit l’étude article par article qui devrait mener à une formulation finale.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir C’est par 84 voix pour et 26 contre que l’assemblée nationale a permis au projet de loi de passer à la prochaine étape, soit l’étude article par article qui devrait mener à une formulation finale.
    Le projet de loi 52 sur les soins de fin de vie passera à la prochaine étape, mais le vote de mardi a révélé un malaise chez de nombreux libéraux. La moitié des députés du PLQ ont voté contre l’adoption de principe.

    C’est par 84 voix pour et 26 contre que l’assemblée nationale a permis au projet de loi de passer à la prochaine étape, soit l’étude article par article qui devrait mener à une formulation finale. Tous les députés du Parti québécois ont appuyé le projet de loi de la ministre Véronique Hivon. À la CAQ, seule Mycheline St-Laurent a dit non. Les deux députés de Québec solidaire ont voté pour.

    Vingt-cinq députés libéraux ont utilisé ce vote libre pour exprimer leur désaccord.

    En point de presse peu avant le vote, le chef du Parti libéral Philippe Couillard lui-même s’est dit « profondément mal à l’aise » avec l’aide médicale à mourir. Il aurait tout de même, s’il avait eu un siège, voté pour l’adoption du principe. « L’aide médicale à mourir, c’est un euphémisme pour l’euthanasie. Si j’étais en chambre aujourd’hui, je demanderais à ce qu’on me prouve que ce serait exceptionnel », a dit M. Couillard. Il ajoute que, comme médecin, il n’a pas vu souvent des cas de mourant « dont la souffrance ne pouvait être soulagée », mais que son « attitude n’est pas complètement fermée. » Le projet de loi déposé par la ministre Hivon est trop « flou », soutient-il.

    Marguerite Blais dit non

    Hésitante la semaine dernière, l’ancienne ministre responsable des aînés Marguerite Blais a finalement dit « non ». « Le libellé du projet de loi ne me convient pas et c’est pourquoi je vais voter contre », a-t-elle dit. Elle démontre une certaine ouverture, affirmant qu’une fois les soins palliatifs bien implantés et accessibles, « on pourra regarder cette question de l’euthanasie ». L’ancien ministre de la santé, Yves Bolduc, ainsi que la porte-parole de l’opposition officielle en matière de services sociaux Stéphanie Vallée, on dit oui à l’avancement du projet de loi vers l’étude détaillée.

    Peu avant le vote, la ministre Véronique Hivon se disait confiante. « Je ne crois pas qu’il doive y avoir unanimité », affirme-t-elle. « Mais c’est clair qu’il y a un fort consensus ». Elle se dit ouverte aux amendements, lesquels pourront être débattus à la prochaine étape de l’étude du projet de loi, dans les prochaines semaines.

    Le Devoir












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.