Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Fécondation in vitro - Québec aidera davantage les couples infertiles

    10 avril 2009 |La Presse canadienne | Santé
    Québec — Le gouvernement bonifiera sa promesse électorale aux couples infertiles en augmentant le nombre d'essais de fécondation in vitro remboursés, dans un projet législatif qui sera présenté au cours des prochains jours.

    Le ministre de la Santé, Yves Bolduc, a déclaré que le gouvernement a l'intention de proposer que la Régie d'assurance maladie du Québec (RAMQ) défraie les coûts de trois essais, dans la législation, comparativement à deux promis par les libéraux en campagne électorale.

    M. Bolduc n'a pas indiqué quelle serait la valeur d'un tel service, mais il a précisé qu'il s'agit de montants importants. «On irait à trois essais au lieu de deux, a-t-il dit lors d'un point de presse. En termes de montants, c'est des montants un peu plus significatifs et on veut vraiment suivre la littérature médicale à ce niveau-là.»

    Selon le ministre, un projet de loi viendra dans un premier temps encadrer les cliniques de fertilité pour assurer que des soins de qualité et sécuritaires sont dispensés. Un projet de règlement suivra, dans lequel les modalités de remboursement seront précisées pour les couples souffrant de problèmes d'infertilité.

    «D'ici quelques jours, on devrait faire des annonces intéressantes», a-t-il dit.

    Selon le bureau du ministre, la littérature médicale démontre que les probabilités de traitements réussis augmentent à trois essais, ce qui a incité le gouvernement à bonifier sa promesse.

    Durant la campagne électorale, l'automne dernier, le premier ministre Jean Charest avait fait volte-face en promettant le remboursement de deux essais de fécondation in vitro.

    Pendant ses deux mandats précédents, son gouvernement avait soutenu que l'infertilité des couples n'était pas une maladie et qu'avoir des enfants n'était pas un droit.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel