En bref - La FIQ doit freiner les élans de ses infirmières

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) doit mettre un frein aux élans de ses infirmières qui veulent aller porter secours à la population haïtienne. «La situation est assez difficile à gérer», a confié Mme Régine Laurent, présidente de la FIQ en entrevue à La Presse canadienne.

«Beaucoup d'infirmières et d'infirmières auxiliaires sont prêtes à partir et veulent partir. Mais nous sommes obligés de mettre un frein, parce qu'il faut attendre que les organisations puissent installer leurs campements, encadrer et monter des équipes de travail avant d'aller sur le terrain», a-t-elle aussi rappelé.