Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Le jeûne protéiné ne doit pas être pris à la légère

    Facilement accessible, le régime alimentaire ne devrait pas être utilisé sans suivi médical

    5 août 2010 |Mélissa Guillemette | Santé
    Maigrir vite peut être dangereux. Le jeûne protéiné, un régime qui implique une très faible consommation de calories, comporte encore trop d'inconnues pour qu'il soit pris à la légère, indique un rapport de l'Agence d'évaluation des technologies et des modes d'intervention en santé (AETMIS).

    Depuis les années 1970, le jeûne protéiné prescrit un régime alimentaire composé de petits repas et de poudres et liquides riches en protéines, pour un total de moins de 800 calories par jour pendant de deux à quatre mois, alors qu'un adulte doit normalement absorber 2000 calories environ. Résultat: la masse musculaire n'est pas affectée par la perte de poids, dit-on, alors que les graisses sont brûlées très rapidement.

    Si le jeûne protéiné est en effet prescrit par des médecins de la province pour traiter des cas d'obésité, un grand nombre d'entreprises commerciales recommandent également ce régime, et ce, sans un soutien complet. En un clic de souris, on peut acheter les sachets protéinés sur Internet.

    Or, au terme d'une large revue de la littérature sur le sujet, l'AETMIS conclut que ce régime doit être utilisé dans des limites très strictes, et uniquement sous ordonnance d'un médecin. En outre, «il est nécessaire d'avoir recours à une approche multidisciplinaire» qui comprend le suivi par un nutritionniste et un psychologue pour assurer la santé du jeûneur.

    Le régime suscite la controverse au sein de la communauté scientifique, qui ne s'entend pas sur les risques de la diétothérapie. Les études qui se sont penchées sur la question révèlent néanmoins qu'une perte de la masse musculaire peut survenir, tout comme des changements hormonaux ou des carences nutritionnelles.

    L'efficacité du régime est aussi mise en doute par plusieurs études. On estime que le jeûne protéiné n'est pas plus efficace qu'un régime qui réduit de 500 à 1000 calories la consommation quotidienne. Et un an après le jeûne, 50 % du poids est en moyenne repris.

    Puisque 42 % des Québécoises qui utilisent des produits amaigrissants ont un poids santé, l'Association pour la santé publique du Québec s'inquiète de l'utilisation du jeûne protéiné. «Il promet une perte de quatre à sept livres par semaine, c'est attirant, convient la chargée de projet Émilie Dansereau-Trahan. Mais la meilleure solution pour perdre du poids demeure de changer nos habitudes de vie. C'est plus long, mais c'est plus gagnant.»
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel