Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Compteurs intelligents - Hydro-Québec se fait rassurante

    24 janvier 2012 |Amélie Daoust-Boisvert | Santé
    La première phase d’implantation des compteurs intelligents d’Hydro-Québec, annoncée en mai dernier par Isabelle Courville, est maintenant terminée. Le déploiement sur l’ensemble du Québec s’amorcera après les consultations publiques, cet hiver, devant la Régie de l’Énergie.<br />
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir La première phase d’implantation des compteurs intelligents d’Hydro-Québec, annoncée en mai dernier par Isabelle Courville, est maintenant terminée. Le déploiement sur l’ensemble du Québec s’amorcera après les consultations publiques, cet hiver, devant la Régie de l’Énergie.
    Le déploiement des compteurs intelligents dans le cadre du projet-pilote dans Villeray, Memphrémagog et Boucherville est terminé. Tout en annonçant qu'elle passait maintenant à l'étape suivante, Hydro-Québec a tenté de calmer les inquiétudes de la population.

    «Je suis consciente que ça suscite des questions sur les émissions de radiofréquence», a concédé la présidente d'Hydro-Québec Distribution, Isabelle Courville, en conférence de presse hier. «Je tiens à rassurer tous nos clients: ces radiofréquences sont cent mille fois inférieures aux normes de Santé Canada», a-t-elle ajouté.

    En 2012, 400 000 compteurs supplémentaires doivent être installés. Quelques dizaines de clients, sur les 20 000 personnes testant les compteurs installés dans trois régions, se sont montrés préoccupés. Onze ont finalement refusé de laisser la société d'État les installer. Un souhait qu'Hydro respecte... pour l'instant. Se verront-ils obligés d'obtempérer dans un proche avenir? «Il ne s'en fabrique plus, des compteurs d'ancienne génération», répond George Abiad, chargé du projet à Hydro-Québec. De plus, «une réflexion est en marche», dit-il simplement à propos de la manière dont seront gérés ces refus.

    Lors d'une séance d'information technique précédant la conférence de presse, les experts d'Hydro-Québec ont souligné aux journalistes que les compteurs émettent, en moyenne, moins qu'un four à micro-ondes, un cellulaire ou une connexion wi-fi. En plus de transmettre les données six fois par jour, ils se connectent au réseau environ une fois par minute. Pendant ces quelque 1500 connexions de 0,06 seconde par jour, la force de l'onde atteint toutefois environ cinq fois celle d'un micro-ondes, le tout pendant un total de 90 secondes par jour. Cela est toujours nettement en deçà de la norme de Santé Canada, mais c'est au moins 10 à 100 fois plus puissant qu'un cellulaire, pendant un très bref instant.

    Études à long terme

    Aucune étude à long terme n'a cerné les effets de fréquences provenant de compteurs électriques, dit Michel Plante, responsable de la santé du public à la Direction de la santé et de la sécurité d'Hydro-Québec. Il renvoie la population aux études épidémiologiques menées auprès des utilisateurs de cellulaires. Elles n'ont toujours pas déterminé avec certitude si ces derniers pourraient, par exemple, augmenter les risques de certains cancers, dit-il, et «que ça ne semble pas le cas».

    La semaine dernière, plusieurs groupes environnementaux et sociaux ont demandé à Québec de stopper le projet tant qu'il ne sera pas démontré que les compteurs émettent six fois par jour seulement. Une technologie plus sécuritaire pour la santé et moins invasive pour la vie privée aurait pu être retenue, soulignent ces groupes, dont fait partie l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique. La Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique fait également circuler une pétition.

    Hydro-Québec défendra son projet lors de consultations publiques devant la Régie de l'Énergie cet hiver, après quoi la phase de déploiement sur l'ensemble du Québec s'amorcera.

    ***

    Des radiofréquences hautement variables

    Force de diverses sources d'émissions de radiofréquences selon Hydro-Québec, en
    microwatt par mètre carré

    Norme de Santé Canada
    6 000 000 (ou 6 watts par mètre carré)

    Four micro-ondes
    10 200

    À 1 mètre d'un cellulaire en marche
    500 à 5000

    À 7 à 8 mètres d'un routeur wi-fi
    1000

    Niveau ambiant, maison unifamiliale
    130

    À un mètre d'un nouveau compteur
    Moyenne: 50

    Au moment de l'émission de 0,06 seconde
    50 000

    Source: Hydro-Québec












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.