Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    La profession infirmière gagne en popularité et rajeunit

    11 janvier 2013 |Amélie Daoust-Boisvert | Santé
    Les infirmières québécoises sont moins nombreuses à approcher de l’âge de la retraite que dans les autres provinces. La relève semble en effet poindre, car plus de 28 % des infirmières ont moins de 35 ans, alors que 7 % ont plus de 60 ans.
    Photo: La Presse canadienne (photo) Paul Chiasson Les infirmières québécoises sont moins nombreuses à approcher de l’âge de la retraite que dans les autres provinces. La relève semble en effet poindre, car plus de 28 % des infirmières ont moins de 35 ans, alors que 7 % ont plus de 60 ans.

    Les infirmières sont de plus en plus nombreuses et la profession se rajeunit. Entre 2007 et 2011, les effectifs infirmiers ont fait un bond de plus de 8 %. Au Québec, 88 505 infirmières travaillaient en 2011, soit une croissance de 7,3 % depuis 2007. Avec 1109 infirmières par 100 000 habitants, le Québec fait mieux que la moyenne canadienne, qui se situe à 1046 infirmières par 100 000 habitants. Ces statistiques incluent les infirmières auxiliaires.


    Voilà ce qui ressort du rapport annuel sur la question de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS). La hausse des effectifs observée depuis 2002 « pourrait être partiellement attribuable au réinvestissement dans les soins de santé », écrit l’ICIS dans son rapport.


    Certaines régions sont moins bien pourvues que d’autres : alors que la Montérégie peut compter sur 662 infirmières par 100 000 habitants, il y en 1424 dans la région de Québec.


    Les infirmières québécoises sont moins nombreuses à approcher de l’âge de la retraite que dans les autres provinces. La relève semble en effet poindre, car plus de 28 % des infirmières ont moins de 35 ans, alors que 7 % ont plus de 60 ans. La profession se rajeunit, remarque l’ICIS.


    Par contre, seulement 53 % des infirmières québécoises travaillent à temps plein, alors qu’elles sont 57 % dans les autres provinces.


    Alors que l’Ordre des infirmières du Québec récolte de plus en plus d’appuis pour rendre le baccalauréat obligatoire pour accéder à la profession, un peu plus de 25 % des professionnelles québécoises détiennent une formation universitaire. À cette enseigne, le fossé demeure avec les autres provinces, où en moyenne près de 35 % des infirmières ont fréquenté l’université. L’Alberta en compte plus de 40 %.


    Le nombre d’infirmières praticiennes spécialisées a doublé depuis 2007 : elles sont 2777 à pratiquer, mais ne représentent toujours que 1 % des effectifs. Au Québec, elles ne sont que 104, mais la progression est constante. En comparaison, l’Ontario compte 1653 superinfirmières.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel