Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Récidive du cancer du sein : attention à certains antidépresseurs

    1 juin 2009
    Orlando, Floride — Des femmes ayant été atteintes d'un cancer du sein risquent de voir le mal revenir si elles associent leur traitement antirécidive au tamoxifène avec certains antidépresseurs aussi communs que le Prozac ou le Zoloft, selon une étude dévoilée ce week-end lors du congrès annuel de la Société américaine d'oncologie clinique (ASCO).

    Aux États-Unis, environ 500 000 femmes sont traitées au tamoxifène, ce qui réduit de moitié le risque de récidive du cancer du sein, mais beaucoup prennent en même temps des antidépresseurs pour lutter contre les bouffées de chaleur, les traitements hormonaux étant considérés comme risqués après un cancer du sein.

    Les médecins savent depuis longtemps que certains antidépresseurs et autres médicaments peuvent abaisser la quantité de métabolite actif du tamoxifène dans le sang, mais on ignore quelles sont les répercussions de cette interférence sur le risque de cancer.

    Cette nouvelle étude, la plus vaste à ce jour, laisse entendre que l'administration de substances comme la fluoxétine (Prozac par exemple), la paroxétine (Deroxat) et la sertraline (Zoloft) peut virtuellement annuler les bénéfices du tamoxifène (Nolvadex par exemple).

    Quoi qu'il en soit, tous les antidépresseurs ne posent pas ce problème d'association, et les femmes doivent en discuter avec leur médecin. «Il existe des solutions que nous pouvons envisager» et qui sont plus sûres, estime le Dr Eric Winer, chef du service de cancérologie mammaire au Dana-Farber Cancer Center de Boston, qui n'a pas participé à l'étude.

    L'étude a été réalisée par Medco Health Solutions, grande société privée américaine d'assurance santé. Les chercheurs ont recensé, d'une part, 945 femmes prenant du tamoxifène seul et, d'autre part, 353 femmes traitées pendant un an en moyenne au tamoxifène associé à d'autres médicaments susceptibles d'interférer. Ils ont ensuite vérifié combien de ces patientes avaient été traitées pour une récidive du cancer du sein dans les deux ans suivants.

    Le taux de récidive s'élève à environ 7 % pour les femmes sous traitement au tamoxifène seul, contre 14 % pour les autres, qui prenaient principalement du Deroxat, du Prozac ou, dans une moindre mesure, du Zoloft. S'il faut administrer un antidépresseur à une femme ayant souffert d'un cancer du sein, «il vaut donc probablement mieux éviter ces trois-là», en conclut le médecin-chef de Medco, le Dr Robert Epstein.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel