Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    La lueur d’espoir ne doit pas étouffer les efforts pour lutter contre le paludisme

    Un vaccin prometteur arrive à protéger des hommes contre la malaria, mais il ne faut pas cesser de chercher dans d’autres directions, affirme la chercheuse Stéphanie Blandin

    10 août 2013 |Le Monde | Santé
    Une Soudanaise qui souffre de paludisme est traitée dans un hôpital du Darfour. Le paludisme tue chaque année 600 000 personnes dans le monde.
    Photo: Albert Gonzalz Farran Une Soudanaise qui souffre de paludisme est traitée dans un hôpital du Darfour. Le paludisme tue chaque année 600 000 personnes dans le monde.
    Vaccin révolutionnaire ?

    Des chercheurs américains ont annoncé jeudi des résultats très prometteurs et sans précédent de l’essai clinique d’un vaccin contre le paludisme, une maladie parasitaire qui fait 600 000 morts par an, surtout des jeunes enfants, en Afrique subsaharienne.

    Les chercheurs ont testé, sur 40 adultes volontaires, les effets du vaccin PFSPZ, mis au point par la société de biotechnologie Sanaria, installée dans le Maryland (États-Unis). Le composé vaccinal utilisé est fait de cellules infectieuses (des sporozoïtes) de Plasmodium falciparum (PF) - une espèce de parasite responsable d’une des formes les plus sévères du paludisme -, prélevées dans les glandes salivaires de moustiques et rendues moins actives.

    Plusieurs groupes de patients ont été immunisés par voie intraveineuse, six d’entre eux recevant cinq doses de vaccin, neuf recevant quatre autres doses, d’autres encore des doses de vaccin plus faibles. Tous ont ensuite été exposés à des piqûres de moustiques porteurs du parasite PF. Aucun des participants traités avec cinq doses n’a été infecté, et trois seulement des sujets traités avec quatre doses l’ont été. À l’inverse, seize des dix-sept adultes ayant reçu un dosage plus faible ont développé la maladie.

    « Bien que nous soyons encore aux premiers stades du développement, nous pensons que ce vaccin permettra d’éliminer le paludisme », estime Stephen Hoffman, p.-d.g. de Sanaria.
    Quels espoirs faut-il placer dans l’annonce faite jeudi 8 août dans la revue Science par des chercheurs américains de résultats spectaculaires obtenus lors d’un essai clinique de phase 1 - donc encore très...
    Cher lecteur, le reste de cet article est réservé aux abonnés.

    Abonnez-vous!

    À partir de 9,35$ par mois En savoir plus

    Je suis déjà abonné

    Se connecter
    Je suis abonné papier mais je n'ai pas encore de profil.
    Créez un profil lié à votre abonnement.
    Vous pouvez également acheter cet article.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel